Des articles

Un grand panzootique carolingien

Un grand panzootique carolingien



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un grand panzootique carolingien: étendue, diagnostic et impact probables d'une peste bovine au début du IXe siècle

Par Timothy Newfield

Argos, Vol. 46 (2012)

Résumé: Cet article considère la peste bovine panzootique de 809-810, la peste du bétail la plus complètement documentée et, pour autant que l'on puisse en discerner, la peste du bétail spatialement significative de la période carolingienne (750-950 CE). Il examine les preuves écrites de la peste et examine les paramètres spatiaux et temporels de la peste, sa dissémination, son diagnostic et son impact. On soutient que la peste est originaire de l'est de l'Europe, qu'elle a une portée véritablement paneuropéenne et a représenté un choc important, quoique principalement à court terme, pour l'économie agraire carolingienne. Les bovins du sud et du nord de l'Europe, y compris les îles britanniques, ont été touchés. Selon toute probabilité, plusieurs centaines de milliers de bovins domestiques sont morts, ce qui a eu des effets néfastes sur la production et la distribution de nourriture et sur la santé humaine. Un diagnostic du virus de la peste bovine (RPV) est provisoirement avancé.

Introduction: «Une peste des bœufs la plus énorme s'est produite dans de nombreux endroits en Francia et a causé des dommages irrécupérables.» Cette référence à une épizootie dans le Annales Fuldenses en 870 est l'une des quelque trente-cinq que l'on trouve dans les sources écrites existantes de l'Europe carolingienne. Au total, les textes continentaux du milieu du huitième au milieu du dixième siècle éclairent entre dix et quatorze fléaux du bétail, dont la majorité affectait le bétail. Dans aucune période antérieure de l'histoire européenne, le compte rendu écrit ne révèle autant d'épizooties. Des pestes bovines sont signalées dans 801, 809-10, 820, 860, 868-70, 878, 939-42 et, éventuellement, 842-43 et 849; 5 épizooties équines sont enregistrées en 791 et 896; et en 887 un fléau aurait affligé à la fois le bétail et les moutons. Certains de ces fléaux semblent avoir été de portée panzootique: les pestes de 809-10 et 939-42 ont touché de vastes zones d'Europe continentale, de même, semble-t-il, les plaies de 820 et 868-70. Le premier, et peut-être le quatrième, s'est répandu dans les îles britanniques. La manière dont ces flambées de maladies ont été documentées limite considérablement ce que l'on peut en savoir. La brièveté et l'ambiguïté caractéristiques des récits carolingiens d'épizooties nous empêchent d'établir avec beaucoup de certitude quels fléaux étaient les plus importants en termes d'étendue ou d'impact. L'ampleur et la mortalité de plusieurs pestes peuvent avoir été bien plus importantes que ce que les preuves existantes indiquent.


Voir la vidéo: Les missi dominici de Charlemagne (Août 2022).