Des articles

À quel âge un enfant peut-il effectuer un travail important ?

À quel âge un enfant peut-il effectuer un travail important ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai essayé de savoir si, historiquement, dans certaines cultures, un enfant de 3 ou 4 ans pouvait faire assez de travail pour "payer sa subsistance", pour ainsi dire.

Au cours de la recherche, j'ai découvert que les enquêtes modernes sur le travail des enfants ne portent pas sur les enfants de moins de 5 ans, et il semble que dans la plupart des domaines et des lieux de travail, l'âge minimum était plus élevé que cela (en parcourant diverses références avec des phrases comme " enfants aussi jeunes que __").

Mais j'ai ce mémoire, The Worlds of a Maasai Warrior, de Tepilit Ole Saitoti, qui m'a donné une chronologie mentale de lui élevant du bétail de 2 ans à l'âge de 4 ans. Plus précisément, il dit qu'il « devait avoir environ 6 ans. " quand sa mère est décédée, après quoi il a cessé de vivre avec son grand-père où il dit qu'il a vécu pendant 2 ans d'enfer parce qu'ils le travaillaient trop dur - lui faisant garder le bétail plus âgé (et il mentionne qu'il est rentré chez son grand-père, donc ils n'étaient pas sortis avec lui, même si d'autres garçons l'étaient peut-être), alors qu'avant de déménager chez son grand-père, il s'occupait des chevreaux et des chevreaux.

Je pense que les mémoires sont suffisamment vagues pour dire qu'il a peut-être commencé à garder / s'occuper des animaux de manière indépendante à l'âge de 5 à 6 ans et qu'il était principalement le long du trajet avec des personnes plus âgées faisant le travail réel lorsqu'elles étaient plus jeunes que cet âge, mais ce n'est pas comme cela que je l'ai lu à l'origine. . (Et bien sûr, les mémoires ne sont pas toujours exactes.) Mais je me demande si quelqu'un a des informations plus concrètes sur le travail agricole des enfants de moins de 5 ans, ou plus précisément sur les âges où les enfants seraient amenés à s'occuper des animaux de manière indépendante.


Un concept important ici est celui de "travail salarié aliéné". C'est le travail qui est effectué pour quelqu'un d'autre pour un salaire. Un salaire peut être de l'argent, des biens ou de la nourriture. Mais la relation salariale est centrée sur le « travail » d'un côté et « l'argent » de l'autre. En considérant le travail comme convertible en argent, la nature du travailleur humain est modifiée et ses heures ou ses jours de travail sont réductibles à la comptabilité. Comparer aux dîmes non commuées. Ici, une église peut exiger directement de la main-d'œuvre pour s'occuper des terres qu'elle possède. La discipline physique immédiate peut être utilisée pour contraindre au travail, mais le plus souvent elle est imposée par un contexte social ou culturel. Ce travail n'est pas directement convertible en valeur en dollars, il est plutôt perçu dans le contexte du mouvement des saisons, de l'augmentation du maïs/grain, ou de l'augmentation des animaux. Ce travail « ne paie pas à sa guise » parce que c'est un travail qui existe en dehors du concept comptable de rémunération du travail.

Pendant la grande majorité de l'histoire, les enfants des communautés agricoles n'ont pas payé leur propre voyage car au lieu de l'économie politique, une économie traditionnelle a dominé. Ces économies traditionnelles sont régies par les coutumes de ce que les gens font et ont tendance à exiger un effort collectif pour obtenir des résultats. Dans ce contexte, si un enfant de 4 ans fait ce qui est culturellement requis de lui, il contribue comme prévu. S'il s'agit de s'occuper d'agneaux, de veaux, de poulets ou d'autres enfants, ils contribuent le montant prévu.

En revanche, pendant une très courte période (environ 250 ans), il y a eu des ouvriers qui ont été pris en compte par les salaires et qui ont été aliénés. Ici, le travail des enfants est payant si le salaire rapporte plus que le coût de reproduction de la force de travail (nourriture, vêtements, loyer). Jane Humphries « Childhood and Child Labour in the British Industrial Revolution » fait remarquer que l'effondrement des salaires masculins élevés d'avant 1789 a forcé les familles de la classe ouvrière à envoyer leurs enfants dans un travail salarié aliéné pour que le ménage reste fonctionnel. Cependant, dans les travaux ménagers avant l'usine, les enfants ont été progressivement introduits dans le travail dans le cadre de la production de produits de la famille/du ménage. Ce qui diffère entre l'exploitation domestique des enfants par les parents et l'exploitation industrielle des enfants par les propriétaires d'usines, c'est l'effondrement de la culture familiale traditionnelle de production et son remplacement par un travail structuré par des machines. Par exemple, "Skilled Labourer" de Hammond & Hammond parle d'enfants utilisés pour ouvrir et fermer les portes de gaz à l'intérieur des mines de charbon, ou faire fonctionner des pompes. Ces enfants étaient clandestins ainsi que toute la famille produisant le salaire collectif du ménage. Sauf qu'ils n'étaient pas disciplinés par leur famille (comme l'étaient les tricoteuses sur cadre qui fabriquaient des bas et des chaussettes), mais par les contremaîtres et les propriétaires de mines.

En général, parce que la classe ouvrière existe toujours, le travail des enfants a payé son prix. Les familles ont choisi de « consommer » des ressources supplémentaires pour leurs enfants lorsque leurs salaires ne payaient pas directement leur entretien, mais se contentaient de couvrir les pertes. Lorsque les enfants gagnaient un salaire suffisant, alors oui, ils payaient directement et individuellement leur chemin, mais même les familles de travailleurs salariés ne tiennent généralement pas de comptes individuels des profits et des pertes sur les enfants. On pourrait soutenir que dans certaines familles, le travail des enfants était suffisamment générateur de pertes pour que ces familles meurent de faim ou meurent de maladies évitables. Cependant, l'offre de travail est sociale plutôt qu'individuelle. Nous pourrions plaindre ces individus, mais lorsque le coût de la reproduction physique de la force de travail tombe en dessous du salaire généré par cette force de travail, dans le capitalisme, le fournisseur de cette force de travail, le travailleur finit ou meurt immédiatement. Les camps de travail et les camps de travail à mort sont de bons exemples de salaires inférieurs au coût de la reproduction physique des travailleurs. Dans les modèles allemand et soviétique, les travailleurs étaient explicitement payés pour la production alimentaire : la relation était fondamentalement le travail salarié. Cela peut être un bon exemple, car les jeunes ont tendance à périr dans de tels environnements. Cependant, en raison des scrupules politiques contre l'emprisonnement d'enfants de quatre ans en Union soviétique pour des crimes antisoviétiques, et en raison de décisions politiques en faveur du meurtre de millions d'Européens en Allemagne, nous n'avons pas d'exemples pour les enfants de quatre ans ici.

Dans les arrangements économiques traditionnels, les enfants doivent régulièrement effectuer des travaux afin de reproduire le ménage. Cependant, avant le travail salarié aliéné, il n'y a pas de moyen adéquat de déterminer si l'enfant lui-même s'est payé parce que le travail individualisé mesuré par la capacité d'acheter de la nourriture n'existait pas. Projeter un concept de salaire virtuel sur les sociétés médiévales ou dans l'Antiquité est historiquement un anachronisme pervers. C'est prendre des idées et des normes d'une époque et les appliquer à une autre.


Travail des enfants

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Travail des enfants, l'emploi d'enfants de moins d'un âge légal. En Europe, en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande, les enfants de moins de 15 ans travaillent rarement, sauf dans l'agriculture commerciale, en raison de l'application effective des lois adoptées dans la première moitié du 20e siècle. Aux États-Unis, par exemple, la Fair Labor Standards Act de 1938 a fixé l'âge minimum à 14 ans pour l'emploi en dehors des heures de classe dans des emplois non manufacturiers, à 16 ans pour l'emploi pendant les heures de classe dans le commerce interétatique et à 18 ans pour les emplois jugés dangereux.

Le travail des enfants est beaucoup plus répandu dans les pays en développement, où des millions d'enfants, dont certains n'ont que sept ans, travaillent encore dans les carrières, les mines, les usines, les champs et les entreprises de services. Ils représentent plus de 10 pour cent de la main-d'œuvre dans certains pays du Moyen-Orient et de 2 à 10 pour cent dans une grande partie de l'Amérique latine et dans certaines régions d'Asie. Peu de lois, voire aucune, régissent leur emploi ou les conditions dans lesquelles le travail est effectué. Une législation restrictive est rendue impraticable par la pauvreté des familles et le manque d'écoles.

Le mouvement pour réglementer le travail des enfants a commencé en Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque le développement rapide de la fabrication à grande échelle a rendu possible l'exploitation des jeunes enfants dans les travaux miniers et industriels. La première loi, en 1802, qui visait à contrôler l'apprentissage des enfants pauvres auprès des propriétaires de filatures de coton, était inefficace car elle ne prévoyait pas d'application. En 1833, le Factory Act prévoyait un système d'inspection des usines.

Les efforts internationaux organisés pour réglementer le travail des enfants ont commencé avec la première Conférence internationale du Travail à Berlin en 1890. Bien qu'un accord sur les normes n'ait pas été atteint à cette époque, des conférences similaires et d'autres initiatives internationales ont suivi. En 1900, l'Association internationale pour la législation du travail a été créée à Bâle, en Suisse, pour promouvoir les dispositions relatives au travail des enfants dans le cadre d'autres législations internationales du travail. Un rapport publié par l'Organisation internationale du travail (OIT) des Nations Unies en 1960 sur le droit et la pratique de plus de 70 pays membres a montré de graves échecs dans la protection des jeunes travailleurs dans les emplois non industriels, y compris l'agriculture et l'artisanat. L'un des objectifs actuels de l'OIT est d'identifier et de résoudre les « pires formes » de travail des enfants, qui sont définies comme toute forme de travail qui a un impact négatif sur le développement normal d'un enfant. En 1992, le Programme international pour l'abolition du travail des enfants (IPEC) a été créé en tant que nouveau département de l'OIT. Par le biais de programmes qu'il opère dans le monde entier, l'IPEC cherche à soustraire les enfants des conditions de travail dangereuses et à l'élimination définitive du travail des enfants.


L'esclavage des enfants fait référence à l'esclavage des enfants en dessous de l'âge de la majorité. Dans le passé, de nombreux enfants ont été vendus en esclavage afin que leur famille puisse rembourser des dettes ou des crimes ou gagner de l'argent si la famille manquait d'argent. Un universitaire a raconté l'histoire d'une mère où « sa situation a brisé le privilège de penser à ses enfants en termes purement personnels et sentimentaux et l'a amenée à se demander si des étrangers pourraient leur trouver de la valeur ». Harriet Beecher Stowe a écrit sur une femme qui a été achetée par un propriétaire d'esclaves pour élever des enfants à vendre. [1] Les attentes des enfants achetés ou nés en esclavage variaient. Les chercheurs ont noté que "l'âge et la capacité physique, ainsi que le degré de dépendance, fixent les conditions d'intégration des enfants dans les ménages". [2]

Les devoirs que les enfants esclaves étaient chargés d'accomplir sont contestés parmi les savants. Quelques représentations de la vie que menaient les enfants esclaves les décrivaient comme « pratiquement divorcés de l'économie de plantation jusqu'à ce qu'ils soient assez vieux pour être employés comme ouvriers agricoles, soulignant ainsi le caractère insouciant de l'enfance pour une partie de la population esclave qui était temporairement épargné le travail forcé". [3] Ce point de vue indiquait également que si on demandait aux enfants d'accomplir des tâches, c'était pour effectuer des tâches ménagères légères, telles qu'être « organisés en « gangs d'ordures » et obligés de ramasser les ordures sur le domaine". [3] Les savants opposés ont soutenu que les enfants esclaves se sont fait voler leur jeunesse et ont été forcés de commencer à exercer des fonctions d'adulte à un très jeune âge. [3] Certains disent que les enfants ont été forcés d'effectuer des travaux sur le terrain dès l'âge de six ans. [3] Il est soutenu que dans certaines régions, les enfants étaient soumis à un "travail régulier dans le sud d'avant-guerre" et que "c'était une époque où les esclaves commençaient à apprendre les routines de travail, mais aussi la discipline du travail et les punitions associées". [4]

Un certain degré de maîtrise de soi était présent dans une certaine mesure chez les adultes, mais "les enfants conservaient les incapacités légales de dépendance même après qu'ils soient devenus des membres productifs des ménages". [2] Il a été rapporté par des érudits que « ce statut distinctif a façonné la position des enfants au sein des ménages familiaux et les a laissés soumis à un apprentissage forcé, même après l'émancipation ». [2] Il y avait des propriétaires d'esclaves qui ne voulaient pas d'enfants esclaves ou de femmes enceintes de peur que l'enfant n'ait « pris trop de temps ». [1]

Les conditions d'esclavage des femmes enceintes variaient selon les régions. Dans la plupart des cas, les femmes travaillaient dans les champs jusqu'à l'accouchement en exécutant de petites tâches. « quatre semaines semblent avoir été la période moyenne de confinement, ou « période d'allongement », pour les femmes esclaves d'avant-guerre après l'accouchement dans l'ensemble du Sud ». [4] Les propriétaires d'esclaves dans le nord de la Virginie, cependant, n'autorisaient généralement qu'une période de repos moyenne d'environ "deux semaines avant d'ordonner aux nouvelles mères de reprendre le travail". [3] La responsabilité d'élever et de s'occuper des enfants est alors devenue la tâche d'autres enfants et d'esclaves plus âgés. Dans la plupart des institutions esclavagistes à travers le monde, les enfants des esclaves devenaient la propriété du propriétaire. Cela a créé une offre constante de personnes pour effectuer le travail. Ce fut le cas, par exemple, des thralls et des esclaves américains. Dans d'autres cas, les enfants étaient réduits en esclavage comme s'ils étaient des adultes. Habituellement, le statut de la mère déterminait si l'enfant était un esclave, mais certaines lois locales modifiaient la décision au père. Dans de nombreuses cultures, les esclaves pouvaient gagner leur liberté en travaillant dur et en achetant leur propre liberté. [ citation requise ]

Bien que l'abolition de l'esclavage dans une grande partie du monde ait considérablement réduit l'esclavage des enfants, le problème persiste, en particulier dans les pays en développement. Selon l'Anti-Slavery Society, « Bien qu'il n'y ait plus d'État qui reconnaisse légalement, ou qui fasse respecter, une revendication par une personne d'un droit de propriété sur une autre, l'abolition de l'esclavage ne signifie pas qu'il a cessé d'exister . Il y a des millions de personnes à travers le monde, principalement des enfants, dans des conditions de quasi-esclavage." [5] Il note en outre que l'esclavage, en particulier l'esclavage des enfants, était en augmentation en 2003. Il souligne qu'il en existe d'innombrables autres dans d'autres formes de servitude (comme le péonage, le travail en servitude et le concubinage servile) qui ne sont pas de l'esclavage dans le sens juridique étroit. Les critiques prétendent qu'ils étendent la définition et la pratique de l'esclavage au-delà de son sens original, et font en réalité référence à des formes de travail non libre autres que l'esclavage. [6] [7] En 1990, des rapports d'esclavage sont sortis de Bahr al Ghazal, une région Dinka dans le sud du Soudan. En 1995, des mères Dinka ont parlé de leurs enfants enlevés. Environ 20 000 esclaves ont été signalés au Soudan en 1999. [8] « L'industrie des tapis de laine faits à la main est extrêmement exigeante en main-d'œuvre et l'une des plus grandes recettes d'exportation pour l'Inde, le Pakistan, le Népal et le Maroc. Au cours des 20 dernières années, [ Plage de temps? ] environ 200 000 et 300 000 enfants sont concernés, la plupart d'entre eux dans la ceinture de tapis de l'Uttar Pradesh, dans le centre de l'Inde. [9] De nombreux enfants en Asie sont kidnappés ou piégés en servitude, où ils travaillent dans des usines et des ateliers sans salaire et reçoivent des coups constants. [5] Les esclaves sont réapparus en suivant les anciennes routes de la traite négrière en Afrique de l'Ouest. « Les enfants sont kidnappés ou achetés pour 20 à 70 dollars chacun dans les États les plus pauvres, comme le Bénin et le Togo, et vendus en esclavage dans des repaires sexuels ou comme domestiques non rémunérés pour 350,00 dollars chacun dans les États riches en pétrole, comme le Nigéria et le Gabon. " [5]

Trafic Modifier

La traite des enfants comprend le recrutement, l'hébergement, l'obtention et le transport d'enfants par la force ou la fraude dans le but de les soumettre à des actes involontaires, tels que l'exploitation sexuelle commerciale (y compris la prostitution) ou le travail involontaire, c'est-à-dire l'esclavage. Certains considèrent la traite des êtres humains comme la forme moderne d'esclavage. La traite des êtres humains est la traite des êtres humains et leur utilisation par des criminels pour gagner de l'argent. La majorité des victimes de la traite sont des adultes, majoritairement composées de femmes contraintes à la prostitution, mais les enfants constituent un nombre important des victimes contraintes à la prostitution. [ éclaircissements nécessaires ]

En Ukraine, une enquête menée par l'organisation non gouvernementale (ONG) La Strada-Ukraine [10] en 2001-2003, basée sur un échantillon de 106 femmes victimes de la traite hors d'Ukraine, a révélé que 3 % avaient moins de 18 ans, et les États-Unis Le Département d'État a signalé en 2004 que les incidents de mineurs victimes de la traite étaient en augmentation. En Thaïlande, les ONG ont estimé que jusqu'à un tiers des prostituées sont des enfants de moins de 18 ans, dont beaucoup sont victimes de la traite en dehors de la Thaïlande. [11]

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants estime qu'environ un million d'enfants rien qu'en Asie sont victimes du commerce du sexe. [12]

Suite au séisme de 2010 en Haïti, Save the Children, World Vision et la Croix-Rouge britannique ont appelé à l'arrêt immédiat des adoptions d'enfants haïtiens non approuvées avant le séisme, avertissant que les trafiquants d'enfants pourraient exploiter l'absence de réglementation. Un porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a déclaré que l'esclavage et la traite des enfants étaient "un problème existant et pourraient facilement devenir un problème grave au cours des semaines et des mois à venir". [13]

Enfants soldats Modifier

Les Nations Unies définissent les enfants soldats comme « Un enfant associé à une force ou un groupe armé désigne toute personne âgée de moins de 18 ans qui est, ou qui a été, recrutée ou utilisée par une force ou un groupe armé à quelque titre que ce soit, y compris mais pas limité aux enfants, garçons et filles, utilisés comme combattants, cuisiniers, porteurs, espions ou à des fins sexuelles. [14] En 2007, Human Rights Watch estimait que 200 000 à 300 000 enfants ont servi comme soldats dans les conflits actuels. [15] En 2012, cette estimation s'élevait à environ 300 000 dans seulement vingt pays. [16] Environ 40 % des enfants soldats seraient des filles, qui ont été emmenées et utilisées comme esclaves sexuelles et « épouses ». [17]

Travail forcé Modifier

Plus de filles de moins de 16 ans travaillent comme domestiques que toute autre catégorie de travail des enfants, souvent envoyées dans les villes par des parents vivant dans la pauvreté rurale [18] comme dans les restaveks en Haïti.


10 faits sur le travail des enfants


Le travail des enfants est un travail qui vole l'enfance d'un enfant. Défini dans les conventions de l'Organisation internationale du travail (OIT), le travail des enfants est un travail auquel les enfants ne devraient pas être impliqués compte tenu de leur âge, ou « si cet enfant est assez âgé » un travail trop dangereux et inapproprié.

Forçant les enfants à effectuer des travaux souvent dangereux et pénibles et les empêchant d'aller à l'école, le travail des enfants entrave le développement physique et mental sain d'un enfant en plus de son éducation.

Dans certains cas, les enfants sont des travailleurs réduits en esclavage, engagés dans les secteurs agricole, minier et manufacturier, ou dans le service domestique, poussés par la suite à l'itinérance et vivant dans la rue. Cependant, d'autres sont victimes de la traite et réduits en esclavage dans la prostitution, ou contraints à des combats armés en tant qu'enfants soldats. Ce sont toutes des formes de travail des enfants, cette dernière étant considérée comme l'une des pires formes de travail des enfants, étant donné qu'une telle servitude est particulièrement nocive et en violation directe des droits humains de l'enfant. Le travail des enfants est un phénomène mondial permanent et voici quelques faits choquants mais importants concernant cette pratique.

Faits importants sur le travail des enfants

  1. Actuellement, près de 30 millions de personnes sont détenues en esclavage et environ 26 pour cent sont des enfants.
  2. En 2012, 168 millions d'enfants âgés de 5 à 17 ans étaient impliqués dans le travail des enfants. Sur ce nombre, 85 millions travaillaient dans des conditions dangereuses, endurant des coups et des violences sexuelles.
  3. Dans le monde, un enfant sur six est forcé de travailler, les enfants de moins de 18 ans représentant entre 40 et 50 pour cent des travailleurs.
  4. Les enfants vivant dans des zones plus rurales peuvent commencer à travailler dès l'âge de cinq ans.
  5. Selon l'OIT, on estime que les deux tiers de l'ensemble du travail des enfants se trouvent dans le secteur agricole.
  6. La proportion la plus élevée d'enfants travailleurs se trouve en Afrique subsaharienne, où 49 millions d'enfants sont des travailleurs forcés.
  7. Le nombre le plus élevé d'enfants travailleurs se trouve en Asie et dans le Pacifique, où plus de 122 millions d'enfants sont forcés de travailler.
  8. Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), plus de 300 000 enfants soldats sont forcés de participer à des combats armés.
  9. Dans la plupart des régions, les filles sont tout aussi susceptibles que les garçons d'être impliquées dans le travail des enfants, cependant, les filles sont plus susceptibles d'être impliquées dans le travail domestique.
  10. Selon l'OIT, seul un enfant travailleur sur cinq est rémunéré pour son travail, car la majorité des enfants travailleurs sont des travailleurs familiaux non rémunérés.

Alors pourquoi certains enfants sont-ils forcés de travailler ?

La pauvreté est la raison la plus souvent citée pour laquelle les enfants travaillent. Pressés de fournir de la nourriture et un abri, ainsi que de rembourser les dettes des parents, certains enfants n'ont d'autre choix que de s'impliquer dans le travail afin de subvenir aux besoins de leur famille. Cependant, certains enfants sont vendus contre leur gré et réduits en esclavage. D'autres facteurs influent sur le fait que les enfants travaillent ou non, notamment les obstacles à l'éducation et l'application inadéquate de la législation protégeant les enfants.

Le travail des enfants est un problème complexe, tout comme les solutions, mais les étapes suivantes doivent continuer à être encouragées afin de voir de nouveaux progrès. Tout d'abord, les lois sur le travail des enfants doivent être appliquées. Une autre stratégie consisterait à réduire la pauvreté dans ces zones afin de limiter le besoin d'imposer aux enfants ces situations. Enfin, donner accès à une éducation de qualité garantit à chaque enfant une chance d'avoir un avenir meilleur.


Causes et effets du travail des enfants

Le travail des enfants est encore présent dans de nombreux pays en développement. Ici, nous vous donnons un aperçu de cette pratique profondément abominable et des effets cicatrisants qu'elle peut avoir sur les enfants et la société dans son ensemble.

Le travail des enfants est encore présent dans de nombreux pays en développement. Ici, nous vous donnons un aperçu de cette pratique profondément abominable et des effets cicatrisants qu'elle peut avoir sur les enfants et la société dans son ensemble.

Le travail des enfants fait allusion à la pratique consistant à employer des enfants à plein temps dans les industries, souvent dans des conditions dangereuses et insalubres. La pratique prévaut encore dans les pays en développement, des exemples flagrants étant les pays d'Afrique, d'Asie du Sud-Est et d'Amérique latine. De nombreux enfants à travers le monde perdent leur enfance en travaillant dans des conditions dangereuses avec un maigre salaire. C'est une loi dans tous les pays que l'âge stipulé de l'emploi doit être tel que l'enfant puisse terminer sa scolarité obligatoire. Cependant, cette loi est violée et de nombreuses industries emploient encore des enfants, les soumettant à des travaux dans des conditions pouvant présenter un danger pour leur santé.

L'histoire du travail des enfants remonte à la révolution industrielle, lorsque de très jeunes enfants ont été forcés de travailler dans des mines de charbon, des usines, des ateliers clandestins et même comme domestiques. Même aujourd'hui, selon l'UNICEF, 150 millions d'enfants dans le monde entier sont engagés dans le travail. Cette pratique est largement observée dans les industries minières, de la céramique et de la verrerie, de la confection de vêtements et de tapis et des feux d'artifice. Cette forme d'exploitation prive les enfants de leur droit fondamental à l'éducation qui est si crucial dans leurs années de croissance. Pour freiner cette pratique malveillante, il faut approfondir ses causes et ses effets néfastes.

Causes du travail des enfants

  • Les principales raisons étant pauvreté et surpopulation. Ces deux vont de pair. Les familles pauvres ont tendance à avoir plus d'enfants, et lorsque les revenus d'une seule personne ne suffisent pas, les jeunes enfants sont obligés d'occuper un emploi partout où ils le peuvent. Avoir trop de membres représente un fardeau financier pour les familles pauvres et les parents sont obligés d'envoyer leurs enfants travailler pour obtenir un revenu supplémentaire.
  • Manque d'éducation parmi les couches les plus pauvres de la société est également une des principales raisons pour lesquelles les enfants commencent à travailler tôt. Les personnes ignorantes et analphabètes n'hésitent pas à engager leurs enfants dans le travail manuel, car elles ne sont pas conscientes du traumatisme physique et mental nocif que cela peut infliger à l'enfant. Étant pauvres, ils ne peuvent pas se permettre une éducation décente pour les enfants, et ils ne comprennent pas l'importance de l'enseignement primaire dans la vie des enfants.
  • Dans de nombreux pays en développement, les fabricants de textiles et de vêtements utilisent des enfants pour confectionner des vêtements. Les propriétaires d'usine coupent retour sur les coûts de production en employant des enfants plutôt que des adultes, qui sont à leur tour beaucoup moins payés et contraints de travailler beaucoup plus. Aussi, il n'y a aucun risque que ces jeunes ouvriers se heurtent aux patrons d'usines en formant des syndicats parce qu'ils ignorent leurs droits, et donc cette pratique fleurit à grande échelle.
  • Même si les pays ont des lois en place, celles-ci ne sont pas appliquées, ce qui conduit à une exploitation accrue d'enfants innocents. Apathie du gouvernement et la société a vu une augmentation des enfants travailleurs dans les pays en développement et sous-développés.
  • Dans certains pays, les femmes se voient refuser l'éducation formelle et sont élevés uniquement pour effectuer des tâches ménagères depuis un très jeune âge. Une telle société croit qu'une femme instruite ne s'intégrera pas dans le rôle traditionnel de femme au foyer et n'aura pas d'enfants. Cette notion alimente le travail des enfants et les jeunes filles sont ainsi poussées à effectuer des travaux ménagers manuels dès leur plus jeune âge.
  • Des familles migration des zones rurales vers les zones urbaines à la recherche de meilleures perspectives finissent souvent par pousser leurs enfants à accepter des petits boulots subalternes. Cela est dû au manque de ressources éducatives appropriées dans les zones rurales, de sorte que ces personnes ne trouvent pas d'emploi dans les villes. Alors pour joindre les deux bouts, les enfants font les frais tandis que les adultes se retrouvent au chômage.
  • Dans les villages, les personnes lourdement endettées vendent leurs enfants pour une petite somme d'argent ou de rembourser le montant impayé. Cela a donné lieu à la pratique du travail forcé des enfants. En conséquence, les enfants sont obligés de faire un travail très dur pendant de longues périodes, qui pourraient bien s'étendre jusqu'à l'âge adulte, jusqu'à ce que leur famille soit libérée de la dette.

Effets du travail des enfants

  • Les enfants qui travaillent sont souvent confrontés à de graves problèmes de santé à cause du travail incessant dans des conditions périlleuses. Souvent, les employeurs ne se soucient pas du tout des enfants mineurs qui souffrent presque toujours de malnutrition et continuent à travailler de longues heures avec peu ou pas de répit.
  • Leur santé mentale en prend également un coup à cause de cette grave forme d'exploitation. Ces enfants sont souvent confrontés à de graves traumatismes mentaux lorsqu'ils atteignent l'âge adulte, en raison des menaces et des mauvais traitements constants qu'ils subissent en tant que travailleurs.
  • Les enfants qui ne trouvent pas de travail pour nourrir les familles nombreuses ont recours à la mendicité dans la rue et, dans de nombreux cas, sont également la proie de la prostitution. À d'autres moments, ils se transforment même en voleurs juste pour gagner de l'argent rapidement dont dépend la survie de la famille.
  • Il a également un impact négatif sur le bien-être d'une nation. Étant donné que ces enfants ne reçoivent aucune éducation, cela augmente l'analphabétisme, entravant la croissance économique globale du pays, reflétant un faible développement humain.
  • Le manque d'éducation en tant qu'enfants signifie également que lorsqu'ils deviennent adultes, trouver un emploi devient difficile car ces enfants ne possèdent pas les compétences et la formation nécessaires. Cela conduit à une forte augmentation du chômage.
  • Ces enfants sont toujours sous-payés, ce qui réduit le revenu par habitant du pays, mettant en péril le développement économique à long terme.

Pour mettre fin à ce problème socio-économique, le gouvernement doit cibler les causes profondes, soit la pauvreté, le chômage des adultes, et prendre des mesures pour contrôler la croissance démographique. Des mesures doivent être prises pour éduquer les ignorants des couches les plus pauvres sur les avantages de l'éducation afin que les enfants ne soient pas privés de leur droit d'aller à l'école, et qu'ils puissent devenir des adultes civilisés, obtenir des emplois décents et contribuer à la croissance économique de la nation. Le travail des enfants ou le travail des mineurs est un mal social qui doit être aboli. En tant que société, nous devons travailler ensemble pour que les enfants soient libérés des griffes maléfiques de cette malversation et mènent une vie heureuse et saine.


Halte au travail des enfants dans les mines de la RDC

Des centaines d'enfants meurent en travaillant dans les mines ou de problèmes pulmonaires ou d'autres maladies causées par leur travail. Une étude de l'ONU menée en RDC a montré qu'entre septembre 2014 et décembre 2015, plus de 80 enfants travailleurs sont morts accidentellement dans les mines de l'ancienne province du Katanga. Ce chiffre touche à peine à la réalité, car de nombreux décès accidentels ne sont pas enregistrés – sans oublier les centaines d'enfants dont les corps sont ensevelis sous les décombres.

Le travail des enfants dans les mines de la RDC est une terrible réalité qu'il faut dénoncer. Malgré diverses réglementations régissant l'exploitation minière annoncées par le gouvernement congolais et la loi de 2009 sur la protection de l'enfance interdisant l'exploitation économique des enfants, aucune mesure ou politique concrète ou efficace n'a été prise par l'État pour éradiquer ce problème.

Par conséquent, il est temps que le gouvernement congolais et les sociétés minières spécifiques se penchent vraiment sur la question du travail des enfants dans les mines et mettent en place des mécanismes de surveillance et d'examen par les inspecteurs des sites miniers pour prendre des mesures audacieuses pour lutter contre ce problème, un cancer en RDC.


Programme des Nations Unies pour le développement Rapport sur le développement humain 2014 : Soutenir le progrès humain : réduire les vulnérabilités et renforcer la résilience, 2014, Tableau 2, p164.


Projets

Quel est le problème avec le travail des enfants ?
Le travail des enfants peut créer de nombreux problèmes différents dans la vie d'un enfant, tels que la malnutrition, les problèmes de santé mentale, la toxicomanie, mais il peut également violer d'autres droits de l'enfant, comme le droit à l'éducation. Voyons quelques faits sur le travail des enfants.

  • Dans les pays les plus pauvres du monde, environ 1 enfant sur 4 est engagé dans le travail des enfants.
  • Dans le monde, 218 millions d'enfants entre 5 et 17 ans ont un emploi. Parmi eux, 152 millions sont victimes du travail des enfants dont près de la moitié, 73 millions, travaillent dans des travaux dangereux.
  • Parmi les 152 millions d'enfants qui travaillent, 88 millions sont des garçons et 64 millions sont des filles.

Ces enfants travaillent souvent dans des conditions horribles et dangereuses. Leurs droits sont violés quotidiennement. Dans certains cas, il y a même de l'exploitation sexuelle et cela porte également atteinte à la dignité et à la moralité d'un enfant. Il est également possible qu'ils soient séparés de leurs parents, car ils doivent travailler dans un endroit différent de celui où vivent leurs parents. Parfois, les enfants sont forcés de travailler sans nourriture et avec des salaires très bas, ce qui équivaut presque à l'esclavage. Ces enfants sont souvent aussi victimes de violences physiques, mentales et sexuelles.

Pourquoi le travail des enfants est-il important ?
Le travail des enfants doit être arrêté afin que chaque enfant puisse avoir la possibilité d'aller à l'école, de jouer et d'avoir le meilleur avenir possible. Si les enfants travaillent, ils ne peuvent pas aller à l'école ! Cela signifie que ces enfants deviendront des adultes sans aucune éducation et ne sachant ni lire ni écrire, ce qui signifie qu'ils manquent de compétences essentielles pour la vie. Habituellement, la majorité des enfants qui travaillent sont issus de milieux défavorisés, de groupes minoritaires ou même enlevés à leur famille. Ils n'ont aucune protection. De plus, leurs employeurs font tout ce qui est nécessaire pour les rendre complètement invisibles, afin que personne ne les connaisse ou ne se soucie d'eux. De cette façon, ils peuvent exercer un contrôle absolu sur ces enfants. Le travail des enfants est aussi un obstacle pour être un enfant, pour pouvoir jouer (ce dont vous avez aussi le droit !) et faire ce que vous voulez.


Chronologie des droits de l'enfant

La Société des Nations adopte la Déclaration de Genève sur les droits de l'enfant, rédigée par Eglantyne Jebb, fondatrice de Save the Children Fund. The Declaration articulates that all people owe children the right to: means for their development special help in times of need priority for relief economic freedom and protection from exploitation and an upbringing that instils social consciousness and duty.

The United Nations General Assembly establishes the International Children’s Emergency Fund, UNICEF, with an emphasis on children throughout the world.

The United Nations General Assembly passes the Universal Declaration of Human Rights, in which Article 25 entitles mothers and children to ‘special care and assistance’ and ‘social protection’.

The United Nations General Assembly adopts the Declaration of the Rights of the Child, which recognizes, among other rights, children’s rights to education, play, a supportive environment and health care.

With the International Covenants on Civil and Political Rights and on Economic, Social and Cultural Rights, United Nations Member States promise to uphold equal rights – including education and protection – for all children.

The International Conference on Human Rights is convened to evaluate the progress made by countries in the 20 years since the adoption of the Universal Declaration of Human Rights. An agenda for future work is drafted and national commitments to upholding human rights are bolstered.

The International Labour Organization adopts Convention 138, which sets 18 as the minimum age for undertaking work that might be hazardous to a person’s health, safety or morals.

Concerned about the vulnerability of women and children in emergency and conflict situations, the General Assembly calls on Member States to observe the Declaration on the Protection of Women and Children in Emergency and Armed Conflict. The Declaration prohibits attacks against or imprisonment of civilian women and children, and upholds the sanctity of the rights of women and children during armed conflict.

The Commission on Human Rights puts forth a draft of a Convention on the Rights of the Child for consideration by a working group of Member States, agencies and intergovernmental and non-governmental organizations.

To mark the twentieth anniversary of the 1959 Declaration of the Rights of the Child, the United Nations General Assembly declares 1979 as the International Year of the Child, in which UNICEF plays a leading role.

The United Nations Standard Minimum Rules for the Administration of Juvenile Justice detail the principles of a justice system that promotes the best interests of the child, including education and social services and proportional treatment for child detainees.

The Convention on the Rights of the Child is adopted by the United Nations General Assembly and widely acclaimed as a landmark achievement for human rights, recognizing the roles of children as social, economic, political, civil and cultural actors. The Convention guarantees and sets minimum standards for protecting the rights of children in all capacities. UNICEF, which helped draft the Convention, is named in the document as a source of expertise.

The World Summit for Children is held in New York. The Guidelines for the Prevention of Juvenile Delinquency outline strategies for preventing criminality and protecting young people at high social risk.

Experts from UNICEF, Save the Children, Defence for Children International and other organizations meet to discuss data gathered from the reporting process of the Convention on the Rights of the Child. The meeting leads to the formal establishment of the Child Rights International Network (CRIN) in 1995.

The International Labour Organization (ILO) adopts the Worst Forms of Child Labour Convention, calling for the immediate prohibition and elimination of any form of work that is likely to harm the health, safety or morals of children. UNICEF has been working with the ILO since 1996 to promote the ratification of international labour standards and policies concerning child labour.

The United Nations General Assembly adopts two Optional Protocols to the 1989 Convention on the Rights of the Child, obligating State Parties to take key actions to prevent children from partaking in hostilities during armed conflict and to end the sale, sexual exploitation and abuse of children.

At the United Nations Special Session on Children, child delegates address the General Assembly for the first time. The World Fit for Children agenda was adopted outlining specific goals for improving the prospects of children over the next decade.

UNICEF co-publishes the Manual for the Measurement of Juvenile Justice Indicators with the United Nations Office on Drugs and Crime. The Manual enables governments to assess the condition of their juvenile justice systems and make reforms as necessary.

The United Nations Secretary-General issues the Status of the Convention on the Rights of the Child.

A new Optional Protocol to the 1989 Convention on the Rights of the Child is adopted. Under this Optional Protocol on a communications procedure, the Committee on the Rights of the Child can field complaints of child rights violations and undertake investigations.

Somalia and South Sudan ratify the Convention. The Convention is the most widely ratified international instrument with 196 States. Only the United States has not ratified to date.


List of Essays on Child Labour in English

Essay on Child Labour – Essay 1 (100 Words)

Child Labour means indulging the children in arduous labour which affects their physical and mental development and exploiting their potential to grow up with dignity.

UNICEF shows that about 10.1 million children in India are engaged in Work, thereby constituting 13% of the workforce in India. The age limit of these children ranges between 5 to 14 years.

Challenges & Steps to Be Taken:

Child labour doesn’t follow pattern and happens in all walks from within families to factories. Hence, the mindset of the society should be changed to emphasize that children must go to school and adults should be employed.

Government should make stricter laws to eradicate child labour. NGOs should pitch in to these avenues and empower these children to a brighter future.

Essay on Child Labour – Essay 2 (250 Words)

Any work that snatches away the dignity, potential and most importantly the childhood of a child is termed as child labour. Child labour has often been associated with work that is harmful to the physical as well as mental development of the child. Unfortunately, the most number of child labour cases in the world are reported from India every year. But what has eventually led us to adopt this otherwise disrespected practice?

CAUSES OF CHILD LABOUR:

Lack of social security, hunger and poverty are the fundamental drivers of child labour. The expanding gap between the rich and poor people, privatization of fundamental organisations and the neo-liberal monetary strategies are causes of significant areas of the population remaining out of business and without essential needs. This antagonistically influences kids more than some other age groups. A significant concern is that the real number of child workers goes un-distinguished. Laws that are intended to shield youngsters from unsafe work are ineffectual and not executed accurately.

MEASURES TO STOP CHILD LABOUR:

Elimination of poverty, the abolition of child trafficking and compulsory and free education and training can help diminish the issue of child labour. Strict implementation of work laws is additionally a basic requirement with the end goal to counteract abuse by organisations. Amendments in the present child labour laws are required to actually take control of the situation. The base of the age of fourteen years should be expanded to something like eighteen. Then only we can put an end to the continuous harassment faced by our kids and help them have a bright future not only for themselves for the nation as a whole.

Essay on Child Labour – Essay 3 (300 Words)

Child labour is a social issue in India and abroad where kids are exploited by organized and unorganized sectors of industry. The issue of child labour is quite prominent in dominating countries like India where families belonging to poor or weaker sections push their kids to work to earn instead of educating them. Such kids are easy prey for industries that are always on the look for cheap labour. It is estimated that around 70-90 million children in India are engaged in some sort of industry work. Of the total number of children working in the industry. 15% is approved by the Child Labour Act while 85% of them are illegally employed.

Child Labour Act in India was introduced 10 years back to protect the rights of the children. Unfortunately, even after a recorded number of child labour in various industries, there has not been a single reported case of child exploitation or illegal child labour. There is no forum in place to protect their rights and expose the exploiters. Child labour is a crime to humanity as kids below the age of 18 years are pushed to work in coal industries, construction, fireworks and more. They are forced to work as domestic help, brick kiln workers and bid rollers against their abilities and without seeking their consent.

It is saddening to know that the country where children are regarded as the future are forced to work for money. Another staggering fact is that children belonging to the affluent family takes up job in industries out of excitement and to earn extra money. In short, cultural and economic factors interact in India to encourage kids to work.

The issue of child labour can be dealt with only after understanding the real cause behind kids working in the industries. The children should be encouraged to speak up for themselves and say no to child labour.

Essay on Child Labour – Essay 4 (400 Words)

Child labor is an important topic that is being debated as a serious social issue all around the world. Keeping the society aware of this issue will help to avoid such illegal and inhuman activity from destroying the lives of many children.

Child Labor is something that replaces the normal activities a child, like education, playing, etc., by economic activities. These economic activities may be paid or unpaid work, which benefits the family of the child or the owner the child work’s for. The age limit is restricted to fourteen years or even seventeen years in case of dangerous works.

Reason for Child Labor:

Children may be forced to do child labor because of poverty and financial problems in their family. Many owners accept child labors since they only need a less amount as salary or even some accept non-monetary jobs too.

Children are often made to do such hard jobs by their irresponsible parents. They send their kids for domestic works for the money as well as for food they get through these works. These demanding works often spoil the childhood and give a harder way of living to the kid.

Parents allow their children for such jobs because of lack of awareness too. When they are too poor to take admissions in schools and the lack of good schools in their locality may also lead to such activities.

Not all form of jobs done by children are considered as child labor, but there are some things to note while categorizing them. Whether the job done mentally, morally, physically and socially affect the child in a dangerous way? Does the job done affect their education and other childhood activities like playing? The job they do shouldn’t be both tiring and excessive that they are forced to avoid other activities they should be doing in their age. These are the characteristics of Child Labor.

In extreme ways, there are owners who treat children like slaves and separate them from their families to do such hard jobs. Whatever be the job done, child labor depends on the age of the kid involved, type of activity and hours of work they do per day.

As a conclusion, children are meant to be enjoying their childhood and should be allowed to educate themselves at early ages. There are many schemes introduced by the government to reduce such child labors like providing free education and taking severe actions against those who promote child labor.

Essay on Child Labour – Essay 5 (450 Words)

Child labor is illegal exploitation of children below the age 18. It is a cognizable criminal offense. Indian Child Labor (Prohibition and Regulation) Act, 1986 and subsequent amendment of CLPR Act1986 prohibits employing children below the age of 14. Children under the age of 14 even should not be employed as domestic help. However, children between 14 and 18 categorized as ‘adolescent’ and can be employed if it does not violate the Factories Act, 1948.

Child labor is a bane to any country. It is a shameful practice and rampant more in developing and underdeveloped countries. Child labor is a hot topic in India among intellectual communities and political circles still this social evil is seamlessly being practiced in our country, with the blessing of bureaucracy and political patronage. It is high time to eradicate child labor from our society and punish the unscrupulous people who have been continuing the evil practice.

The development of any nation begins with the welfare of children. At an age adorned with colors and pranks, the tiny tots wither away their innocence in hazardous working conditions devoid of any childish fantasies.

At a tender age, the toddlers take up responsibilities to feed their families, and there could be many reasons that might have forced the children to work as a breadwinner. They strive hard day and night to feed their entire family. They sacrifice their lives, for their family even without knowing the personal repercussions in their later life.

This trend must have to stop at any cost. A practical solution to keep this social menace at bay is to organize awareness programs and introduce stringent laws which force children not to work or employ them as child labor. Some unscrupulous and merciless people appoint them because of cheap labor, as they have no bargaining power or no other choice but to succumb to their destiny.

Parents from the vulnerable section required proper advice and counseling to make them understand the importance of education. The government should come forward to identifying such families by offering social security without cast and religion consideration. The government should provide free boarding education for such financially backward communities, irrespective of any consideration. The only consideration must be their financial status.

Moreover, the existing laws pertaining to child labor must have, and if required, a proper amendment should be made to the Child Labor Act to stop the social evil system. Then only our dreams of a child labor free India, come true.

Greedy employees, poverty, poor financial background, lack of education are the main reason for child labor. It is the responsibility of government, social organization and society to address the issue for finding a permanent solution. Children are the asset of the nation. When they fail, the country fails, period.

Essay on Child Labour – Essay 6 (750 Words)

One of the cruelest crimes that are done to the children is the child labor in which the kids are forced to do work at a tiny age. They are compelled to earn like adults for supporting their families economically. As per the International Labour Organization, the children who have not attained the age of 15 should not get forcefully involved in any kind of work.

Employing children in work at an early age make their childhood deprived of the right to education along with the lack of mental, physical and social welfare. Child labor is prohibited in certain nations, but still, it is a global concern in maximum countries for rescinding the kid’s future predominantly.

As per the Indian law, the children under the 14 years of age should not be hired to any work at the workshops, organizations or restaurants. Their parents cannot also force them to do any job.

Different Causes of Child Labour:

There are numerous causes of child labor like repression of child rights, poverty, improper education, limited rules and laws on child labor, etc. The reasons for the child labor are almost the same in different nations.

The following are the various causes of child labor:

je. The high level of unemployment and the problem of poverty in developing countries are the primary cause of child labor. As per the statistics of U.N. in the year 2005, over 1/4 th of the people globally are living below the poverty line.

ii. The lack of right to regular education is one of the reasons for child labor in numerous nations. According to the research done in the year, 2006, nearly 76 million kids have not seen the face of the school.

iii. Violating the regulations about the child labor has also provided the way to enlarge this problem in developing nations.

iv. Insufficient social control has resulted in an increasing percentage of child labor in the region of domestic work or agriculture.

v. Small kids have to get involved in the child labor to add up in the income of their family so that they can eat food for at least two times a day.

vi. They are employed by the industries at the decreased labor expenses to get extra work done.

Probable Solutions to the Child Labour

With the purpose to eradicate the problem of: child labor from society, there is the necessity to follow certain effective way out on a serious basis to protect the future of an emerging nation.

Below are some probable solutions to avoid the issue of child labor:

je. Constructing new unions might benefit in stopping child labor since it will inspire more people to support against the point of child labor.

ii. The parents should consider the education of their children as the priority from their childhood. In this movement, the schools should also cooperate by providing free education to the children without any obstruction.

iii. There should be a high level of social awareness regarding child labor with the accurate statistics of enormous damage in the future for any emerging nation.

iv. Every single family should earn their minimum earnings with the purpose of surviving and preventing the problem of child labor. It will also decrease the number of people living below the poverty line in the country which ultimately reduces the child labor cause.

v. There is the requirement of more strict and effective government rules against the child employment with the aim of preventing the kids from working at their early age.

vi. The issue of child trafficking must be abolished by the different nation’s governments.

vii. The child laborers must be substituted by the adult labors so that the adult can get the job and kids get free from the child labor.

viii. The opportunities for employment for the adults must be increased for adults to decrease the issue of poverty as well as child labor.

ix. Trade proprietors of manufacturing work, businesses, mines, etc., must have the pledge of not employing any kid in any labor.

Child labor is one of the broad social issues that require getting resolved on an urgent basis. This step is incomplete without the support of parents as well as the government. Kids carry a flourishing prospect of any developing nation. Thus, they should be a considerable concern of all the citizens.

Children should get appropriate chance to grow and develop inside the contented surroundings of school and family. People should not use them for their earnings or for-profit motive. Children have full right to live their personal life with proper education.

Essay on Child Labour – Essay 7 (800 Words)

Introduction:

Children are a gift and blessing to a family. They deserve the unconditional love and care of the parents. It is inhuman to take advantage of their innocence and helplessness. However in India, a lot of children are being subjected to child labour, probably due to lack of awareness. They are deprived of a happy and normal childhood.

Meaning of Child Labour:

Child Labour involves engaging children to produce goods or services for financial gain. It denies their right to attend regular school and enjoy a happy childhood. It rips their capacity in the bud to have a good future. It affects the overall development of their physical and mental faculties.

When children are involved in full or part time work, it affects their schooling, recreation and rest. However, any work to promote and develop the child’s capability without affecting these three components is encouraged positively.

Causes of Child Labour:

Poverty is the foremost cause of child labour in India. Indian children have the history of labouring with their parents in their professional activities. It may seem right for the poverty-stricken parents to involve their children in labour for the sake of their family’s welfare. However, the right of that child for education and normal childhood is denied in the process.

Some illiterate parents often subject their children to bonded labour. Unaware of the exorbitant interest rates, they exploit their children by allowing to labour against their debt. Sometimes, the non-availability of affordable education in the villages are a cause of child labour.

When parents are sick or disabled, the need to earn the living falls squarely on the children’s shoulders. In such cases, they are not in a position to abide by the law. Rather than stealing and begging, they tend to allow their children to labour at a young age.

Sometimes, greediness of men play a part in child labour. The parents, who wish to increase the economic status of the family subject their children to labour. The employers, on their part, prefer child labourers against adults, taking advantage of the low labour cost.

Some families traditionally believe that the next generation should continue their family business. The children of these families are restricted to pursue their own goals in terms of education and career. In the Indian Society, there are still people who believe that girl children are fit only for domestic chores. So, girls often lose their right for education and normal childhood.

Child Labour Laws in India:

Child labour laws were formulated to prevent child labour, monitor and punish violators, and rehabilitate the victims.

They were laid down as early as 1938 during the colonial rule. But, year after year, during the various Government regimes, several amendments were made.

In the 1974 policy, children were declared as “nation’s supremely important asset.” The need to prioritize their welfare in national plans was recognised. The overall development of their sound spirit, soul and body was emphasized.

The 2003 policy underlined the right of the child to enjoy a happy childhood, to clear the causes that dampen their development, to educate the society to strengthen family ties and to protect them from all kinds of mistreatment.

In the 2013 policy, the rights of the child to survive, to enjoy good health, to be nourished with nutritious food, to have overall development of their personality, their opportunity for good education, their protection from abuse and participation in decision-making of their future life were the key priorities. This policy is due for review every five years.

Solutions to Child Labour:

The Government is working close with social agencies and common public to solve the issues of child labour.

Since 1988, National Child Labour Project Scheme (NCLPS) started to reinstate the rescued child labourers working in hazardous occupations. When children are rescued, they are enrolled in Special Training Centres and given education, meals, stipend, health care and recreation. Eventually, they are directed towards mainstream education. Adolescents rescued are given skilled trainings and suitable jobs.

The present Government has revived this scheme in 2017 with the latest use of technology to register child labour complaints online. With aims to eradicate child labour, the PENCIL (Platform for Effective Enforcement for No Child Labour) Portal serves to receive complaints, rescues the child with the help of local police and tracks the progress until he/she is successfully enrolled in a school or vocational training.

Since the community and local governance have definite roles in the welfare of a child, many programmes are being conducted to create awareness and sensitize the common people. Several coordination and action groups have been formed at State and District levels to monitor. The Ministry of Women and Child Development (MWCD) is the nodal Ministry that oversees and coordinates the implementation of the current policy.

Nobel Peace Laureate, Kailash Satyarthi, the Indian Children’s Rights Activist, believes that child labour could be abolished only through collaborative action, dedication at political level, sufficient capital and compassion for the needy children. The Government and the stakeholders like him, with their organisations, are working closely to root out this social evil by 2025.

Essay on Child Labour – Essay 8 (1000 Words)

In India, child labor refers to the hiring of any child below the age of 14 for the purpose of any economic benefits. In other words, it is illegal for an organization, including shops and factories to engage a child in their business for physical labor. This especially holds true for employment with occupational hazards, such as coal mines, welding, construction works, and painting, etc.

Though constitution makes employing the kids for laborious works a punishable offense, data says otherwise. Many national and international laws have been created to give these children protection from child labor but ground reality is something else. In India alone, more than 50 million children are forced into child labor for one or the other reasons.

Major Causes of Child Labor:

First of all, poverty strikes a major percentage of the total population of India. Life in rural areas of villages is even more difficult. The poor economic condition and low standard of living pave the way for child labor. To compensate for the daily needs of food and survival, both boys and girls are forced to work beyond their capacities. It is fair to say that they are left with no choice.

Lack of education in the rural areas means parents are less educated. Consequently, they also do not value the importance of school and education in the lives of their own children. In the scarcity of contraceptive awareness, couples end up having multiple children. Arranging three meals every day becomes an impossible task and the children learn it the hard way quite soon.

Gender Discrimination:

Girls are often prevented from going to school at a very low age. They are made to help in the fieldwork and the house chores as well. The story is not much different for the boys too. They quit school in order to take up some labor work in factories and farms and help their father in breadwinning.

In big cities and towns, these factors may be absent but that doesn’t immune the urban areas from the child labor cases. Child labors are easy to afford. They can be made to do more tiring jobs at low pays. Often the owners would provide them little food and money for continuous hours of work. As these kids have no family support, they end up giving in to such exploitations.

Child trafficking is also another factor that leads to child labor. Trafficked children have no home. They are sent to faraway place unknown to them. Ultimately, these little souls are pushed into extremely torturing and dangerous work conditions, such as prostitution, domestic helping, transport of drugs, etc.

Impacts of Child Labor:

Poor Physical and Mental Health:

Children at such a young age are gullible and vulnerable. Child labor affects their physical, mental, and emotional health in a severe way. They are deprived of their basic rights to education. Arduous physical strain and the burden of arranging their own food cause malnutrition in them.

In order to survive in this world, they tend to become mature faster than they need to. Their childhood is lost and crushed with the bitter pressure of acting like an adult. The kind of affection and love needed at such a tender age is never available to them. Both parents and the owners are often highly demanding to them.

Such consistent threats keep the children in a frightening state of mind all the time. There are increased chances of physical abuse. To cope up with these pressures, girls and boys fall victims to the drug abuse. Many more dangerous habits become a normal part of their lives.

Addiction and Sexual Abuse:

From taking drugs to selling them, alcohol addiction, sexually transmitted diseases, rape, emotional numbness, violence, are common things that surround their living conditions. Poor kids may also catch up these habits from their own parents or localities, where their parents or friends are showing these behaviors on a regular basis.

The situation becomes worse if these kids are physically handicapped. In villages and low-income groups, the adults struggle to arrange a proper livelihood for themselves. So, they begin to see girls and handicapped children as nothing more than a baggage. As a result, girls are sold off to marry old men and the kids are left to beg on the streets.

Challenges in Controlling Child Labor:

While the laws to diminish the curse of child labor have been made, they are pretty vague in nature. For instance, most of the laws are unable to dictate strict guidelines for the unorganized sectors. Immunity from the dangerous works is not sufficient. Moreover, clear points should be laid out in terms of where and for how many hours can the children work (if they really need to).

Lack of Rehabilitation Plans:

Another issue that the authorities face is the lack of rehabilitation facilities for the children who have been saved from the devil grips of child labor. It becomes an unanswered question as to how these children should regain control of their new lives and start afresh. Proper counseling and nutrition play an indispensable role to help them thrive.

More awareness needs to be created in rural and urban areas. Adults including the parents should be taught about the negative impacts of child labor on the minds of children. They should also be explained about the power of education and the various schemes which promises a free basic education for kids. It is even more important to emphasize how the education empowers girls and makes their lives better.

Child labor is not just about forcing children to work. Its side effects are quite large and gruesome. It leaves a stain on the child’s mind. It interferes with their mental and emotional health and prevents their proper growth and development. It is a blemish on the face of humanity that must be erased as soon as possible.

After all, what kind of citizens do we expect them to grow into after such kinds of abuse? We need to think about it. Children are the future of our society, our country. We cannot hope for true growth and prosperity until and unless our young generation is safe and healthy in every way.


Child Labor

History of Child Labor in America
There had always been forms child labor in America that ranged from the enforced work of indentured servitude to child slavery. But child labor also provided the help needed in farming families and communities. Child labor was needed in the rural farming areas, dictated by essential daily chores and the requirements of the agricultural seasons. Poor families relied upon child labor in order to attain basic necessities and living essentials. The jobs allocated to children depended on their age and whether they were boys or girls.

Farm work could be hard, but working conditions were not dangerous and at least allowed kids to breath the fresh air. The use of child labor, and the risks and working conditions of children, underwent a enormous change in the 1800's. Industry developed on an extensive scale and the mechanization of industry resulted in the abuse of children who were forced to work in terrible conditions in factories, mines and mills. This article provides the history of child labor in America during the 1800's, the following links provide facts and information about events that were particularly relevant to the subject of child labor.

1800's Child Labor in America
This article provides facts and information about child labor in America during the 1800's. This was the time when the Industrial Revolution and the process of Industrialization transformed America from a rural, agricultural to a city based industrial society that resulted in a massive increase in child labor during the 1800's.

Child Labor Causes in the 1800's

Child Labor Causes in America: Inventions and new technology of the Industrial Revolution

Child Labor Causes in America: The Process of Industrialization and the mechanization of industry that led to the building of factories and the factory system

Child Labor Causes in America: The Rise of Big Business and Corporations and the emergence of the ruthless Robber Barons whose unethical, uncaring working practices led to mass production and the depersonalization of workers

Child Labor Causes in America: The need for cheap labor - the power driven machines could be operated by children

Child Labor Causes in America: Urbanization, the movement of millions of people from rural locations to the cities made possible by new transportation systems

Child Labor Causes in America: Poverty - children were forced to work to help their families

Child Labor Causes in America: Labor Shortages - the massive influx of immigration in the 1800's fed the demand for labor including the extensive employment of immigrant children

Child Labor Causes in America: Lack of government regulation to enforce safety standards, working conditions and working hours. A variety of laws differed from state to state

Child Labor Causes in America: The opposition to Labor Unions prevented workers from protecting children and making it more difficult to improve labor standards and living standards in order to eliminate child labor.

Child Labor Causes in America: Reform movements, who worked to abolish child labor, did not emerge until the 1890's with the start of the Progressive Movement and Progressive Reforms.

Child Labor Causes in the 1800's

1800's Child Labor in America for kids: Wages and Hours of Work
During the period of Industrialization child labor was the norm. Child labor made up 20% of the workforce. Their parents had no choice to send them to work as their meager wages helped to support the families. The working children had no time to play or go to school, and little time to rest. The prevalence of child labor in America meant that the poor could not receive an education to enable them to get better, skilled jobs. Children were deprived of a decent education and entered the spiral of poverty from which there was no escape for the growing number of unskilled and uneducated workers.

● How long did children work and what were they paid? The typical hours of work lasted from sunrise to sunset, 11 or 12 hours per day, six days a week. They had less than one hour break in their working day.
● How much did they earn? They earned an average weekly wage of one dollar.
● How old were the children? Some were employed in child labor as young as five years old and were paid low wages until they reached the age of sixteen
● According to the 1900 US Census, a total of 1,752,187 (about 1 in every 6) children between the ages of 5 and 10 were engaged in "gainful occupations" in the United States of America.

1800's Child Labor in America for kids: Types of Jobs and Work

Child Labor jobs and work: Agricultural Industry - Jobs included chasing away birds, sewing and harvesting the crops.

Child Labor jobs and work: Textile Industry - Children worked spinning and weaving cotton and woolen goods in the mills. Bobbin boys were employed in the textile mills bringing bobbins to the women at the looms and collecting the full bobbins.

Child Labor jobs and work: Mining Industry - The mining industry was an extremely dangerous, unpleasant and filthy occupation. Young boys called "Breaker Boys" processed raw coal by breaking it into various sizes for different types of furnaces. Other children were employed as coal bearers, carrying coal in baskets on their shoulders. The smaller children worked as "trappers" who opened trap doors in the mines to move the coal.

Child Labor jobs and work: Manufacturing Industry - The factories were often damp, dark, and dirty with few toilet facilities. The machines and sharp tools used performing various jobs caused many injuries. Glass factories were notorious and boys under 12 where expected to carry loads of hot glass

Child Labor jobs and work: Laboring work - Children were also employed to help the laborers engaged in construction and transportation projects including the railroads and canals. Water Boys were employed to carry water to workers who dug canal beds and railroads

Child Labor jobs and work: Domestic Work - Children performed domestic work in large houses up to 16 hours per day, seven days per week. The hall boys, scullery maids, kitchen girls or drudges performed the worst jobs such as emptying chamber pots. .

Child Labor jobs and work: Sweatshops - Children worked in the dirty tenement sweatshops making clothes and other small items

Child Labor jobs and work: Street Work - Children performed a variety of jobs on the streets and sewers. Ragpickers made a living by rummaging through refuse in the streets collecting items and scraps for salvage including cloth, paper, broken glass and even dead cats and dogs could be skinned to make clothes. Other street jobs included delivery boys and shoeshine boys

1800's Child Labor in America for kids: Types of Jobs and Work

1800's Child Labor in America for kids: Deaths and Injuries
The children worked in dangerous conditions. According to statistics in 1900 there were 25,000 - 35,000 deaths and 1 million injuries occurred on industrial jobs, many of these victims would have been children.

● Children had higher rates of injury and death at work than adults and over 50% of child labor was involved in hazardous and dangerous work.
● Many worked in confined spaces and underground in unhealthy environments.
● They were exposed to extreme heat and cold.
● There was no government regulations for health and safety and no state safety regulations existed.
● There were some safety instructions on factory machines but as most workers were completely illiterate these were as good as useless.
● The causes of the most deaths were fires, explosions, cave-ins and train wrecks.
● The main causes of injuries were the factory machines and sharp tools. Children lost fingers, hands were mangled and some were scalped when hair that got caught in the machinery.
● Some children were killed when they fell asleep and fell into factory machines.
● Carrying heavy loads caused lifelong deformities and handicaps.
● Children not only suffered from physical stress they were also subjected to mental stress due to appalling working conditions.
● The health of children suffered working in back-breaking jobs in dark, gloomy environments with poor ventilation. They suffered from lung, ear and eye infections and unsanitary conditions led to terrible diseases and illnesses such as cholera, bronchitis and tuberculosis

Child Labor Laws in America for kids: Progressive Reforms
The 1916 Keating-Owen Child Labor Act was a federal law passed limiting how many hours children were allowed to work, prohibiting the employment of children under the age of fourteen in factories producing goods for interstate commerce.


Voir la vidéo: A partir de quel âge doit-on donner un goûter à son enfant? (Août 2022).