Des articles

Sucre et épices et tout ce qui est sympa: du bazar oriental au cloître anglais en anglo-français

Sucre et épices et tout ce qui est sympa: du bazar oriental au cloître anglais en anglo-français


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Sucre et épices et tout ce qui est sympa: du bazar oriental au cloître anglais en anglo-français

W. Rothwell

Supplément de révision des langues vivantes: Cent ans de «MLR»«: General and Comparative Studies, 94 (1999), 647-59

Abstrait

En mai 1436, le George of Seaton entra dans le port de Southampton: son entrée fut enregistrée en français. Le même mois, un bateau est arrivé du Portugal: il était également enregistré en français. Ce n'étaient que deux des nombreux navires, certains de ports britanniques, d'autres de toute l'Europe continentale, dont les allées et venues étaient toutes enregistrées en français. Naturellement, l'année 1436 n'a pas fait exception à la règle: à partir de l'époque du Oak Book, vers 13002, le français était la langue de travail du port. À peu près à la même période, les premières décennies du XVe siècle, la Grocers 'Company, les Merchant Taylors, les Goldsmiths, les Mercers et d'autres sociétés commerciales basées à Londres utilisaient également le français, mélangé à l'anglais, pour conserver un dossier de leurs activités commerciales. À Southampton, les règlements régissant l'administration de la cité médiévale étaient également en français, tout comme ceux de Leicester et d'York, où le français côtoie le latin et, de plus en plus, l'anglais. Dans le domaine ecclésiastique, une situation similaire a été obtenue.

À Durham, les nombreux comptes rendus de l'abbaye du début du XIVe au XVIe siècle contiennent non seulement le latin attendu et, de plus en plus avec le temps, l'anglais, mais aussi une quantité inattendue de français. Dans la même ville, un ensemble distinct de documents relatifs aux activités de l'évêque au début du XIVe siècle en tant que chef à la fois temporel et spirituel contient également un pourcentage important d'anglo-français. Dans les hautes sphères du gouvernement et de la loi, le français a continué à être largement utilisé jusqu'au XVe siècle, malgré la loi de 1362 l'interdisant précisément dans ces régions.


Voir la vidéo: Jessaye dacheter un livre français à Berlin (Mai 2022).


Commentaires:

  1. Donogb

    Quelque chose m'a déjà porté sur le mauvais sujet.

  2. Tamir

    Chez toi une mentalité abstraite

  3. Dorrance

    Incroyablement. Cela semble impossible.

  4. Garrard

    Très intéressant! A en juger par certaines réponses….

  5. Deunoro

    Merveilleux, très bonne chose



Écrire un message