Des articles

Les eunuques dans l'Empire byzantin: une étude sur la titulature byzantine et la prosopographie

Les eunuques dans l'Empire byzantin: une étude sur la titulature byzantine et la prosopographie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les eunuques dans l'Empire byzantin: une étude sur la titulature byzantine et la prosopographie

Guilland, Rodolphe

Traduction en anglais d'un article en français à partir de: Études Byzantines

Abstrait

La présente étude ne peut être exhaustive, pour plusieurs raisons. Il fait partie d'une série d'études destinées à contribuer à l'histoire de l'administration de l'Empire byzantin, encore si mal comprise. Il est conçu comme une introduction à l'étude des titres et dignités dont jouissent les eunuques à Byzance. Les informations données sur les personnes sont sommaires, car les notes complètes figureront dans la Prosopographie byzantine qui est en cours de préparation par mon cher ami et collègue bien informé R.P.V. Laurent. Les citations des auteurs byzantins sont faites selon la collection byzantine de Bonn, sauf indication contraire.

Eunuques (hoi eunouchoi) étaient très nombreux à Byzance. Selon la déclaration très forte de Constantin VII, ils grouillaient autour du Grand Palais comme des mouches autour d'une étable en été (Theoph. Cont. 318). Les eunuques ont toujours été très recherchés par les empereurs byzantins. Zonaras écrit (III 250), "Romaioi peri tous ektomias eptoeemenoi aei [les Byzantins étaient toujours passionnés par les castrats] ». A l'époque d'Irène (797-802), les eunuques formaient un véritable essaim dans le Grand Palais: ho polus toon eunouchoon esmos [le nombre des eunuques était comme un essaim d'abeilles] (Cedr. II 29). On ne pouvait pas offrir à l'empereur un cadeau plus précieux que les eunuques. Parmi les riches cadeaux donnés par Danielis à Basile I (867-886) se trouvaient 300 jeunes esclaves, dont cent eunuques, car «il savait qu'il y avait toujours de la place pour les eunuques dans le palais impérial» (Théoph. Liutprand raconte que Theobald I le marquis de Spolète (929-936), après avoir fait prisonniers des soldats grecs, en fit des eunuques et écrivit au général: «Quoniam vestro sancto imperatori spadonibus nil pretiosius esse cognovi, hos studui pauculos sibi verecunde transmetteur, plaisirs, Deo propitio, transmissurus. » [Puisque je ne connais rien de plus apprécié de votre saint empereur que les eunuques, j'ai pris la peine de lui envoyer humblement ces quelques-uns et, si Dieu le veut, j'en enverrai davantage].


Voir la vidéo: Justinien, le lieutenant de Dieu 482 - 565 (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Avinoam

    Bien sûr. Et j'ai rencontré ça. Discutons de cette question.

  2. Moshoeshoe

    Les informations précieuses

  3. Tokinos

    Bien sûr. Je m'abonne à tout ce qui précède. Nous pouvons communiquer sur ce thème.

  4. Ram

    C'est un message précieux



Écrire un message