Des articles

Le Temple du Cheval Blanc : le tout premier temple bouddhiste de Chine

Le Temple du Cheval Blanc : le tout premier temple bouddhiste de Chine



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le White Horse Temple est un temple bouddhiste situé non loin de Luoyang, dans le Henan, en Chine. Ce temple est réputé être le premier temple bouddhiste en Chine, car, selon la tradition, il a été construit pendant la dynastie des Han de l'Est. Le temple a survécu pendant près de 2000 ans. Au cours de cette période, de nouveaux bâtiments ont été ajoutés au complexe du temple, tandis que des reconstructions et des restaurations ont été effectuées sur les plus anciens.

L'arrivée des moines bouddhistes à Luoyang

Le temple du cheval blanc est situé à environ 12 km (7,5 mi) à l'est de Luoyang, dans la province du Henan, au centre-est de la Chine. La tradition veut que le temple ait été établi en 68 après JC, sous le règne de l'empereur Ming de la dynastie des Han de l'Est. Pendant des années avant la fondation du temple, l'empereur avait envoyé deux ambassadeurs dans les régions occidentales pour recueillir les sutras bouddhistes. Lorsque les ambassadeurs retournèrent à Luoyang, la capitale des Han de l'Est, quatre ans plus tard, ils emportèrent avec eux non seulement des sutras bouddhistes, mais aussi de nombreuses statues bouddhistes, et même deux moines bouddhistes. L'empereur était extrêmement ravi et ordonna la construction d'un temple pour abriter les moines et pour stocker les sutras et les statues.

  • Découverte surprise d'une statue de « bouddha » sans tête sous des appartements chinois
  • Le magnifique ancien temple bouddhiste de Borobudur
  • Bodhisattvas – Sauveurs désintéressés du bouddhisme Mahayana

Comme les sutras et les statues étaient transportés à dos de chevaux blancs, l'empereur décida d'honorer l'animal en nommant le temple Temple du Cheval Blanc. Une paire de chevaux de pierre peut être vue à l'entrée du temple. Les statues datent en fait d'une période beaucoup plus tardive connue sous le nom de dynastie des Song du Nord, qui a régné sur la Chine environ un millénaire après la fondation du temple du cheval blanc. La paire de chevaux de pierre représente très probablement les chevaux blancs qui ont ramené les objets sacrés bouddhistes en Chine. On a remarqué que les statues affichent un visage triste, peut-être en raison de la solennité associée à la tâche qui leur a été confiée.

Le temple du cheval blanc fait face au sud et peut être divisé en trois parties : le temple principal, la partie ouest du complexe du temple et sa partie est. Naturellement, le temple principal est l'attraction centrale du temple du cheval blanc et se compose de cinq salles distinctes. Contrairement à la plupart des autres parties du complexe du temple, les structures de la zone ouest ont été construites à une époque plus récente. Cette zone est également connue sous le nom de complexe de temples étrangers ou de zone internationale, où plusieurs temples bouddhistes étrangers peuvent être vus. Quant à la zone orientale du temple, son point culminant est la pagode Qiyun, qui date du XIIe siècle.

La légende raconte que le nom du temple bouddhiste vient des chevaux blancs qui ont transporté les moines bouddhistes, les statues et les sutras en Chine. ( LBHHOTO / Adobe Stock)

Les cinq salles du temple du cheval blanc

Les cinq salles du temple principal sont la salle des rois célestes, la salle du Grand Bouddha, la salle de Mahavira, la salle des conseils et la terrasse Clear Cool. La salle du Grand Bouddha est la salle principale du temple du cheval blanc. Cette salle a été construite pendant la dynastie Ming, et le principal bouddha vénéré dans cette salle est le bouddha Sakyamuni, dont la statue est flanquée de celles de ses disciples, Kasyapa et Ananda. De plus, deux bodhisattvas - Manjushri, le Bodhisattva de la Sagesse, et Samantabhadra, le Bodhisattva de la Bienveillance Universelle - sont vénérés dans cette salle.

Bien que la salle du Grand Bouddha soit la salle principale du temple, la plus grande et la plus grandiose des salles du temple du cheval blanc est la salle de Mahavira, qui couvre une superficie de 22,8 m (74,8 pi) sur 14,2 m (46,6 pi). Le plafond de la salle est orné de motifs de lotus colorés, sous lesquels se trouve un sanctuaire à deux étages recouvert de sculptures de dragons et d'oiseaux. Ce sanctuaire est également entouré de 10 000 petites sculptures de Bouddha sur les murs. Bien qu'il y ait de nombreuses statues dans la salle de Mahavira, les trois plus importantes sont celles du Bouddha Sakyamuni, du Bouddha Amitabha et du Bouddha de la médecine. Ces trois bouddhas sont les figures centrales de l'autel et ils sont entourés des 18 arhats. Ces statues, faites de soie et de chanvre, datent de la dynastie Yuan et sont considérées comme des trésors inestimables.

En revanche, la plus petite salle du temple du cheval blanc est la salle des conseils. Le principal bouddha vénéré ici est le bouddha Amitabha, qui aurait conduit ses fidèles au paradis occidental après leur mort. La statue du Bouddha Amitabha est flanquée du Bodhisattva du Clair de Lune et de la Déesse de la Miséricorde, tous deux également associés au Paradis occidental. Ces deux statues sont en argile et datent de la dynastie Qing.

Comme les statues des 18 arhats de la salle de Mahavira, la salle des rois célestes date également de la dynastie Yuan. L'objectif principal de cette salle est la statue de Maitreya, également connue sous le nom de Bouddha rieur en Chine. Selon une légende, ce bouddha s'était autrefois incarné en moine mendiant qui possédait une bourse contenant tous les trésors du monde. En effet, dans la culture chinoise, Maitreya est étroitement lié au contentement et à l'abondance. Bien que la salle ait été construite pendant la dynastie Yuan, des ajouts ont été faits pendant la dynastie Qing. Cela se voit, par exemple, dans le sanctuaire au-dessus de la statue de Maitreya. Il s'agit d'un grand sanctuaire en bois doré, avec 50 dragons sculptés dessus. Les statues des quatre rois célestes, dont la salle tire son nom, ont également été réalisées pendant la dynastie Qing.

La dernière de ces cinq salles est la Cool Clear Terrace, qui est une terrasse en briques située dans la cour à l'arrière du temple principal. Malgré son emplacement, il s'agit sans doute de la salle la plus importante du temple, car c'est ici que les sutras et les statues bouddhistes ont été stockés pour la première fois lorsqu'ils ont été ramenés des régions occidentales. De plus, c'est ici que les deux moines ont traduit les sutras en langue chinoise et peuvent donc être considérés comme le berceau du bouddhisme chinois.

La pagode Qiyun a été construite en 69 après JC. On y accède en traversant un jardin et un pont près du temple principal. Il a été détruit plusieurs fois au cours de l'histoire. ( gui yong nian / Adobe Stock)

Influence étrangère dans la zone internationale

Comme mentionné précédemment, la zone ouest du temple du cheval blanc est connue sous le nom de complexe de temples étrangers ou de zone internationale et a été construite à une époque plus récente. Cette zone contient trois temples «étrangers» - le temple de l'Inde, le temple du Myanmar et le temple de Thaïlande. Chacun de ces temples contient des caractéristiques architecturales distinctives des bâtiments bouddhistes de leurs pays respectifs. Par exemple, la salle du Grand Bouddha, qui est le bâtiment principal du temple de l'Inde, a été calquée sur le grand stupa de Sanchi, tandis que le bâtiment principal du temple du Myanmar a été inspiré par la pagode Shwedagon à Yangon.

Enfin, contrairement aux bâtiments modernes du complexe du temple étranger, la pagode Qiyun dans la zone orientale du temple du cheval blanc a été construite en 69 après JC. Cependant, la pagode originale des Han de l'Est a été détruite à un moment donné et a ensuite été reconstruite. La pagode que les visiteurs du temple verraient aujourd'hui date de la dynastie Jin et a été construite en 1175. La pagode Qiyun est réputée être la plus ancienne pagode de Chine. Malgré cette prétention à la gloire, cependant, la pagode ne reçoit pas autant de visiteurs que le temple principal, ce qui en fait un endroit idéal pour ceux qui souhaitent profiter d'un peu de paix et de tranquillité. Enfin, il y a un phénomène curieux qui peut être vécu à la pagode Qiyun. Si l'on tapait dans ses mains en se tenant à 20 m (66 pi) à l'arrière de la pagode, l'écho résultant ressemblerait au coassement d'une grenouille.


Le Temple du Cheval Blanc : Premier Temple Bouddhiste de Chine

Le Temple du Cheval Blanc, le plus ancien temple de Chine, a été créé par l'empereur Ming pendant la dynastie des Han de l'Est. (photo Internet)

Les Temple du Cheval Blanc, le plus ancien temple de Chine, est situé à environ 10 km de la ville de Luoyang, dans l'est de la Chine, dans la province du Henan. C'est un lieu que les disciples de l'école bouddhique reconnaissent comme le palais des ancêtres bouddhistes et le lieu où la théorie bouddhiste était enseignée.

il a été construit par l'empereur Ming de la dynastie des Han de l'Est (29 après JC et 75 après JC), et il existe une légende à propos de sa création.

Selon le livre des archives historiques, l'empereur Ming rêvait d'une scène agréable dans laquelle un dieu doré brillant entrait dans son palais. L'empereur Ming a appelé ses ministres pour s'enquérir de son rêve. Le ministre Fuyi a déclaré : &ldquoLe 8 avril de la 24e année du roi Zhou de la dynastie Zhou (971 av. J.-C.), les paysages ont basculé et les rivières ont inondé. La nuit, les splendides faisceaux lumineux de cinq couleurs ont clignoté dans le ciel occidental.

L'historien officiel Su estimait que c'était le signe d'une grande naissance de saint dans le Paradis occidental. "Le saint est venu sur terre pour sauver les gens de leurs souffrances et de leurs misères. Ses principes moraux seraient introduits dans notre pays 1000 ans plus tard. Aujourd'hui, 1 000 ans se sont écoulés et il est grand temps. J'ai entendu dire qu'il y a un saint occidental appelé respectueusement &ldquoBouddha&rdquo, donc il se peut que ce soit le &ldquoBouddha&rdquo dont Votre Majesté a rêvé.&rdquo

Afin de comprendre le Bouddha, l'empereur Ming envoya 12 délégués dans les régions occidentales pour chercher Bouddha et explorer le bouddhisme.

Les 12 personnes ont surmonté d'énormes difficultés et dangers et sont finalement arrivées dans le pays de Tai Yueshi situé dans les régions occidentales où le bouddhisme s'était largement répandu et où de nombreux temples existaient. L'équipe a ensuite rassemblé un certain nombre d'écritures bouddhistes ainsi que des statues et a invité les moines seniors de Tianzhu, She Moteng et Zhu Falan d'Inde à prêcher le bouddhisme dans les plaines centrales (centre de la Chine). La dixième année de l'empereur Ming Yongping (67 après JC), ils retournèrent à Luoyang, la capitale de la dynastie des Han de l'Est.

L'empereur Ming était très heureux et a formellement convoqué les deux moines supérieurs. Il les a cordialement invités à rester à Honglu Si, un institut relevant du Bureau de la diplomatie, et leur a sincèrement demandé de traduire les écritures bouddhistes qu'ils avaient rapportées.

L'année suivante, l'empereur Ming a publié un édit pour construire un monastère à l'extérieur de la porte Yung de Luoyang. "Si" signifiait à l'origine un bureau du gouvernement. Cependant, depuis que les moines She Moteng et Zhu Falan sont venus pour la première fois séjourner à &ldquoSi&rdquo et comme ils étaient également des invités étrangers, leur nouvelle maison s'appelait toujours &ldquoSi&rdquo par geste de courtoisie. Depuis lors, le temple bouddhiste chinois s'appelle &ldquoSi&rdquo en chinois. De plus, comme c'était un cheval blanc qui portait toutes les écritures et statuts bouddhistes, pour commémorer la contribution de ce cheval blanc, le nouveau monastère a été nommé Cheval Blanc Si, ou la Temple du Cheval Blanc.

Les deux moines seniors She Moteng et Zhu Falan, ont prêché à Temple du Cheval Blanc et réalisé conjointement la traduction du Sutra des 42 chapitres, la première version chinoise des écritures bouddhistes. Après le décès de She Moteng, Zhu Falan a continué à traduire un certain nombre d'Écritures. Leurs traductions des écritures étaient toutes précieusement conservées dans la salle principale pour que les moines puissent adorer. Il a été dit que sous la dynastie des Wei du Nord (386 après JC et 534 après JC), lorsque les moines bouddhistes adoraient les écritures, les écritures brillaient soudainement de lumières lumineuses à cinq couleurs et illuminaient vivement la salle principale. C'était encore plus étonnant que l'image d'un Bouddha soit visible dans les faisceaux lumineux.

Pendant le règne de l'impératrice de la dynastie Tang Wu Ze Tian (624 A.D.&ndash705 A.D.), le Temple du Cheval Blanc était très populaire, et il y avait plus de 1 000 moines qui y vivaient. Cependant, le temple a été grandement endommagé pendant la rébellion d'An Si (755 après JC et 763 après JC) et la suppression du bouddhisme par Huichang (840 après JC et 846 après JC). Les endommagés Temple du Cheval Blanc n'a été retrouvé que plus tard à travers des fragments d'inscriptions sur les pierres et les ruines. Les réparations du temple ont ensuite été effectuées par l'empereur de la dynastie Sung Taizong (939&ndash997), l'empereur de la dynastie Ming Jiajing (1507&ndash1567) et l'empereur de la dynastie Qing Kangxi (1662&ndash1722).

L'existant Temple du Cheval Blanc occupe 47 840 mètres carrés et contient plus de 100 temples alignés verticalement. Les salles principales situées sur une ligne centrale du sud au nord et de la porte à la montagne sont les suivantes : la salle des rois célestes, la salle du Grand Bouddha, la salle de Mahavira, la salle de la guidance et le Bouddha Cour de Pilou.

Au centre de la salle principale du Grand Bouddha, il y a une grande statue du Bouddha Sakyamuni flanquée de deux de ses disciples, Jiaye et Ananda, et des figures de Manjusri et Samantabhadra.

Dans le coin sud-est de la salle, est suspendue une cloche en fonte de la dynastie Ming pesant 5 525 livres. Il a été dit que pendant les nuits venteuses ou les aubes fraîches, les sons de cette cloche pouvaient être entendus à des dizaines de kilomètres de distance, et la grosse cloche qui était suspendue dans la tour de l'horloge de l'avenue East de la ville pouvait résonner avec elle, ainsi la scène pourrait être décrite comme "la cloche" résonne jusqu'au palais du Bouddha et descend pour étonner les fantômes de l'enfer.

Après la salle du Grand Bouddha se trouve la salle de Mahavira, où Sakyamuni, Amitabha et le Bouddha de la Médecine sont entourés de 18 Arhats avec différentes poses et expressions. Les statues sont très précieuses car elles ont été construites avec un savoir-faire exquis en utilisant de la soie et du chanvre sous la dynastie Yuan (1271&ndash1368).

Après la salle de Mahavira se trouve la salle des conseils et enfin la cour du Bouddha Pilu. La cour de Pilu a été construite sous la dynastie Tang (618 après JC et 907 après JC), qui vénère Bouddha Pilu, le corps pur du dharma de Bouddha Sakyamuni, avec les bodhisattvas Manjusri et Samantabhadra debout des deux côtés. Le monument derrière la Cour a été gravé avec le Sutra des 42 chapitres.

Dans les coins sud-est et sud-ouest de Temple du Cheval Blanc, sont les tombes de She Moteng et Zhu Falan. À environ 220 mètres au sud-est du Temple, il y a une tour de 26 mètres de haut avec 13 couches de briques, appelée Tour Qi Yun. Le nom original de la tour est Jiashelita Tower, Golden Square Tower, ou le Tour du Temple du Cheval Blanc. Il a été construit sous la dynastie Tang, détruit sous la dynastie Song (960 A.D.&ndash1279 A.D.) et restauré sous la dynastie Qin (1115&ndash1234).

Les attractions touristiques les plus populaires de Temple du Cheval Blanc sont les suivantes : terrasse claire et fraîche, cloche de minuit, tour QI Yun, tombe d'orchidées de vigne, monument de script brisé et plate-forme Sutra Burning.


Temple du Cheval Blanc

Qui a construit le Temple du Cheval Blanc en Chine ? Il était commandé par l'empereur Han Ming. En l'an 64 de la dynastie des Han de l'Est, l'empereur envoya une délégation de ses hommes pour étudier le bouddhisme dans le monde occidental. Après trois ans, deux moines indiens éminents, She Moteng et Zhu Falan, sont revenus avec la délégation. Ils ont apporté avec eux un cheval blanc portant des sutras bouddhistes et des figures bouddhistes sur son dos. C'était la première fois que le bouddhisme apparaissait en Chine.

Pour exprimer ses remerciements aux deux moines et à leur cheval blanc, l'empereur ordonna la construction d'un monastère qu'il baptisa le Temple du Cheval Blanc au cours de l'année suivante. Pendant ce temps, les deux moines étaient occupés à traduire les sutras dans le temple jusqu'à ce qu'ils achèvent le sutra chinois « Sûtra des quarante-deux chapitres », qui a attiré de nombreux moines et signifié que le temple est devenu un centre d'activité bouddhiste en Chine. C'est pour cette raison que le temple est honoré en tant que « Maison du Fondateur » et « Berceau du bouddhisme en Chine ».

Le temple du cheval blanc est recouvert d'arbres verts anciens et semble solennel et tranquille. À l'extérieur de la porte, il y a une piscine avec des clôtures et de beaux poissons dans l'eau. Il appartient aux croyants de libérer les animaux captifs. Après avoir traversé la piscine par un pont de pierre, vous entrerez dans le temple. À l'est et à l'ouest de la porte se trouvent les tombes de She Moteng et de Zhu Falan, qui sont l'un des six sites les plus célèbres de la ville. Dans le coin est se dresse un pavillon de tablettes. Les caractères chinois écrits sur la tablette sont l'œuvre d'un abbé calligraphe chinois Shamen Wencai, conçus pendant la dynastie Yuan (1271-368). Ils sont écrits dans son style familièrement libre et facile et décrivent l'histoire du Temple du Cheval Blanc.

La salle des rois célestes, la salle du Grand Bouddha, la salle de Mahavira, la salle des conseils et la terrasse fraîche et claire apparaissent dans le bon ordre dans le temple, comme elles l'étaient lors de sa construction.


10 temples les plus incroyables de Chine

La Chine a une histoire qui s'étend sur des milliers d'années, et il n'y a peut-être pas de meilleur témoignage de son passé long et varié que ses temples. Ces havres de paix sacrés et paisibles illustrent parfaitement les diverses influences religieuses de la Chine - bouddhistes, confucianistes, taoïstes et parfois une combinaison des trois ! - ainsi que son style architectural distinct.

Des retraites tibétaines traditionnelles aux anciens sites impériaux, les temples chinois sont vraiment uniques et ne ressemblent à rien de ce que vous verrez ailleurs. Avec un temple, ou plusieurs, dans presque toutes les villes, les classer semble un exploit presque impossible, mais nous avons fait de notre mieux pour les réduire à certains de nos favoris.

Temple du Ciel (à Pékin)

L'un des monuments les plus connus de la capitale, le Temple du Ciel est une merveille architecturale avec une histoire colorée de plusieurs siècles. Construit au début du XVe siècle par l'empereur Yongle (qui a supervisé la construction d'un autre site célèbre, la Cité interdite), ce temple était autrefois la destination d'un pèlerinage annuel de l'empereur, qui priait et offrait des sacrifices aux dieux pour aider à assurer une bonne récolte.

En fait, un complexe de bâtiments de temple éparpillés dans un parc qui couvre près de 300 hectares, les nombreuses structures du Temple du Ciel ont subi d'importants dommages pendant les guerres de l'opium à la fin du XIXe siècle, mais elles ont depuis été restaurées dans leur ancienne gloire. La structure ronde unique du temple principal distingue ce site de ses autres homologues à travers la Chine, faisant de ce monument unique chargé d'importance culturelle un incontournable pour les visiteurs de Pékin.

Temple Lingyin (à Hangzhou)

Ancienne capitale de la dynastie des Song du Sud de 1127 à 1279, la ville de Hangzhou abrite un certain nombre de structures d'importance historique, toutes situées dans une région d'une grande beauté naturelle. Les collines entourant Hangzhou et son célèbre lac de l'Ouest sont parsemées de temples, dont le plus renommé est le temple Lingyin, littéralement le temple de la retraite de l'âme.

Fondé pour la première fois au IVe siècle, le temple Lingyin possède une histoire variée et, bien qu'il ait été reconstruit plus d'une douzaine de fois, il est aujourd'hui l'un des temples bouddhistes les plus grands et les plus réussis de toute la Chine. En plus de son architecture impressionnante, le principal attrait du temple Lingyin sont les grottes voisines de Feilai Feng, un réseau de grottes verdoyantes qui abritent de superbes gravures rupestres bouddhistes magnifiquement préservées qui remontent à plus de mille ans.

Temple Shaolin (près de Luoyang)

Les amateurs d'arts martiaux reconnaîtront peut-être le nom de ce temple, car c'est le lieu de naissance de l'un des styles de kung-fu les plus anciens et les plus célèbres. Non loin de la ville historique de Luoyang, ce temple original de l'école du bouddhisme Shaolin est l'endroit où le kung-fu Shaolin est né il y a des centaines d'années. Les premiers moines résidents du temple Shaolin, dès le 6ème siècle, étaient des artistes martiaux et des soldats respectés, et le kung-fu continue d'être pratiqué ici. Cette histoire à elle seule fait que le temple mérite une visite, sans parler de son impressionnante architecture traditionnelle.

Le temple Shaolin abrite également la forêt de pagodes, certifiée par l'UNESCO, une collection de plus de 200 pagodes en pierre et en brique qui servent de tombes. Ces nombreuses pagodes, dont certaines ont plus de mille ans, sont un spectacle époustouflant et font du temple Shaolin un lieu encore plus fascinant.

Temple suspendu (près de Datong)

Créée pour la première fois pendant la dynastie Qin (221 à 206 av. Comme son nom l'indique, le temple suspendu Hengshan, ou Xuankong Si, est fixé de manière précaire au flanc d'une falaise abrupte à 75 mètres du sol. Construit pour la première fois il y a 1 500 ans, ce chef-d'œuvre architectural a résisté à l'épreuve du temps et sa position apparemment dangereuse lui a valu une place sur Tempsliste des 10 bâtiments les plus précaires au monde.

La position du temple suspendu n'est cependant pas la seule chose notable à propos de ce temple. C'est également le seul temple de la planète où les trois religions les plus importantes de Chine sont pratiquées, combinant le bouddhisme, le taoïsme et le confucianisme dans un amalgame culturel fascinant qui lui est propre. Cette combinaison de facteurs fait du Temple suspendu l'un des sites religieux et historiques les plus intéressants de Chine, et de loin l'un de nos temples préférés de l'Empire du Milieu !

Temple Nanshan (à Sanya)

Alors que la plupart des visiteurs sont attirés par ses plages de sable blanc et ses eaux turquoises qui semblent tout droit sorties des Caraïbes, la province insulaire de Hainan abrite également une culture vibrante. L'une des meilleures illustrations de cela est son magnifique temple Nanshan, dont la pièce maîtresse est une statue en bronze du Bouddha Guan Yin qui culmine à 108 mètres de hauteur, dépassant même la Statue de la Liberté !

Construit en 1988 pour commémorer les 2000 ans d'influence du bouddhisme en Chine, le temple Nanshan capture magnifiquement le long passé religieux de la Chine. Le temple est rendu encore plus charmant par le cadre subtropical paradisiaque de Hainan et est devenu une destination touristique populaire depuis sa construction. Bien qu'il ne soit pas le plus ancien des temples selon les normes chinoises, le temple balnéaire de Nanshan et son incroyable statue de Bouddha unique en son genre offrent une vue impressionnante.

Temple de Jokhang (à Lhassa, Tibet)

Les visiteurs au Tibet viennent généralement pour deux raisons principales : admirer de superbes paysages alpins et s'imprégner de l'atmosphère mystique des sites religieux du Tibet. Le temple Jokhang, dans la ville de Lhassa, est le cœur du bouddhisme tibétain et est considéré comme le temple le plus sacré et le plus important de toute la région. Des fidèles de tout le Tibet affluent ici et, abritant des dizaines de moines, c'est l'endroit idéal pour avoir un sens vraiment authentique de la pratique bouddhiste tibétaine.

En plus de sa signification religieuse, le temple de Jokhang possède une histoire fascinante qui remonte à l'année 652, lorsqu'il a été construit pour abriter des statues bouddhistes apportées en dot par les deux épouses du roi de l'époque. Une combinaison de conception traditionnelle tibétaine, népalaise et indienne, le temple est également un site d'un grand intérêt architectural, ce qui en fait une attraction incontournable pour tout voyageur au Tibet.

Temple du Cheval Blanc (près de Luoyang)

Les passionnés d'histoire ne devraient pas manquer une visite à ce temple unique, car on dit qu'il s'agit du plus ancien temple bouddhiste de toute la Chine. Établi dès 68 après JC, le temple du cheval blanc près de Luoyang possède une très longue et riche histoire sans précédent parmi les temples chinois. Le nombre de légendes et d'histoires colorées entourant ce temple est stupéfiant et vous donne vraiment une idée de son importance en tant que site d'apprentissage et de culte religieux à travers l'histoire.

Aujourd'hui, le temple est composé de plusieurs salles remplies de statues anciennes, dont une célèbre statue de jade du Bouddha Sakyamuni. Le temple du cheval blanc abrite également des jardins magnifiquement entretenus, qui prennent vraiment vie chaque avril lors du festival annuel de la pivoine de Luoyang.

Temple des Lamas (à Pékin)

Le temple des lamas de Pékin, également connu sous le nom de temple Yonghe, est une magnifique structure située dans un quartier animé de l'une des plus grandes villes du monde et est devenu le temple bouddhiste tibétain le plus célèbre en dehors du Tibet. Construit d'abord comme résidence impériale en 1694, le site a été transformé en lamaserie en 1722 et il est ainsi resté depuis. Monastère actif de la secte tibétaine Gelug, il est courant de voir des moines vêtus de robes aux couleurs vives et des habitants priant et brûlant de l'encens, donnant au temple une atmosphère très authentique et paisible.

Les cinq grandes salles du temple abritent un certain nombre de belles statues, dont une statue de 18 mètres du Bouddha Maitreya qui est entrée dans le Livre Guinness des records en 1993 en tant que plus haute statue du monde faite d'un seul morceau de bois. Ces reliques religieuses, combinées à son architecture unique et magnifique, font du temple des Lamas une visite à ne pas manquer lors de votre séjour à Pékin.

Temple de Confucius (à Qufu)

Peut-être qu'aucune figure de l'histoire chinoise n'est mieux connue que Confucius, et ses enseignements ont inspiré une tradition religieuse et philosophique qui a continué d'influencer le tissu même de la vie quotidienne en Chine. Il n'y a pas de meilleur endroit pour témoigner et apprécier l'immense importance de l'héritage de Confucius que sa ville natale de Qufu, une petite ville de la province orientale du Shandong.

À juste titre, Qufu abrite le plus grand et le plus important temple confucéen du pays, qui a été créé en l'honneur du célèbre sage peu de temps après sa mort. Au fil des siècles, de nombreux empereurs et autres personnalités importantes ont fait des pèlerinages à Qufu pour vénérer et offrir des sacrifices en l'honneur de Confucius. Reconstruit et largement rénové tout au long de sa longue histoire, le temple de Confucius d'aujourd'hui est l'un des plus grands de tous les complexes de temples en Chine, composé de près de 500 pièces différentes réparties sur une superficie de 16 000 mètres carrés. Ce temple, immense par sa taille et sa signification, est incontournable pour ceux qui s'intéressent à la tradition confucéenne.

Temple Da Ci'en (à Xi'an)

De la célèbre armée de terre cuite à ses remparts centenaires, la ville de Xi'an regorge de merveilles antiques, et son célèbre temple Da Ci'en ne fait pas exception. Abritant l'emblématique pagode Big Wild Goose de sept étages, le temple Da Ci'en est un sanctuaire bouddhiste qui possède une histoire s'étendant sur plus d'un millénaire et une architecture remarquable, le tout situé dans un quartier urbain animé.

Créé en 652, le temple Da Ci'en et l'imposante pagode qui l'a rendu célèbre ont été construits et gérés par le légendaire moine bouddhiste et érudit Xuanzang, dont le pèlerinage en Inde est immortalisé dans le roman Voyage à l'ouest. Au cours de son mandat à la tête du temple, Xuanzang a fondé l'école de pensée bouddhiste Yogacara d'Asie de l'Est, et le temple Da Ci'en reste le lieu le plus sacré pour cette tradition et ses adeptes. La signification religieuse de ce temple, combinée à sa majestueuse pagode, en fait l'un des sites les plus célèbres de Xi'an.

Bien que les frontières de la Chine contiennent tout simplement trop de temples pour être comptés, cette liste devrait vous aider à vous concentrer sur les plus impressionnants et les plus importants. Ces nombreux temples exquis et colorés sont l'illustration parfaite de la longue histoire du pays et de ses diverses influences religieuses, et aucune visite dans l'Empire du Milieu n'est complète sans visiter au moins l'une de ces structures étonnantes. ■

The China Guide est une agence de voyages basée à Pékin qui personnalise des visites privées, des visites éducatives pour étudiants et des voyages de motivation à travers la Chine. Nous avons plus de dix ans d'expérience dans la création de circuits pour toutes sortes de voyageurs des États-Unis, d'Allemagne, de France, d'Espagne, du Royaume-Uni, du Canada, d'Australie et d'ailleurs. Nous promettons que toutes nos visites n'ont pas de frais cachés, pas d'arrêts d'usine, pas de restaurants touristiques, juste des expériences mémorables ! Apprenez-en plus sur nous ou contactez-nous pour commencer à planifier votre voyage parfait en Chine.


Temple du Cheval Blanc

Bien que ses structures d'origine aient toutes été remplacées et que les anciens sanctuaires bouddhistes aient disparu, ce vaste monastère actif à l'extérieur de Luoyang est considéré comme le premier temple bouddhiste survivant de Chine, datant à l'origine de l'an 68. Lorsque deux émissaires de la cour de la dynastie Han sont partis à la recherche des écritures bouddhistes. , ils ont rencontré deux moines indiens en Afghanistan. Les moines sont retournés à Luoyang sur des chevaux blancs portant des sutras et des statues bouddhistes. L'empereur impressionné a construit le temple pour les moines, c'est aussi leur lieu de repos.

Plus de 500 ans plus tard, le moine Xuanzang a commencé son pèlerinage vers l'ouest à partir d'ici et a été abbé du temple du Cheval Blanc à son retour.

Dans la salle Mahavira, il est étonnant de constater que la sculpture principale est creuse et ne pèse que 5kg. À l'extérieur, gardez un œil sur la pêche bronze 'longevity' – frottez-la bien, puis passez vos mains sur votre tête ou sur la partie du corps qui, selon vous, pourrait avoir besoin d'un peu de chance supplémentaire.

Nichés au milieu des brûleurs d'encens enfumés et des salles bouddhistes habituelles, certains sites inhabituels prévoient de passer au moins deux heures ici. A l'arrière du complexe, sous un hall surélevé, se trouve le Galerie d'art de Shiyuan (释源美术馆, Shìyuán Měishùguǎn), présentant des expositions temporaires. Aussi à l'arrière du complexe est un étonnamment chic salon de thé (止语茶舍, zhǐyǔ cháshě), un excellent endroit pour se réfugier et se détendre avec un bol de thé faible (gratuit : servez-vous du réchaud).

À l'ouest du parc historique se trouve le remarquable Zone internationale, avec des temples bouddhistes thaïlandais, birmans et indiens. Cela vaut certainement la peine de s'y promener.

A l'autre bout du terrain se trouvent jardins et l'ancien à 12 niveaux Pagode Qiyun (齐云塔, Qíyún Tǎ), entouré de fidèles. Les gens disent que si vous vous tenez à 20 mètres de la pagode et tapez dans vos mains, l'écho sonne comme une grenouille coassant.

Le temple se trouve à 13 km à l'est de Luoyang, à environ 40 minutes en bus 56 de l'arrêt Xīguān (西关). Le bus 58 de Zhongzhou Donglu dans la vieille ville circule également ici.


5. Temple suspendu – Émerveillement sur la falaise

Taper: Temple bouddhiste chinois, temple taoïste, temple confucéen

Histoire: plus de 1500 ans

Heure de visite recommandée : 2

Emplacement: Montagne Hengshan, comté de Hunyuan, Datong

Points forts: Pavillon Sud, Pavillon Nord et Pont Changxian

Comme son nom l'indique, le Temple suspendu est un temple construit dans une falaise incroyable et à 50 mètres au-dessus du sol. Il a été construit sans aucune structure de soutien et les piliers actuels ont été ajoutés plus tard parce que personne n'ose visiter le temple sans support visible. Temps le magazine l'a répertorié dans le du mondetop dix des bâtiments instables les plus étranges. En fait, la construction est basée sur les principes de la mécanique et les supports sont cachés à l'intérieur du substratum rocheux. En plus de ses architectures miraculeuses, le temple suspendu est également remarquable comme le seul temple existant avec une combinaison de la Chine & rsquos trois religions traditionnelles & ndash Bouddhisme, taoïsme et confucianisme .

Les principaux bâtiments du temple suspendu sont le pavillon sud, le pavillon nord et le pont Changxian. Le pavillon sud est un bâtiment de trois étages équipé du palais Chunyang, du hall Sanguan, du palais Sangong et du hall Leiyin. Sangong Palace is the biggest hall of the temple and Sanguan Hall keeps the tallest sculpture of the temple. The Northern Pavilion has Wufo Hall, Guanyin Hall and Sanjiao Hall. Les statues of the founders of three religions - Shakyamuni of Buddhism, Laozi of Taoism and Confucius of Confucianism are worshipped in the Sanjiao Hall. Beautiful carvings and various statues can be seen in the temple.

Tips: Make sure you arrive there early in the morning, because the place is very small and if you find a long queue you might risk losing a lot of time before getting inside.


The legendary White Horse Temple at Luoyang, China is the first Buddhist temple in China. It is reported to have been established in the year 68 AD under Emperor Ming in the Eastern Han capital Luoyang.

The legend of the arrival of Buddhism in China:

“Emperor Ming had a dream vision about a Buddha who established Buddhism and send 2 emissaries to search for Buddhist scriptures. They encountered two Indian Buddhist monks in Afghanistan, and persuaded them to join them and return to China, bringing their book of Buddhist scriptures, relics and statues of Buddha with them on two white horses. On their arrival the king built a temple in their naming it the White Horse Temple or Baima Temple, as an appreciation of the two white horses that had carried the two monks. The monks resided at the new temple and here they translated the Buddhist scriptures into the Chinese language. The Buddhist religion prospered from here and with the arrival of Bodhidarma, another monk from India in the 5th century, Chinese Buddhism evolved, spreading to other countries.” (quoted from the wikipedia article)

White Horse statue at the entrance of the White Horse Temple at Luoyang Photo: Joshua W ccbysa2.0

Astrogeographical position for morphogenetic field level 3 which describes the energetical topics and atmosphere of the temple together with the surrounding area: for field level 3 which includes the whole of the White Horse Temple area the site is located in self-protective earth sign Virgo the sign of yoga and meditation culture, celibacy, reason, monkhood, self-cleaning, health, self-protection, fasting and a major indicator for meditation techniques. As the indicator for indian (hindu) culture Virgo relates the temple site to the cultural exchange between China and India, Through buddhism the indian meditation culture and with the buddhist scriptures also the indian (Sanskrit) language exerted an intense influence on the culture of religion in China.

The 2nd coordinate of the White Horse Temple is located in highly alert, self-defensive, mental water sign Scorpio the sign of fortresses, sculpting, learning by watching and copying, mental and social hierarchies, caste systems and in religion an indicator for dogma and ideologies. In its role as the sign of sculpting and imaging Scorpio is the indicator for the emblematic white horse statue as the symbol for the initiation into Buddhism.

Astrology and Sacred Sites: The Longmen Grottoes at Luoyang

Luoyang is also the site of one of the finest examples of ancient chinese art: the Longmen Grottoes.

Longmen Grottoes at Luoyang

The Longmen Grottoes are about 100.000 buddhist statues in 1.400 caves on the banks of the Yi River south of Luoyang carved out of the rock between 493 AD and 1127 AD.

Astrogeographic position for Field Level 3 which describes the whole area of the Longmen Grottoes: one coordinate of the site is located right next to the cardinal divide between practical air sign Gemini the sign of signposts, signs, language, communication, learning and technology and emotional water sign Cancer the sign of river beds and indicator for the location of the site right next to the river. The 2nd coordinate lies in creative, innovative spiritual air sign Aquarius the sign of the sky, heaven, self-finding, paradise, flying, abstraction, inspiration, emancipation and self-liberation.

Gemini as the sign of Signposts

Neither Gemini nor Cancer are astrological or astrogeographical indicators for decoration and ornamentation as would be Libra and Sagittarius. This means that the sculpting project is not to be seen as for the purpose of decoration in the first place as in the case of a site like for example the Buddhas of Bamyan (located in Libra with Scorpio). Gemini as the sign of learning and teaching could indicate that religious and/or political education, practical training of sculptors and development of techniques were major issues here. The historical role of Buddhist religion lay in its potential to allow a dogmatic impact similar to the later monotheist religions (Jewish, Christian and Islamic religions). This potential had been made use of in a number of countries since the times of the reign of Ashoka over India between 262 and 223 BCE for the purpose of establishing a state religion to hold the country together. Through Gemini´s as the sign of technology, communication, manipulation and propaganda its resonance with the place could be a hint at the function of the sculpting projects as an element of indoctrination of the local population.

In regard to the excessive and continuous duplication of the idea of creating sculptures and the exploitation of the ressources (rock) it is also functional air sign Gemini`s role here which is to be examined as the astrological factor to be related with the inflationary tendencies of the sculpting projects.

Gemini may not be an indicator for Gautama Buddha himself. But in several ways I have observed it as a major indicator for Buddhism. As Buddhism does not relate to the concept of god like other religions it is related to the assumption of superiority of a godless religion. And Buddhism is being instrumentalized widely for neglecting god. The reflexes that can arise from a supposed superiority of the intellect over mystification may be practically useful and good for many purposes. But the mental belief in illumination can sometimes limitate and degenerate the spiritual reconnection to the ideal of technical solutions for the problems of mankind. Such concepts of the technologies of illumination are typical for many aspects of bourgeois buddhism. In astrology Gemini represents the sign of intelligence. And as the word “Buddhi” literally means “intelligence” the name of Buddhism directly relates the strife for intelligence and the main faculty of Gemini with the name of Buddhism. But of course it would be a big mistake to reduce Buddhism to it`s resonance with the realms of Gemini.

Cancer as the Sign of Modernity in Art

The role of Cancer in culture, art and religion is directly related to Cancer`s meaning as the sign of emotional identity and authenticity. Cancer does not depend on form and shape as other signs do. It more directly relates to the content and emotional impact of works of art and architecture. Therefore places in Cancer have the potential to reconnect the mental projections, associations, ideas, forms and habitual patterns of design on which works of art are based with the emotional plane by reflecting their impact on personal emotionality. Not only is Gautama Buddha assumed to have been born with a Cancer ascendant. The relation of Cancer with the Buddhist religion allows the reflection and resonance of the supposed enlightenment within the reality of the individual emotional body. Therefore Cancer surely is a plausible corrective for functional and mental illumination. For the role of Cancer in Buddhism compare also: Jokhang Temple in the Tibetan capital Lhasa.

The Political and Religious connotations of the position in Aquarius

The second coordinate of the grottoes is located in creative, innovative, spiritual air sign Aquarius the sign of the sky, self-finding, religious quests, the casteless (outcast) status of monks and the reconnection with the spiritual origin of life. As the Buddha was a monk and castelessness his status the astrogeographic position in Aquarius indicates an intense resonance with the aspect of the spiritual quest through castlessness as an original motif in the legends about Buddha`s life though not really of later Buddhism.

The astrogeographic coordinate in Aquarius may be interpreted as an indication for the attempt of the local kings to replace older religions, fight back established priest castes and replace older dynasties related to older religions. For this role of Aquarius compare the astrogeographic position of the revolutionary new capital of Akhenaten: Aquarius and Leo – The Capital of the Sun God Aton. Compare wikipedia article: “The earliest history of the creation of Longmen Grottoes is traced to the reign of Emperor Xiaowen of Northern Wei dynasty when he shifted his capital to Luoyang from Dàtóng.”

Whether or not and in how far Aquarius can be discussed here as a potential indicator for the aspects of creativity in the works of art is an extremely interesting and important question. First of all there are several aspects to creativity which when confused make a clearer understanding and definition of the subject impossible.

Aquarius as an air sign and through it`s role for the spiritual plane is the deliverer of inspiration (information) from Pisces the realm of the unconscious, timeless and the full potentials of the unlimited resources for solutions. The water bearer transports the waters of inspiration from the spiritual plane (Pisces) to the giver of forms for earthly manifestations (Capricorn). Therefore it is Aquarius`s role in art to transport the inspiration from the plane of the abstract to the plane of specification. Therefore Aquarius could be a valuable indicator for the initial phase of such sculpting projects of course.


Baima Temple, The Birthplace of Chinese Buddhism


Baima Temple is the first official government sanctioned Buddhist temple in China. Founded in 68 AD, Emperor Ming of the Eastern Han dynasty commissioned the temple after two Indian monks brought the first Buddhist scriptures to China.

But first things first, is this place really worth visiting? Yes, but not as a standalone destination. Unless you’re a Buddhist temple fanatic and love the history, going to Baima Temple by itself probably isn’t worth the trek from wherever you’re starting out from (most likely Xi’an). But, as an add-on to a visit to the Longmen Grottos (龙门石窟) (a gigantic Buddha and other deities carved into caves, which is absolutely worth seeing even as a standalone destination), Baima Temple is perfect (we’ve been on Buddhist temple overload across Japan, Thailand, Cambodia, and China, but we still enjoyed Baima Temple). If you take a morning train to Luoyang, you can easily see both Baima Temple and the Longmen Grottos in one day.

Nom: 白马寺 / Báimǎ sì / White Horse Temple

Emplacement: 洛阳,河南 / Luoyang, Henan Province

Getting there: 20 minute cab ride from the Luoyang train station | 1.5 hour train from 西安北-洛阳龙门 / Xi’an North-Luoyang Longmen, 174.50RMB one-way

The stories goes that Emperor Ming had a dream one night and saw a golden man or something or other that resembled Buddhist deities. Because of the dream, Emperor Ming sent out two of his emissaries to go find some monks and Buddhist scrolls to bring back to China.

The emissaries made it as far as modern day Afghanistan when they bumped into two Indian monks. The monks agreed to return to Luoyang, the then capital city of China, and rode in on two white horses (hence the name White Horse Temple). Today, two stone horses stand outside the main gate of the temple as a tribute to the Indian monks.

Emperor Ming erected the temple for the two monks and the rest is history. Starting with The Sutra in Forty-two Sections Spoken by Buddha, hundreds of Sanskrit scrolls were translated into Chinese and disseminated from Baima Temple.

As with many of China’s wooden relics, wars and fires destroyed Baima Temple over the years. Starting in the 14th century, periodic renovations have preserved the look and feel of the temple. Today, the temple is pretty much entirely new. However, the ancient style and character of the temple is still well represented. For example, the Baima pagoda is a 13-storeyed square pagoda that stands in similar fashion to the two prior pagodas that were destroyed there during the Song and Jin dynasties.

Plan on spending a leisurely 2-3 hours at Baima Temple, as the overall area covers a fairly large plot of land and there are plenty of individual chambers to visit inside the temple grounds.

Getting to Baima Temple is easy. Take a morning train from Xi’an’s northern train station (the high-speed railway station) and get off at Luoyang. An 8:50am train departing from Xi’an is plenty early. The trip takes about an hour and a half. From the Luoyang train station, Baima Temple is about a 20-minute cab ride. You’ll be accosted by eager cab drivers at the train station, so have your bargaining cap on. Your best bet is bundling rides to Baima Temple and Longmen together. Drivers will try to tell you Baima temple is really far away, but it’s not. For Baima Temple alone you’re probably looking at a 50-80RMB round-trip. If you bundle it with Longmen, you can probably get it for just a little more. (Note, Longmen is literally 10 minutes from the train station).

There is also a Shaolin Temple a bit farther out than Baima Temple. While we didn’t get a chance to explore it, if you’re spending a night in Longmen the Shaolin Temple may be a good place for number three on your Luoyang hit list.

There’s currently a large construction site at the temple where the Shwedagon Pagoda in Burma is being replicated at full scale size. The idea is to honor the cultural ties between countries that Buddhism has forged. Looking at the buildings completed so far, the replica does indeed look exactly like the temples we’ve seen in Thailand. Replica or not, it’s always nice (and rare) to see China acknowledging the cultural traditions of other countries.


Voir la vidéo: Kävely Luoyang Baiman temppelissä. Kiinan ensimmäinen muinainen buddhalainen temppeli. 4K 6K Korea (Août 2022).