Des articles

Doctrine Hallstein

Doctrine Hallstein


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

En 1950, Konrad Adenauer nomme Walter Hallstein sous-secrétaire d'État et dirige la délégation allemande à la conférence du plan Schuman. À ce poste, il a développé ce qui est devenu la doctrine Hallstein. Selon cette doctrine, la République fédérale d'Allemagne (Allemagne de l'Ouest) avait le droit exclusif de représenter l'ensemble de la nation allemande. À l'exception de l'Union soviétique, le gouvernement a refusé d'entretenir des relations diplomatiques avec les États qui reconnaissaient la République démocratique allemande (Allemagne de l'Est).

En 1969, Willy Brandt est devenu chancelier de la République fédérale d'Allemagne (Allemagne de l'Ouest). Sa politique d'Ostpolitik (réconciliation entre l'Europe orientale et occidentale) remplace la doctrine Hallstein.

L'un des principaux arguments de la propagande soviétique allègue que le Marché commun aggrave les contradictions du monde capitaliste et précipite une lutte acharnée pour la position sur le marché européen entre des groupes monopolistiques rivaux.

Étrange argument en effet. Ce qui se cache derrière l'interpénétration croissante du marché intérieur de la Communauté, qui a entraîné une augmentation de 73 pour cent du commerce intérieur en quatre ans, une augmentation de 19 pour cent du produit national brut de la Communauté et une augmentation de 29 pour cent dans la production industrielle ? Cela ressemble-t-il à une lutte meurtrière pour la position parmi les monopoles ? Comment concilier cet argument avec les aspirations librement exprimées de nos voisins européens... à rejoindre le Marché commun ou à s'y associer sous une forme ou une autre ?

Le sens fondamental des attaques lancées contre nous est que les dirigeants soviétiques ont clairement reconnu, bien que très tard dans la journée, que quelque chose s'est produit, avec une vitesse inattendue et un succès surprenant, ce qui est absolument impossible selon la théorie marxiste-léniniste. Selon cette théorie, les États capitalistes ne peuvent pas surmonter leurs différences et s'unir ; une telle union ne peut pas créer les conditions d'une planification économique à long terme couvrant de vastes zones et assurant la stabilité et la sécurité face aux crises ; ces phénomènes ne peuvent être les précurseurs d'un système économique qui pourrait un jour inclure tout le monde libre.

Tout cela est impossible, dans l'esprit communiste, non seulement pour des raisons théoriques, mais aussi pour des raisons pratiques. C'est impossible parce que le bloc de l'Est a maintenant atteint un état de crise dans son évolution économique qui inquiète de plus en plus les dirigeants soviétiques. Ils ne sont pas seulement concernés par une crise de l'économie soviétique elle-même. ils s'inquiètent aussi, ironiquement, d'une crise d'intégration, comme le montre le texte torturé, tendu et fade de la dernière résolution du Comecon.


Histoire allemande de 1945 à 1990

L'Union soviétique a imposé le blocus de Berlin et a conduit au soutien occidental à l'Allemagne avec le pont aérien de Berlin. Apprenez les détails de ces événements dans cette leçon.

L'Union soviétique a imposé le blocus de Berlin et a conduit au soutien occidental à l'Allemagne avec le pont aérien de Berlin. Apprenez les détails de ces événements dans cette leçon.

L'Allemagne de l'Ouest ou République fédérale d'Allemagne a été créée en 1949, peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, examinez les événements de cette période historique dans cette leçon.

L'Allemagne de l'Ouest ou République fédérale d'Allemagne a été créée en 1949, peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, examinez les événements de cette période historique dans cette leçon.

Dans cette leçon d'histoire sur le Wirtschaftswunder, découvrez comment l'Allemagne est devenue l'une des principales nations industrielles du monde après la Seconde Guerre mondiale.

Dans cette leçon d'histoire sur le Wirtschaftswunder, découvrez comment l'Allemagne est devenue l'une des principales nations industrielles du monde après la Seconde Guerre mondiale.

La chute du mur de Berlin a fait reculer le rideau de fer et l'Allemagne réunifiée apprend les détails de sa construction et de sa destruction dans cette leçon d'histoire.

La chute du mur de Berlin a fait reculer le rideau de fer et l'Allemagne réunifiée apprend les détails de sa construction et de sa destruction dans cette leçon d'histoire.

Découvrez comment la RFA a revendiqué la seule représentation internationale du pays jusqu'en 1969, y compris comment la doctrine Hallstein a contribué à cette politique étrangère.

Découvrez comment la RFA a revendiqué la seule représentation internationale du pays jusqu'en 1969, y compris comment la doctrine Hallstein a contribué à cette politique étrangère.

  • Recommandé Recommandé
  • Historique et historique en cours
  • Parcourir la bibliothèque
  • Bibliothèque la plus populaire

Obtenez des recommandations personnalisées

Laissez-nous vous aider à comprendre ce qu'il faut apprendre! En passant un court entretien, vous pourrez spécifier vos intérêts et objectifs d'apprentissage, afin que nous puissions vous recommander les cours et les leçons parfaits à essayer ensuite.

Vous n'avez aucune leçon dans votre histoire.
Trouvez simplement quelque chose qui semble intéressant et commencez à apprendre !


Historiciser la question allemande : vers une histoire internationale de la guerre froide

Andreas W. Daum, Historiciser la question allemande : vers une histoire internationale de la guerre froide, Histoire diplomatique, Volume 29, numéro 5, novembre 2005, pages 869-874, https://doi.org/10.1111/j.1467-7709.2005.00521.x

Avec l'unification des deux États allemands en 1990, la politique étrangère allemande est redevenue la politique étrangère de l'Allemagne, se débarrassant des anomalies qui avaient marqué les quatre décennies précédentes et remplaçant la rivalité de la République fédérale d'Allemagne et de la République démocratique allemande (RDA ). La politique étrangère allemande a retrouvé la capacité d'agir comme la voix officielle d'un État reconnu par l'ensemble de la communauté internationale comme pleinement souverain et comme la seule représentation légitime du peuple allemand. À l'époque de la guerre froide, l'absence de cette capacité a créé d'énormes défis pour les les deux la République fédérale et la RDA, partout où ces États sont apparus comme acteurs internationaux, que ce soit en Birmanie ou au Ghana, à Cuba ou au Cambodge, en Irak ou en Indonésie. Comme le démontre William Glenn Gray dans La guerre froide de l'Allemagne : la campagne mondiale pour isoler l'Est.


La doctrine de l'équité

C'est aussi prévisible que Rush Limbaugh déclenchant une controverse : toutes les quelques années, quelqu'un au Congrès évoque la doctrine de l'équité. En 1987, la FCC a aboli la politique, qui dicte que les titulaires de licence de radiodiffusion publique ont le devoir de présenter des problèmes importants au public et « voici la partie « équité » » pour donner de multiples perspectives tout en le faisant. Aujourd'hui, plus de 20 ans plus tard, un groupe de législateurs démocrates demande qu'il reprenne vie. "Je pense absolument qu'il est temps d'amener la responsabilité sur les ondes", a déclaré la sénatrice du Michigan Debbie Stabenow.

La nouvelle a indigné les conservateurs, qui voient la proposition comme une tentative transparente des démocrates de museler les gros bonnets de la radio comme Sean Hannity et Limbaugh. Mais le dernier effort, soutenu de manière informelle par des poids lourds du Congrès, dont la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le sénateur John Kerry, soulève de vieilles questions sur le rôle du gouvernement dans la régulation des ondes. (Voir des photos de moments diplomatiques embarrassants.)

La loi est enracinée dans le monde des médias de 1949, lorsque les législateurs se sont inquiétés du fait qu'en raison de leur quasi-étranglement sur la diffusion télévisée nationale, les trois principaux réseaux de télévision - NBC, ABC et CBS - pourraient abuser de leurs licences de diffusion pour établir un agenda public biaisé. La doctrine de l'équité, qui exigeait que les réseaux de diffusion consacrent du temps à des points de vue contrastés sur des questions d'importance publique, visait à uniformiser les règles du jeu. Le Congrès a soutenu la politique en 1954 et, dans les années 1970, la FCC a qualifié la doctrine de "l'exigence la plus importante d'exploitation dans l'intérêt public - la condition sine qua non pour l'octroi d'un renouvellement de licence". (Voir 25 personnes à blâmer pour la crise financière.)

La Cour suprême s'est montrée disposée à défendre la doctrine, lui faisant de la place aux côtés du premier amendement. Dans l'affaire Red Lion Broadcasting Co. v. FCC de 1969, le journaliste Fred Cook a poursuivi une émission de radio de Pennsylvanie Christian Crusade après qu'un animateur de radio l'ait attaqué à l'antenne. Dans une décision unanime, la Cour suprême a confirmé le droit de Cook à une réponse à l'antenne en vertu de la doctrine de l'équité, arguant que rien dans le premier amendement ne donne à un titulaire de licence de diffusion le droit exclusif sur les ondes sur lesquelles il opère. Mais lorsque la Floride a essayé de maintenir les journaux à un niveau similaire en 1974 à Miami Herald Publishing Co. V. Tornillo, la Cour suprême a été moins réceptive. Les juges ont convenu que les journaux — qui n'ont pas besoin de licences ou d'ondes pour fonctionner — font face à une concurrence théoriquement illimitée, rendant la protection de la doctrine de l'équité inutile.

La doctrine est restée en vigueur et a été appliquée jusqu'à ce que le président de la FCC, Mark Fowler, commence à la faire reculer pendant le deuxième mandat de Reagan, malgré les plaintes de certains membres de l'administration selon lesquelles c'était tout ce qui empêchait les journalistes de radiodiffusion de fustiger complètement les politiques de Reagan à l'antenne. En 1987, le panel de la FCC a abrogé la doctrine de l'équité avec un vote de 4-0.

Depuis lors, le Congrès a régulièrement essayé de ramener la doctrine. Reagan et George H.W. Bush a tous deux annulé les initiatives du Congrès en menaçant de veto, et une tentative de 2005 de rétablir la doctrine n'a pas réussi à sortir du comité. Maintenant, avec les démocrates au contrôle du Congrès et de la Maison Blanche et avec des animateurs de radio conservateurs – une longue épine dans le pied des libéraux – qui prennent les ondes pour faire exploser le plan de relance du président Obama, l'intérêt pour la doctrine de l'équité est à nouveau à son apogée. .

Les conservateurs ont réagi avec véhémence. Limbaugh a promis qu'il "ne descendrait pas sans se battre" et qualifie la doctrine de l'équité de "la pointe de l'iceberg" d'une tentative du gouvernement fédéral d'étendre son pouvoir. Newt Gingrich a qualifié la doctrine de l'équité d'« action positive pour les libéraux » et Hannity l'a qualifiée d'« attaque contre le premier amendement ».

Les deux parties exagèrent probablement l'importance de la doctrine. Même si cela devait revenir, les libéraux auraient du mal à coopter la doctrine de l'équité pour limiter la radio parlée conservatrice au degré qu'ils pourraient souhaiter. La FCC n'a jamais appliqué la doctrine de l'équité à un animateur de radio parlée, et la réglementation n'oblige pas les stations à accorder un temps égal à chaque point de vue. De plus, le point pourrait être sans objet sans le soutien du Bureau ovale, dont la doctrine ne bénéficie pas actuellement. "Comme le président l'a déclaré pendant la campagne, il ne pense pas que la doctrine de l'équité devrait être rétablie", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche le 18 février. En supposant que le règlement ne reçoive pas sa renaissance cette fois, donnez-lui quelques années. Si l'histoire l'indique, la doctrine de l'équité reviendra.


Doctrine Hallstein

une doctrine de politique étrangère de la République fédérale d'Allemagne (RFA), adoptée en décembre 1955 lors d'une conférence des ambassadeurs de la RFA à Bonn.

La doctrine, qui empiétait sur les droits souverains de la République démocratique allemande (RDA), cherchait à établir un blocus diplomatique de l'État socialiste allemand, du nom du ministre des Affaires étrangères de la RFA, W. Hallstein. La doctrine stipulait que la RFA romprait les relations diplomatiques avec tout pays qui reconnaîtrait la reconnaissance de la RDA serait interprétée comme un acte inamical et justifierait des sanctions politiques et économiques. Malgré la politique de la RFA, les liens de la RDA avec les autres pays se sont renforcés et étendus.

La doctrine Hallstein, qui était incompatible avec les normes juridiques internationales, a été de plus en plus condamnée par d'autres pays. En 1967, le gouvernement de la RFA a été contraint de modifier la doctrine et a renoncé à son application aux pays socialistes. À la fin des années 1960, de nombreux pays ont reconnu la RDA. Cette augmentation de la reconnaissance était une indication du renforcement de la position internationale de la RDA. En février 1970, le ministère des Affaires étrangères de la RFA déclara la doctrine Hallstein nulle et non avenue. L'effondrement de la doctrine a reçu une confirmation définitive avec la signature en 1972 d'un traité sur les bases des relations entre la RFA et la RDA (voirRÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D'ALLEMAGNE (RFA)-RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE ALLEMANDE (RDA) TRAITÉ DE 1972).


Secrétaire d'État au ministère des Affaires étrangères (1951-1958)

À la suite d'un changement dans le statut d'occupation, le ministère allemand des Affaires étrangères a été recréé en mars 1951, mais le poste de ministre des Affaires étrangères a été occupé par Adenauer lui-même. Le 2 avril 1951, Hallstein est nommé haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères nouvellement créé.

La politique étrangère a continué à être gérée par Adenauer lui-même avec son groupe d'intimes, dont Hallstein, Blankenhorn et d'autres. À bien des égards, Hallstein était le ministre des Affaires étrangères de l'Allemagne de l'Ouest, sauf son nom, mais il y avait une prise de conscience croissante de la nécessité d'un titulaire de charge distinct.

Hallstein a joué un rôle important dans la promotion des objectifs de l'Allemagne de l'Ouest de recouvrer sa souveraineté et de créer une Communauté européenne de défense (CED), dont l'Allemagne de l'Ouest serait membre. Α] Les négociations ont d'abord abouti à deux accords internationaux :

  • Le 26 mai 1952, le traité de Bonn a été signé par les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne de l'Ouest lors de la ratification, il restaurerait en grande partie la souveraineté de la République fédérale d'Allemagne (de facto Allemagne de l'Ouest, mais à l'exclusion de Berlin-Ouest, qui a conservé un statut particulier).
  • Le 27 mai 1952, le traité de Paris a été signé par les États-Unis, la France, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg et l'Allemagne de l'Ouest lors de sa ratification, il aurait créé la Communauté européenne de défense (CED).

Cependant, le traité de Paris n'a pas obtenu l'approbation nécessaire du Parlement français. Au lieu de cela, une solution impliquant l'Union de l'Europe occidentale (UEO) a été convenue et l'Allemagne de l'Ouest devait devenir membre de l'OTAN. Les efforts pour résoudre les problèmes ont abouti, en 1954, à une série de conférences à Londres et à Paris. La partie allemande était représentée par Adenauer, le chancelier allemand, ainsi que les hauts fonctionnaires du ministère allemand des Affaires étrangères : Hallstein, son collègue Blankenhorn et son adjoint, Grewe. Hallstein a aidé à négocier divers traités lors de la Conférence des neuf puissances de Londres du 23 septembre au 3 octobre 1954, ils ont été finalisés à la conférence de Paris du 20 au 23 octobre 1954. Les conférences de Paris comprenaient une réunion des parties à la Conférence des neuf puissances à Londres (20 octobre), une réunion des sept membres de l'UEO (20 octobre), une réunion des quatre puissances pour mettre fin à l'occupation de l'Allemagne (21-22 octobre) et une réunion des quatorze membres de l'OTAN pour approuver l'adhésion de l'Allemagne.

Après la ratification des Accords de Paris le 5 mai 1955, le Traité général (Deutschlandvertrag), qui a largement restauré la souveraineté de l'Allemagne (occidentale), a pris pleinement effet, la République fédérale d'Allemagne est devenue membre de l'OTAN.

Une fois les principaux objectifs de politique étrangère en main, Hallstein se mit à restaurer le service diplomatique de l'Allemagne et à réorganiser le ministère des Affaires étrangères, sur la base des conclusions du rapport Maltzan, un rapport commandé par Hallstein le 26 juin 1952 et produit un mois plus tard par Vollrath Freiherr von Maltzan, ancien diplomate, alors prêté par le ministère de l'Économie.

Un manque d'information et de consultation et une atmosphère de secret ont été critiqués, résultant peut-être de la méfiance d'Adenauer envers les anciens du ministère des Affaires étrangères, le Rue Wilhelm vétérans, ainsi que le désir d'occuper des postes de haut niveau avec des étrangers non entachés d'avoir servi comme diplomates sous les nazis.

Il y avait des suggestions d'une déconnexion entre la direction (constituée d'Adenauer et d'un petit groupe de conseillers proches, dont Hallstein et Blankenhorn) d'une part et les chefs de division au ministère des Affaires étrangères et les missions diplomatiques d'autre part. En particulier, Hallstein a également été critiqué dans la presse après le rejet de la Communauté européenne de défense par l'Assemblée nationale française, comme l'avait prédit la mission diplomatique allemande à Paris.

Le 6 juin 1955, Adenauer, qui était jusqu'alors ministre des Affaires étrangères et chancelier, nomma Heinrich von Brentano ministre des Affaires étrangères et il y eut un remaniement des responsabilités, mais Hallstein conserva la confiance d'Adenauer et continua d'assister aux réunions du cabinet. Herbert Blankenhorn, qui était jusqu'alors chef du département politique du ministère des Affaires étrangères, est devenu le représentant permanent de l'Allemagne auprès de l'OTAN à Paris. Wilhelm Grewe a repris le département politique sous Hallstein et a été nommé adjoint de Hallstein.

Hallstein a été impliqué dans des discussions avec les Français concernant le retour de la Sarre riche en charbon en Allemagne. En octobre 1955, un référendum a été organisé pour décider si la Sarre resterait séparée de l'Allemagne ou serait réintégrée en Allemagne, à la suite de laquelle il a été convenu avec la France qu'il y aurait une intégration politique dans la République fédérale d'Allemagne d'ici le 1er janvier 1957 et l'intégration économique avant le 1er janvier 1960. En septembre 1956, Hallstein annonce que la France a accepté de céder le contrôle de la Sarre à l'Allemagne le 27 octobre 1956, le traité de la Sarre est signé.

Doctrine Hallstein

En 1955, l'Allemagne avait en grande partie recouvré sa souveraineté et s'était intégrée dans les organisations de défense occidentales, l'intégration européenne de l'UEO et de l'OTAN avait progressé, avec la création de la CECA, la question de la Sarre devait être résolue par le référendum d'octobre 1955. En toutes ces questions, Hallstein avait joué un rôle majeur.

Certains des principaux problèmes de la politique étrangère allemande étaient désormais la réunification allemande et les relations de l'Allemagne de l'Ouest (République fédérale d'Allemagne) avec ses voisins orientaux, y compris l'Allemagne de l'Est (République démocratique allemande). Plus impliqué dans l'intégration de l'Europe occidentale, Hallstein a délégué une grande partie de ce travail à son adjoint, Wilhelm Grewe. Mais dans ce domaine en particulier, la politique étrangère allemande a été associée au nom de Hallstein.

En 1955, Hallstein et Grewe ont accompagné Adenauer en tant que membres d'une délégation à Moscou, où l'établissement de relations diplomatiques entre Bonn et Moscou a été convenu. C'est sur le vol de retour de Moscou que la politique qui allait devenir plus tard connue sous le nom de doctrine Hallstein a été étoffée, bien que le ministère des Affaires étrangères ait déjà conçu et mis en pratique des éléments de la politique. L'idée derrière la doctrine Hallstein est venue de l'adjoint de Hallstein, Wilhelm Grewe. La doctrine deviendra l'un des éléments majeurs de la politique étrangère ouest-allemande de septembre 1955 à la reconnaissance officielle de la République démocratique allemande en octobre 1969.

Sur la base de la Loi fondamentale, son de facto constitution, la République fédérale d'Allemagne – alors communément connue dans le monde anglophone sous le nom d'Allemagne de l'Ouest – revendiquait un mandat exclusif pour représenter l'ensemble de l'Allemagne, y compris l'Allemagne de l'Est communiste, qui était alignée sur l'Union soviétique. L'un des premiers objectifs de la politique étrangère ouest-allemande était l'isolement diplomatique de l'Allemagne de l'Est. En 1958, les journalistes nommèrent cette politique la Doctrine Hallstein-Grewe, qui est devenu plus tard abrégé en Doctrine Hallstein.

Grewe lui-même écrit qu'il a conçu les grandes lignes de la politique, mais principalement comme l'une des nombreuses options, les décisions étant prises par le ministre des Affaires étrangères, Brentano, et le chancelier, Adenauer dans tous les cas, le nom de doctrine Hallstein peut avoir été quelque peu impropre.

Aucun texte officiel de la soi-disant "doctrine" n'a été rendu public, mais cela a été expliqué publiquement dans une interview à la radio par son architecte principal, Wilhelm Grewe. Adenauer a également expliqué les grandes lignes de la politique dans une déclaration au parlement allemand le 22 septembre 1955.

Cela signifiait que le gouvernement fédéral allemand considérerait comme un « acte inamical » si des pays tiers reconnaissaient ou maintenaient des relations diplomatiques avec la « République démocratique allemande » (Allemagne de l'Est). L'exception était l'Union soviétique, en tant que l'une des quatre puissances responsables de l'Allemagne. La menace de réponse à un acte aussi hostile était souvent comprise comme la rupture des relations diplomatiques, ce qui n'était pas considéré comme une réponse automatique en vertu de la politique, mais restait l'ultima ratio.


Post-Division

Après l'officialisation des deux États, l'Allemagne de l'Ouest a connu un boom économique, soutenu par la Plan Marshall des États-Unis pour combattre le communisme en Europe. Avec les infrastructures et la technologie préexistantes, l'Allemagne de l'Ouest est rapidement devenue une puissance économique majeure en Europe. Forte de sa puissance économique, l'Allemagne de l'Ouest a pris des mesures pour mettre en œuvre sa position sur la scène internationale. En 1955, l'Allemagne de l'Ouest a déclaré qu'elle n'aurait aucune relation diplomatique avec une nation qui reconnaît l'Allemagne de l'Est en tant que pays. Cette doctrine a été nommée Doctrine Hallstein après Walter Hallstein, un diplomate allemand qui a proposé l'idée.

Cela a enragé le gouvernement de l'Allemagne de l'Est et la division est devenue apparente lorsque l'Allemagne de l'Est a érigé un mur empêchant les citoyens de Berlin-Est de se déplacer vers l'Ouest. La doctrine Hallstein a été un succès pour l'Allemagne de l'Ouest, car elle a réussi à isoler l'Allemagne de l'Est dans la communauté internationale. L'Allemagne de l'Est a connu des difficultés économiques tandis que l'Allemagne de l'Ouest est devenue la troisième plus grande économie du monde.


Glossaire de la guerre froide A-L

Un glossaire de la guerre froide contenant des définitions de termes, concepts et événements importants entre 1945 et 1991. Mots entre A et L. Ce glossaire a été écrit et compilé par les auteurs d'Alpha History. Si vous souhaitez suggérer un mot à inclure dans ce glossaire, veuillez nous contacter.

Commissions de contrôle alliées
Les Commissions de contrôle alliées étaient des organes administratifs mis en place dans les pays ennemis occupés par les Alliés en 1945. de facto gouvernements de ces pays.

Al-Quaïda
al-Qaida est une organisation islamiste militante, fondée par Oussama ben Laden en 1989. Elle est devenue un agent important du terrorisme anti-occidental dans le monde de l'après-guerre froide.

Angkar
Angkar était un nom décrivant la direction ou l'appareil du parti des Khmers rouges pendant leur règne sur le Cambodge (1975-79).

ANZUS
ANZUS est une alliance militaire de la guerre froide entre l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. Il a été signé en 1951. La Nouvelle-Zélande a été suspendue de l'ANZUS en 1986, en partie parce qu'elle a refusé l'accès à ses ports aux navires de guerre à propulsion nucléaire.

aparté
Aparté (Afrikaans pour ‘apartness’) est un système de ségrégation raciale utilisé par le gouvernement nationaliste blanc en Afrique du Sud entre 1948 et les années 1990. Aparté a permis aux Sud-Africains blancs de rester au gouvernement et dans la richesse, en les privant de leurs droits et en excluant les Africains indigènes.

apaisement
L'apaisement est l'acte de faire des concessions à un leader ou à un pouvoir agressif, dans l'espoir que cela les rendra moins agressifs. L'apaisement a été perçu négativement pendant la guerre froide parce qu'il n'avait pas réussi à arrêter l'expansion nazie en 1938.

course aux armements
Une course aux armements est une période de compétition ou de rivalité entre deux ou plusieurs nations, axée sur la production de technologies et d'équipements militaires. Une course aux armements entre les États-Unis et l'Union soviétique était une caractéristique importante de la guerre froide.

AVH
AVH est l'abréviation de Allamvedelmi Hatosag, la police de sécurité de l'État en Hongrie communiste.

Pacte de Bagdad (ou CENTO)
Le Pacte de Bagdad était une alliance militaire entre la Grande-Bretagne, la Turquie, l'Iran, l'Irak et le Pakistan, signé en février 1955. Il a créé ce qui était plus tard connu sous le nom de l'Organisation du Traité du Moyen-Orient (METO), l'Organisation du Traité central (CENTO) ou le & #8216Moyen-Orient OTAN’. L'Irak s'est retiré du Pacte de Bagdad en 1959, à la suite d'une révolution nationaliste là-bas.

Baie des cochons
La Baie des Cochons est une plage du sud de Cuba, à environ 150 kilomètres de la capitale La Havane. La Baie des Cochons est devenue célèbre comme le principal point de débarquement pour une invasion ratée de Cuba en avril 1961, menée par des exilés cubains et soutenue par la CIA.

Pont aérien de Berlin
Le pont aérien de Berlin était une opération de 1948-49 pour contourner le blocus de Berlin (voir ci-dessous) en approvisionnant Berlin-Ouest par voie aérienne. Le pont aérien s'est poursuivi pendant 11 mois. Pendant ce temps, il a livré de grandes quantités de nourriture, de carburant et de fournitures à la ville assiégée.

Blocus de Berlin
Le blocus de Berlin décrit la fermeture par l'Allemagne de l'Est des couloirs terrestres vers Berlin-Ouest en 1948-49. Soutenu par Joseph Staline et l'Union soviétique, le régime est-allemand a tenté d'affamer les Alliés de Berlin-Ouest. Le blocus a été contourné par le pont aérien de Berlin (voir ci-dessus) et a été levé en mai 1949.

mur de Berlin
Le mur de Berlin était un périmètre fortifié, construit autour de Berlin-Ouest en 1961. Il a été construit pour empêcher la fuite et la défection des Allemands de l'Est vers l'Ouest. Le mur de Berlin a été un puissant symbole de la guerre froide et du rideau de fer. Il a été violé par les Berlinois eux-mêmes en novembre 1989 et démantelé par la suite.

Trois grands
Les "Trois Grands" étaient un nom familier pour la Grande Alliance (les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Union soviétique) ou leurs trois dirigeants (Roosevelt, Churchill et Staline).

Bizonie
Bizonia, qui signifie « deux zones » était le nom des zones américaines et britanniques de l'Allemagne après leur fusion en 1947. Elle est devenue Trizonia en avril 1949 après avoir fusionné avec la zone française.

blocus
Un blocus est une action militaire impliquant l'encerclement ou la barricade d'un port, d'une île, d'une ville ou d'une nation, généralement avec des navires militaires. Son objectif principal est de contrôler, limiter ou empêcher le mouvement des fournitures.

Porte de Brandebourg
La porte de Brandebourg est un point de repère important à Berlin. Autrefois l'entrée principale de Berlin, elle a été fermée après la construction du mur de Berlin. Le discours de Ronald Reagan « Abattre ce mur » a été prononcé du côté ouest de la porte de Brandebourg.

L'Accord de Bretton Woods
L'Accord de Bretton Woods était un accord de juillet 1944 signé par 44 pays. Il a réformé la politique monétaire internationale en exigeant des pays signataires qu'ils fixent les taux de change de leurs monnaies au dollar américain, lui-même fixé à l'or. Cela a fait du dollar américain la devise la plus stable et la plus recherchée au monde. Bretton Woods a également conduit à la formation du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

Doctrine Brejnev
La doctrine Brejnev était une politique soviétique, décrite par Leonid Brejnev en 1968. Elle soutenait que Moscou pouvait intervenir dans les affaires de ses pays satellites, pour combattre les «forces hostiles au socialisme». Il a été utilisé pour justifier la suppression du Printemps de Prague en Tchécoslovaquie.

bord du gouffre
Le Brinkmanship est une stratégie politique et/ou militaire. Il s'agit de prendre des mesures agressives, menaçantes ou risquées, afin de faire pression sur un autre leader ou gouvernement et de les forcer à reculer. Les événements de la crise des missiles cubains sont souvent cités comme un exemple de lutte au bord du gouffre.

Pacte de Bruxelles (voir Traité de Bruxelles)

Cambridge cinq (ou Anneau d'espionnage de Cambridge)
Le Cambridge Five est un nom donné aux diplômés de l'Université de Cambridge qui ont transmis des informations ou des conseils aux Soviétiques entre les années 1930 et 1960. Les membres de ce groupe étaient Kim Philby, Guy Burgess, Anthony Blunt, Donald Maclean et John Cairncross.

capitalisme
Le capitalisme est un système économique basé sur la propriété privée du capital (terre, ressources et autres moyens de production). C'était le système économique dominant aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux.

Doctrine Carter
La doctrine Carter était une politique étrangère adoptée par Jimmy Carter en 1980. Elle s'engageait à protéger les alliés et les intérêts américains dans le golfe Persique, en utilisant la force militaire si nécessaire. Elle a suivi l'invasion soviétique de l'Afghanistan et la révolution menée par l'ayatollah Khomeiny en Iran.

CCCP (voir URSS)

CENTO (voir Pacte de Bagdad)

Agence centrale de renseignement (ou CIA)
La Central Intelligence Agency, ou CIA, était une agence gouvernementale américaine formée en 1947. La CIA était responsable de la plupart des activités de collecte de renseignements, d'espionnage et d'opérations secrètes américaines pendant la guerre froide.

Charte 77
Charter 77 était un groupe dissident en Tchécoslovaquie qui, en 1977, a appelé le gouvernement socialiste à respecter les droits de l'homme.

Checkpoint Charlie
‘Checkpoint Charlie’ était la porte d'entrée la plus importante du mur de Berlin. C'était le lieu de plusieurs incidents dramatiques pendant la guerre froide, y compris un affrontement entre les chars américains et soviétiques en 1961.

défense civile
La défense civile fait référence aux plans et stratégies conçus pour protéger les civils en cas d'urgence. Pendant la guerre froide, la plupart des systèmes de défense civile étaient conçus pour protéger les civils contre les attaques nucléaires.

colonie
Une colonie est une nation ou un territoire gouverné ou dominé par une nation plus puissante, selon la doctrine de l'impérialisme. Il y avait des dizaines de colonies au début de la guerre froide, principalement en Afrique et en Asie. Beaucoup de ces colonies ont obtenu leur indépendance et leur autonomie pendant la guerre froide.

COMECON
Le COMECON était un acronyme pour le Conseil d'assistance économique mutuelle, un conseil dirigé par les Soviétiques qui facilitait la coopération commerciale, économique, technique et scientifique entre les pays du bloc soviétique. Il a été formé en 1949 et dissous en 1991.

COMINFORMER
COMINFORM était un acronyme pour le Bureau d'information communiste, un comité de délégués des pays communistes qui s'est réuni entre 1947 et 1956. L'une des fonctions de COMINFORM était d'assurer la conformité, l'unité et la conformité entre les gouvernements du bloc soviétique.

COMINTERN
Le COMINTERN était un acronyme pour l'Internationale Communiste, un comité de délégués des partis communistes du monde entier. Le COMINTERN s'est réuni régulièrement à Moscou entre 1919 et sa dissolution en 1943. Sa fonction principale était d'étendre le communisme en aidant les mouvements communistes avec une direction et un soutien tactiques.

Communauté des États indépendants (ou SIC)
La Communauté des États indépendants était une confédération de 11 pays de l'ancien bloc soviétique, dont la Russie. Il a été formé en décembre 1991 après la dissolution de l'Union soviétique.

communisme
Le communisme est une idéologie politique et économique, basée sur les écrits du philosophe du XIXe siècle Karl Marx. Le communisme aspire à une société sans grand gouvernement, sans classes économiques ni exploitation des travailleurs.

Parti communiste de l'Union soviétique (ou PCUS)
Le PCUS était le parti au pouvoir de l'Union soviétique pendant la guerre froide. C'était aussi le seul parti politique légalement autorisé en URSS.

CONELRAD
CONELRAD était un système de diffusion d'urgence, introduit par le gouvernement américain en 1951. Il était destiné à être utilisé en cas d'attaque nucléaire soviétique.

service militaire (aussi Brouillon)
La conscription est le service militaire obligatoire, exigé des civils en temps de guerre ou d'urgence. Aux États-Unis, il est connu sous le nom de “draft”.

endiguement
Le confinement était une politique de la guerre froide qui visait à restreindre l'expansion communiste. C'était un élément clé de la doctrine Truman.

guerre conventionnelle ou armes conventionnelles
Les armes conventionnelles sont des armes qui ne nécessitent pas d'énergie nucléaire pour leur propulsion ou leur puissance explosive.

Révolution corrective
La révolution corrective était un changement de politique important, ordonné par le dirigeant égyptien Anwar Sadate en mai 1971. Elle visait à purger le gouvernement égyptien de l'influence soviétique, en limogeant les politiciens et les fonctionnaires pro-soviétiques et en expulsant 20 000 conseillers soviétiques du pays. À la fin des années 1970, l'Égypte était alignée sur les États-Unis et recevait l'aide américaine.

coup d'état (prononcé ‘coo day tar’)
UNE coup d'état is a seizure of power or government by a group of military officers. There were several Cold War coup d’etats, such as in Brazil (1964) and Chile (1973).

decolonisation
Decolonisation is the process of withdrawing imperial power from colonies and granting them independence and self-government. Dozens of nations and territories were decolonised during the Cold War, particularly in Africa and Asia. After obtaining independence, many were subjected to Cold War influences and pressures.

DEFCON
DEFCON is an American military acronym for “defence readiness condition”. It ranges from DEFCON 5 (a low state of readiness) to DEFCON 1 (imminent nuclear war). The highest state of alert during the Cold War was DEFCON 2, ordered for American air forces during the Cuban missile crisis.

De-Nazification
De-Nazification refers to the eradication of Nazis and Nazi values from German government, bureaucracy, society and culture after World War II.

Détente(pronounced ‘day-tont’)
Détente is a French term meaning “relaxed tensions”. It refers to a state of improved relations after a period of conflict or tension. In the Cold War, Détente describes the decade-long ‘thaw’ in US-Soviet and US-Chinese relations in the late 1960s and late 1970s.

Domino Theory
The Domino Theory is an anti-communist theory that was prevalent in Western nations during the Cold War. It contends that the rise of communism in one country would lead to it spreading to neighbouring countries, particularly in Asia.

Duck and Cover
“Duck and Cover” is a civil defence slogan, used in the US in the 1950s and early 1960s. It was used to teach American civilians, particularly children, how to protect themselves in the event of a nuclear attack.

espionage
Espionage is the practice of obtaining secret information or advancing government policy through covert means. It is usually carried out by spies or agents using secret methods, infiltration, sabotage or assassination.

European Defence Community (ou EDC)
The European Defence Community was a proposed military alliance between France, Italy, West Germany, Belgium, the Netherlands and Luxembourg. A treaty establishing the EDC was signed in May 1952, however, the French parliament refused to ratify and the EDC never came into effect.

evil empire
The “evil empire” is a phrase used by Ronald Reagan in 1983 to describe the Soviet bloc. Many considered Reagan’s choice of words to be provocative and inflammatory.

EXCOMM
EXCOMM is an abbreviation for Executive Committee, a group of politicians, defence personnel and advisors assembled by John F Kennedy during the 1962 Cuban missile crisis.

fallout (ou nuclear fallout)
Fallout refers to radioactively charged dust, ash and particles left over after a nuclear blast. This fallout eventually returns to ground level, where it can cause radiation sickness, cancers and death among survivors.

fallout shelter (also nuclear shelter, atomic shelter)
A fallout shelter is a secure building, often located underground, designed to protect inhabitants from fallout following a nuclear attack.

Federal Bureau of Investigation (ou FBI)
The FBI is an American civilian law enforcement body, formed in 1908 and overseen by J. Edgar Hoover until 1972. It is responsible for investigating and prosecuting federal crimes and protecting domestic security. The FBI was responsible for investigating and prosecuting Cold War threats, including espionage and subversive political activity.

Federal Republic of Germany (also FRG ou BRD)
The Federal Republic of Germany was the formal title of West Germany between 1949 and 1990. It was aligned with the US and other Western nations during the Cold War. West Germany was granted membership of NATO in 1955 and the United Nations in 1973.

first strike
‘First strike’ refers to the ability of one nation to launch a pre-emptive or surprise attack on another, thus giving them a significant advantage.

foreign policy (ou foreign affairs)
Foreign policy refers to a government’s attitude, position and actions with regard to other nations. Foreign policy takes in areas such as diplomacy, alliances, trade, sanctions, military alliances or intervention.

German Democratic Republic (also GDR ou DDR)
The German Democratic Republic was the formal title of East Germany between 1949 and 1990. East Germany was a member of the Soviet bloc during the Cold War. It became a member of the Warsaw Pact in 1955 and the United Nations in 1973.

Allemand Détente
The ‘German Détente‘ is sometimes used to describe Ostpolitik, the policy of good relations implemented by West German leader Willy Brandt in the early 1970s.

glasnost
Glasnost is a Russian word meaning ‘openness’. It refers to a series of Soviet reforms, implemented by Mikhail Gorbachev during the late 1980s. Les glasnost reforms encouraged open debate, discussion and freedom of speech.

Grand Alliance
The Grand Alliance refers to the alliance between the US, Britain and the Soviet Union that defeated Germany in 1945.

Grepo
Les Grepo (short for Grenzpolizei) were East German border police. They were responsible for guarding the Berlin Wall and other national borders.

gulags
Gulags were Soviet prison and labour camps, used mainly during and after the Stalinist era. They were used to isolate and punish political prisoners, career criminals and other undesirables. Les gulags were closed in 1960, though forced labour camps continued to operate.

Hallstein Doctrine
The Hallstein Doctrine was a West Germany foreign policy doctrine, outlined in December 1955. It ruled that West Germany would not maintain diplomatic relations with any nation that formally recognised East Germany. It was later used to cut ties with Yugoslavia and Cuba.

Helsinki Accords
The Helsinki Accords were a multilateral agreement signed in 1975. They aimed to improve communications and relationships between Soviet bloc and Western countries.

hotline
A hotline is a communications system that directly links two distant points. The best known Cold War hotline was installed between the White House (Washington) and the Kremlin (Moscow) in 1963. This hotline was designed to facilitate direct communications in the event of a confrontation or crisis.

HUAC
HUAC is an acronym for the House Un-American Activities Committee, a committee of the US Congress. HUAC investigated and questioned suspected communists and communist sympathisers during the late 1940s and 1950s.

imperialism
Imperialism describes a system where a powerful nation (dubbed the ‘mother country’) rules or dominates smaller, weaker nations (colonies). In most cases, the colony is exploited economically for its land, labour or resources.

intercontinental ballistic missile (ou ICBM)
An ICBM is a self-propelled missile, capable of long ranges (over 5,000 kilometres) and sub-orbital flight. These missiles could be fired from the United States to hit targets in Europe and Soviet Russia, and vice versa.

Iron Curtain
The Iron Curtain refers to the political and physical barriers between the Soviet bloc and the ‘free’ countries of Europe. The term was first used by Winston Churchill in a 1946 speech.

isolationism
Isolationism describes a foreign policy where a nation refuses to commit to alliances or ‘take sides’ in international disputes

Jupiter
The Jupiter was a ballistic missile, developed and produced by the US Army during the 1950s and early 1960s. Nuclear-tipped Jupiter missiles capable of reaching the Soviet Union at short notice were deployed in Italy and Turkey in 1961. These missiles were removed in exchange for the withdrawal of Soviet missiles from Cuba in 1962.

KGB
The KGB was a Russian acronym for the Komitet Gosudarstvennoy Bezopasnosti, or ‘Committee for State Security’, a secret police agency formed 1954. The Soviet Union intelligence-gathering and espionage agency and secret police the broad equivalent of the CIA.

Kitchen Debate
The ‘Kitchen Debate‘ refers to a spontaneous and informal but politically charged discussion between US vice president Richard Nixon and Soviet leader Nikita Khrushchev in 1959. It took place among displays of a model American home, hence the name.

guerre de Corée
The Korean War was a conflict (1950-53) between Soviet-backed North Korea and US-backed South Korea, for control of the Korean peninsula. It ended in stalemate with little change in territory.

Kremlin
The Kremlin is a fortified citadel in central Moscow, housing numerous palaces, cathedrals and other historical buildings. During the Cold War, some Soviet leaders kept apartments there. The term “Kremlin” refers to Soviet executive government, in a similar fashion to the White House (US) or Westminster (UK).

Lavender Scare
The Lavender Scare was a campaign to investigate and purge suspected homosexuals from the US government during the 1950s. It was based on the assumption that homosexuals could be blackmailed, coerced or seduced into assisting Soviet agents.

Long Telegram
The Long Telegram was a diplomatic cable, sent by George Kennan to the US State Department in 1946. In this document Kennan offered advice on the Soviet Union and possible foreign policy approaches. This advice helped shape the Truman Doctrine.


The Papal Bull "Inter Caetera," issued by Pope Alexander VI on May 4, 1493, played a central role in the Spanish conquest of the New World. The document supported Spain&rsquos strategy to ensure its exclusive right to the lands discovered by Columbus the previous year. It established a demarcation line one hundred leagues west of the Azores and Cape Verde Islands and assigned Spain the exclusive right to acquire territorial possessions and to trade in all lands west of that line. All others were forbidden to approach the lands west of the line without special license from the rulers of Spain. This effectively gave Spain a monopoly on the lands in the New World.

The Bull stated that any land not inhabited by Christians was available to be "discovered," claimed, and exploited by Christian rulers and declared that "the Catholic faith and the Christian religion be exalted and be everywhere increased and spread, that the health of souls be cared for and that barbarous nations be overthrown and brought to the faith itself." This "Doctrine of Discovery" became the basis of all European claims in the Americas as well as the foundation for the United States&rsquo western expansion. In the US Supreme Court in the 1823 case Johnson v. McIntosh, Chief Justice John Marshall&rsquos opinion in the unanimous decision held "that the principle of discovery gave European nations an absolute right to New World lands." In essence, American Indians had only a right of occupancy, which could be abolished.

The Bull Inter Caetera made headlines again throughout the 1990s and in 2000, when many Catholics petitioned Pope John Paul II to formally revoke it and recognize the human rights of indigenous "non-Christian peoples."

An English translation is available.

Extrait

Wherefore, as becomes Catholic kings and princes, after earnest consideration of all matters, especially of the rise and spread of the Catholic faith, as was the fashion of your ancestors, kings of renowned memory, you have purposed with the favor of divine clemency to bring under your sway the said mainlands and islands with their residents and inhabitants and to bring them to the Catholic faith. Hence, heartily commending in the Lord this your holy and praiseworthy purpose, and desirous that it be duly accomplished, and that the name of our Savior be carried into those regions, we exhort you very earnestly in the Lord and by your reception of holy baptism, whereby you are bound to our apostolic commands, and by the bowels of the mercy of our Lord Jesus Christ, enjoy strictly, that inasmuch as with eager zeal for the true faith you design to equip and despatch this expedition, you purpose also, as is your duty, to lead the peoples dwelling in those islands and countries to embrace the Christian religion nor at any time let dangers or hardships deter you therefrom, with the stout hope and trust in your hearts that Almighty God will further your undertakings. And, in order that you may enter upon so great an undertaking with greater readiness and heartiness endowed with benefit of our apostolic favor, we, of our own accord, not at your instance nor the request of anyone else in your regard, but out of our own sole largess and certain knowledge and out of the fullness of our apostolic power, by the authority of Almighty God conferred upon us in blessed Peter and of the vicarship of Jesus Christ, which we hold on earth, do by tenor of these presents, should any of said islands have been found by your envoys and captains, give, grant, and assign to you and your heirs and successors, kings of Castile and Leon, forever, together with all their dominions, cities, camps, places, and villages, and all rights, jurisdictions, and appurtenances, all islands and mainlands found and to be found, discovered and to be discovered towards the west and south, by drawing and establishing a line from the Arctic pole, namely the north, to the Antarctic pole, namely the south, no matter whether the said mainlands and islands are found and to be found in the direction of India or towards any other quarter, the said line to be distant one hundred leagues towards the west and south from any of the islands commonly known as the Azores and Cape Verde. With this proviso however that none of the islands and mainlands, found and to be found, discovered and to be discovered, beyond that said line towards the west and south, be in the actual possession of any Christian king or prince up to the birthday of our Lord Jesus Christ just past from which the present year one thousand four hundred ninety-three begins. And we make, appoint, and depute you and your said heirs and successors lords of them with full and free power, authority, and jurisdiction of every kind with this proviso however, that by this our gift, grant, and assignment no right acquired by any Christian prince, who may be in actual possesssion of said islands and mainlands prior to the said birthday of our Lord Jesus Christ, is hereby to be understood to be withdrawn or taking away. Moreover we command you in virtue of holy obedience that, employing all due diligence in the premises, as you also promise&mdashnor do we doubt your compliance therein in accordance with your loyalty and royal greatness of spirit&mdashyou should appoint to the aforesaid mainlands and islands worthy, God-fearing, learned, skilled, and expeienced men, in order to instruct the aforesaid inhabitants and residents in the Catholic faith and train them in good morals. Furthermore, under penalty of excommunication "late sententie" to be incurred "ipso facto," should anyone thus contravene, we strictly forbid all persons of whatsoever rank, even imperial and royal, or of whatsoever estate, degree, order, or condition, to dare without your special permit or that of your aforesaid heirs and successors, to go for the purpose of trade or any other reason to the islands or mainlands, found and to be found, discovered and to be discovered, towards the west and south, by drawing and establishing a line from the Arctic pole to the Antarctic pole, no matter whether the mainlands and islands, found and to be found, lie in the direction of India or toward any other quarter whatsoever, the said line to be distant one hundred leagues towards the west and south, as is aforesaid, from any of the islands commonly known as the Azores and Cape Verde apostolic constitutions and ordinances and other decrees whatsoever to the contrary notwithstanding. We trust in Him from whom empires and governments and all good things proceed, that, should you, with the Lord&rsquos guidance, pursue this holy and praiseworthy undertaking, in a short while your hardships and endeavors will attain the most felicitious result, to the happiness and glory of all Christendom.


Voir la vidéo: QUADRATIC FUNCTIONS - 22 Julai 2021 Khamis - 9 pm (Juin 2022).