Des articles

Monastère de Troie

Monastère de Troie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le monastère de Troyan (Troyanski Manastir) est cité comme le troisième plus grand monastère de Bulgarie. Pensé pour avoir été établi au 16ème - peut-être au début du 17ème siècle - il existe des preuves suggérant que l'histoire du monastère de Troyan remonte aux 13ème ou 14ème siècles.

L'attraction principale du monastère de Troyan aujourd'hui est son église. Construite en 1835, l'église est décorée d'œuvres de l'un des artistes les plus célèbres du pays à son époque, Zahariy Zograph. Il y a aussi un musée montrant la cachette de Vassil Levski, un révolutionnaire bulgare qui a joué un rôle important dans les luttes de libération nationale dans les années 1870.

Histoire du monastère de Troyan

Les premiers signes de vie religieuse sur le site du monastère de Troyan remontent à la fin du XIVe siècle, lorsque la ville de Troyan a été fondée. Selon les chroniques du monastère, son fondateur était un ermite sans nom qui s'y construisit une église dans le deuxième État bulgare.

Jusqu'en 1830, les moines du monastère de Troyan ont souvent subi des attaques et des raids, mais cette année-là, une délégation de Constantinople a accordé leur soutien aux moines de Troyan. Peu de temps après, le monastère fut construit dans le style impressionnant de la Renaissance bulgare, fait de calcaire poreux. Alors que plusieurs constructeurs ont construit le monastère, sa conception était remarquablement cohérente, avec de longues vérandas ouvertes, des colonnes et des parapets autour d'une grande cour.

L'église et le monastère ont également été richement décorés de fresques entre 1847 et 1849 par le célèbre artiste bulgare, Zahari Zograf. Zahari a également inclus une peinture d'un lion et d'un éléphant, représentant la force et la patience de la Bulgarie pendant la domination ottomane. Son frère, Dimitar, était responsable des icônes de l'église.

Du monastère, à côté de sa présence religieuse dans la communauté locale, est sorti un livre sur l'histoire bulgare – également liée à la lutte contre la domination ottomane. Le monastère du monastère de Troyan a accueilli le célèbre apôtre bulgare de la liberté, Vassil Levski, qui a formé un comité révolutionnaire au monastère de Troyan comprenant 80 moines.

Pendant la guerre russo-turque, le monastère a été transformé en hôpital de campagne pour les soldats russes. Les Russes ont pris le contrôle de la Bulgarie en 1877.

Monastère de Troyan aujourd'hui

Aujourd'hui, dans les collines boisées idylliques de Bulgarie, visitez la pièce où Vasil Levski s'est caché et a rencontré d'autres révolutionnaires sous les Ottomans, aujourd'hui un musée. Pour ceux qui recherchent le calme et l'histoire du monastère, vous pouvez également réserver une chambre pour une nuit.

De nombreuses personnes font des pèlerinages à Troyan le jour de la Saint-Georges pour visiter une icône du saint dans l'église principale - un espace orthodoxe orné. Avant de partir, n'oubliez pas de goûter à l'eau-de-vie de prune fabriquée à partir d'une recette ancienne.

Se rendre au monastère de Troyan

Le monastère est facilement accessible via des routes balisées depuis la ville de Troyan sur la route d'Oreshaka - à 2 heures et demie de route de Plovdiv via les routes 64 et 35.


Monastère de Troyan "Assomption de la Sainte Mère"

Le monastère stauropégial de Troyan, "Assomption de la Vierge Marie", se trouve à 10 km au sud-est de la vieille ville balkanique de Troyan, dans les jupes de la chaîne de montagnes des Balkans. Construit à environ 400 mètres d'altitude, le plus grand monastère des montagnes des Balkans est entouré de belles forêts et de la rivière Cherni Osam, ce qui donne un charme particulier au lieu. Le complexe du monastère est assez développé en tant que site touristique avec de nombreux magasins, restaurants et lieux de divertissement dans le quartier.


Troyenne

La ville de Troyan est située au centre de la Stara Planina (la chaîne des Balkans centraux), à environ 160 km au nord-est de Sofia et à 120 km au nord-ouest de Plovdiv. La ville est située sur les rives de la rivière Cherni Osam à une altitude de 450 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le Troyan Pass, qui facilite le transport vers le sud de la Bulgarie, se trouve à 22 km de la ville de Troyan. La ville a une population de 22.000 personnes.
Les fouilles archéologiques de la région de Troyan ont révélé que la région était une colonie thrace dès les XIe-Xe siècles avant notre ère. Les Thraces ont donné à la chaîne des Balkans centraux son nom d'origine - la chaîne Hemus. Le nom Troyan vient du nom latin de la voie romaine à travers la région – Via Trajana. Le long de ce tronçon de la voie romaine, plus de 20 forteresses ont été découvertes.
Au cours de la première moitié du XIXe siècle, un certain nombre d'artisanats ont connu une croissance rapide à Troyan, tels que le tissage, la forge et la tannerie. Les ateliers de poterie prospérèrent également et l'école troyenne de céramique devint très appréciée.
L'une des principales attractions de Troyan est son musée consacré à l'art populaire et à l'artisanat traditionnel. Les expositions du musée offrent des exemples des compétences des artisans, ainsi que leurs outils originaux et des photographies illustrant les techniques utilisées par les céramistes et les métallurgistes. A environ 7 km de la ville de Troyan se trouve la Collection nationale d'artisanat et d'art populaire dans le village d'Oreshak. Les 9 salles d'exposition de la collection présentent des œuvres uniques créées par des maîtres de toutes les régions culturelles de Bulgarie.
Près d'Oreshak, il y a un très grand monastère, le monastère de Troyan "Assomption de la Vierge". L'église de l'Assomption de la Sainte Vierge au monastère est particulièrement intéressante, avec des peintures murales de Zahary Zograf (1810-1853).
Dans le village de Cherni Osem, à environ 12 km de Troyan, se trouve un intéressant musée consacré à l'histoire naturelle. La collection comprend presque toutes les espèces animales trouvées dans les Balkans centraux. Les expositions sont divisées en mammifères, reptiles, oiseaux, amphibiens, poissons, etc.
Dans la vallée de la rivière Osam près de Troyan, à la périphérie du village de Lomets, se trouvent les vestiges de la forteresse romaine de Sostra. Cette forteresse était la sixième station le long de la Via Trajana qui reliait le Danube à la mer Blanche. La forteresse a été construite comme un campement pour les soldats romains. Près du campement, il y a une colonie, une nécropole, la basilique paléochrétienne "Saint George", des fours en terre cuite et d'autres artefacts. Il n'y a pas de visites du site, mais il peut être visité gratuitement.
Troyan est le point d'accès au parc national des Balkans centraux, où se trouvent de nombreux sentiers de randonnée balisés. Les activités dans le parc comprennent l'équitation et le vélo de montagne, et il existe des sentiers particulièrement bien adaptés à l'observation des oiseaux. Troyan offre également d'excellentes opportunités pour les sports d'hiver. Près du col de Troyan, à 22 km au sud-ouest de la ville, se trouve le petit centre de ski Bekleme. Il dispose de trois pistes de ski desservies par deux remontées mécaniques et est le meilleur endroit pour le biathlon et le ski de fond en Bulgarie.
Bekleme est également un point de départ idéal pour parcourir les sentiers des Balkans troyens.
La région de Troyan est une destination privilégiée pour ceux qui s'intéressent aux sources chaudes. Les villages de Chiflik et Shipkovo sont tous deux abondamment dotés de telles sources. La région offre également d'excellentes opportunités pour le tourisme villageois.
Troyan est bien connue pour son eau-de-vie de prune, et chaque année, la ville organise un festival célébrant cette boisson enivrante.
Il existe de nombreux types d'hébergement à Troyan et dans ses environs - hôtels, villas et maisons d'hôtes - et les restaurants de la région offrent diverses possibilités de goûter à la fois la cuisine locale et les plats nationaux.

Heures d'ouverture
Horaires d'ouverture du Musée d'art populaire et d'artisanat traditionnel de Troyan :
avril – septembre
9h00 – 17h00
tous les jours
novembre – mars
9h00 – 17h00
Dimanche sur rendez-vous
Admission:
Adultes – BGN 4
étudiants – BGN 2
enfants de moins de 7 ans – entrée gratuite
Les visites ne sont proposées qu'en bulgare et coûtent 10 BGN. Le musée propose également des visites audio en anglais et en français pour 5 BGN.
Heures d'ouverture du musée national d'Oreshak pour l'art populaire et l'artisanat traditionnel :
Lundi vendredi
9h00 – 17h30
Admission:
Adultes – BGN
étudiants – BGN 1
Visites en bulgare et en anglais – BGN 10
Le Monastère Troyen
Horaires d'ouvertures:
8h00 – 17h00
tous les jours
Le musée d'histoire naturelle de Cherni Osam
Horaires d'ouvertures:
8h00 – 12h00 13h00 – 17h00
tous les jours
Admission:
Adultes – BGN 2
étudiants et seniors – BGN 1
Les visites audio préenregistrées qui sont lues automatiquement lorsque les visiteurs s'approchent des expositions du musée sont en bulgare, anglais, russe, allemand, français et espagnol.
Le prix de la visite audio est de 5 BGN.

Contacts
Les Directions Administratives Régionales de Troyan
1 place Vazrazhdane, Troyan
Tél : +359 670 6 80 50
e-mail : [e-mail protected]
Site Web : www.troyan.bg
Le musée troyen des arts populaires et de l'artisanat traditionnel
1 place Vazrazhdane, Troyan
Tél. : +359 670 62063
e-mail : [e-mail protected]
Site Web : https://troyan-museum.com/
Le musée d'histoire naturelle de Cherni Osam
132, rue Stara Planina, village de Cherni Osam, région de Troyan
Tél. : +359 6952 28 16
Tél. : +359 6952 23 17
Tél : +359 89 6700 533
Site Web : www.fairoreshakbg.com
Le Monastère Troyen
Tél. : +359 6952 2480
e-mail : [e-mail protected]
Site Web : https://www.troyanmonastery.com/
Le musée d'histoire naturelle de Cherni Osam
Tél. : +359 6962 2371
e-mail : [e-mail protected]
Le musée national d'Oreshak pour l'art populaire et l'artisanat traditionnel
e-mail : [e-mail protected]
Site Web : www.fairoreshakbg.com

Les membres du personnel du musée d'art populaire et d'artisanat traditionnel de Troyan fournissent des services aux visiteurs en bulgare.
Les membres du personnel du Musée national d'Oreshak pour l'art populaire et l'artisanat traditionnel fournissent des services aux visiteurs en bulgare et en anglais.
Les membres du personnel du musée d'histoire naturelle Cherni Osam fournissent des services aux visiteurs en bulgare et en russe. Des visites audio préenregistrées sont disponibles en bulgare, anglais, russe, allemand, français et espagnol.
Des représentants du monastère de Troyan proposent des excursions en bulgare et en anglais.

CENTRE D'INFORMATION TOURISTIQUE – TROYAN
Contacts
Tél/Fax : +359 670 60964
e-mail : [e-mail protected]
e-mail : [e-mail protected]
Site Web : www.troyan.bg

133, rue Vasil Levski, ville de Troyan, 5600
Prestations de service
1. Informations touristiques, réservations et hébergements dans les lieux d'hébergement, d'hébergement, de restauration et d'animation sur le territoire de la Commune de Troyan
2. Informations touristiques sur les monuments culturels et historiques du territoire de la commune de Troyan
3. Vente de 3 types de cartes touristiques spécialisées de la municipalité de Troyan et de la région des montagnes des Balkans centraux
4. Informations sur les billets d'avion, les vacances et les voyages à l'étranger, proposées par les voyagistes.


Monastère de Troyan et ses environs

Ce n'est pas une opinion, c'est un fait que la montagne de la chaîne des Balkans centraux entourant le monastère de Troyan est l'une des plus belles parties de toute la chaîne, et elle a également été désignée par le ministère de l'Environnement de Bulgarie comme celle qui jouit de l'air le plus pur de tout le pays. Les pentes sont couvertes de forêts denses, des rivières aux eaux cristallines coulent à travers les vallées et les petits villages et une route étroite monte et monte jusqu'à atteindre le port de Beklemeto à 1.595 mètres d'altitude, où un monument appelé “L'Arc de la Liberté” accueillera nous au port.

Non seulement la nature rend cet endroit quelque chose de spécial. Les habitants de la région de Troyan distillent une variété caractéristique et savoureuse de la boisson alcoolisée typique bulgare, la “rakia”, qui est produite ici à partir de prunes au lieu de raisins. Poterie locale, qui dans cette région utilise des couleurs vives, C'est aussi un signe distinctif de la région et est même utilisé comme symbole du pays, comme souvenir ou également utilisé quotidiennement dans les restaurants de style traditionnel à travers le pays.

Tout près du monastère se trouve également la ville de Chiflik, bien connue des Bulgares comme station balnéaire, où plusieurs hôtels proposent des piscines extérieures avec de l'eau thermale naturelle qui reste chaude même en hiver. Ces hôtels de Chiflik proposent divers soins dans leurs spas utilisant des sources chaudes naturelles de la source de la région et sont situés dans les montagnes, entourés d'épaisses forêts. Quelques jours dans cette région à profiter des promenades et de l'air frais des forêts, et les eaux thermales ont un effet revitalisant et rajeunissant immédiat. De plus, il ne faut pas manquer l'occasion de goûter à la truite grillée., plat typique de ces régions de montagne qui comptent de nombreuses rivières aux eaux claires.

Mais Troyan est aussi un lieu d'art et de spiritualité, prenant forme dans l'impressionnant monastère de Troyan, le troisième plus grand du pays après Bachkovo et Rila. Celui avec Troyan, contrairement à ces deux autres plus anciens, il n'a pas d'origine médiévale. Le monastère de Troyan qui porte officiellement le nom de monastère de l'Assomption de Marie a été fondé vers l'an 1.600 dans la vallée de la rivière Cherni Osam par un moine issu de la communauté monastique du Mont Athos, région qui est actuellement la Grèce mais il y a des siècles était le territoire de la Bulgarie. Pour sa part, le monastère de Troyan est actuellement situé dans la municipalité d'Oreshak, région de Troyan.

Monastère orthodoxe de Troyan

Intérieur de l'église avec image miraculeuse sur la gauche

Bientôt les pèlerins et autres moines commencèrent à se rassembler à Troyan, attirés par l'image prétendument miraculeuse de la Vierge Marie ramenée du Mont Athos et encore conservée au Monastère, Elle est très adorée et des files d'attente se forment toujours pour embrasser l'image, la vénérer et bien sûr demandez-lui ses souhaits & #8230L'image a 3 caractéristiques de mains argentées qui la rendent différente des autres images. La tradition dit que l'image a été achetée ici à Troyan à un moine qui l'a transportée du mont Athos à la région de Valachie, au sud de la Roumanie. Ledit moine s'est arrêté au petit monastère de Troyan à l'époque, y a passé du temps et lorsqu'il a essayé de reprendre le voyage, selon la tradition, la photo ne l'a pas laissé quitter le monastère.
Finalement le moine comprit le message envoyé par l'icône et le laissa dans le monastère de Troyan, il continua le voyage vers la Valachie…

Entrée de l'église à l'intérieur d'une des cours

Bien que le monastère ait été attaqué au moins une fois par les armées ottomanes, qu'il ait bien résisté et qu'il ait atteint une taille et une prospérité importantes au milieu du XVIIIe siècle, il a en fait été utilisé comme école primaire pour faire revivre l'éducation et la culture bulgares traditionnelles, éclipsées pour siècles par l'oppression de l'invasion ottomane. Le monastère a été restauré à la fin du 18ème siècle et le résultat est ce que nous voyons aujourd'hui avec des bâtiments pour les cellules des moines autour de 2 cours, avec l'église à l'intérieur de l'un d'eux. Les deux patios du monastère sont spectaculaires, le bois prédomine dans sa construction et les toits sont recouverts d'énormes plaques de pierre naturelle, dans le style des maisons traditionnelles bulgares, mais ici les plus grandes dalles que l'on peut voir dans le pays ont été utilisées, placés sans plâtre ni aucun type d'ancrage, juste certains appuyés sur d'autres Le grand nombre de cellules pour moines nous donne une idée de la grande activité que le monastère de Troyan a dû avoir pendant sa période de splendeur.

Fresques à l'extérieur de l'église

Balcon dans l'un des patios du Monastère

Fresque “moraliste” à l'intérieur de l'église

L'église en pierre de la cour d'honneur a été construite en 1.835, sur une précédente qui datait de 1.780. Les fresques dont l'intérieur est décoré sont l'une des raisons pour lesquelles le Monastère est reconnu comme un joyau de l'Art. Pour comprendre cela, il faut savoir que l'art bulgare n'avait pas progressé depuis l'époque médiévale, des siècles sous la domination ottomane et l'isolement de l'Europe occidentale avaient été la raison pour laquelle les artistes bulgares ne peignaient que des motifs religieux, gardant les règles strictes de l'art byzantin ancien. Dans la première moitié du siècle 19, tout a changé et les influences du baroque et du rococo ont commencé à entrer, étant l'artiste Zahariy Zograf (1810-1853), celui qui a le premier incorporé ces styles dans l'art bulgare, Un exemple de ceci est le fresques du monastère de Troyan, qui ne montrent pas des saints byzantins médiévaux mais des saints bulgares de l'Ancien et du Nouveau Testament. En plus de ces saints, nous pouvons également trouver une curieuse fresque qui représente “La roue de la vie”, une allégorie sur le cours de la vie humaine, avec les espoirs de la jeunesse, l'ambition et la confiance de la maturité, les peines de la vieillesse sur une roue sans fin où encore aujourd'hui chaque visiteur peut trouver sa place au sein de la "roue de la vie" et méditer sur le but de la vie humaine, sa fragilité et bien d'autres idées qui lui viennent à l'esprit en contemplant cette fresque. Zahariy Zograf donne ses propres réponses dans ses fresques comme l'image ci-jointe dans laquelle il implique que si vous recevez des médecines alternatives de clairvoyants ou de guérisseurs, vous recevez littéralement de la « merde diabolique ». D'ailleurs Zahariy Zograf s'est peint sur le mur nord de l'église, dans ce qui est le premier autoportrait de l'art bulgare, une audace pour ces temps de normes strictes dans l'art.

En plus de sa valeur religieuse et spirituelle, le monastère de Troyan est également d'une grande importance dans l'histoire de la Bulgarie. Dans ce monastère, le héros national Vasil Levsky a créé un conseil révolutionnaire contre l'occupation ottomane, le conseil rebelle se réunissait secrètement des soldats ottomans à l'intérieur du monastère, secrètement protégés par les moines du monastère. En fait, une petite cabine est conservée où Vasil Levsky se cachait lorsque les soldats ottomans sont apparus dans le monastère à sa recherche.

Mais ne me laissez pas tout vous dire, il y a beaucoup de coins et d'histoires que vous pouvez découvrir vous-même si vous le visitez en personne et nous pouvons vous aider, contactez-nous et nous vous aiderons avec les réservations d'hôtel, la location de voiture, même avec un guide pour vous aider avec la langue…

De plus, ce monastère propose un hébergement (comme d'autres en Bulgarie, voir article : Hébergement dans des monastères en Bulgarie), et il y a quelques mois à peine une aile du monastère avec des chambres récemment rénovées pour les personnes intéressées.


Monastère de Troie

Le troisième plus grand monastère de Bulgarie présente des peintures murales apocalyptiques vives dans ses murs sereins. Battu en taille seulement par Rila et Bachkovo, ce monastère, à 10 km au sud-est de Troyan, a un grès pâle Église de la Sainte Vierge comme pièce maîtresse. À l'intérieur, des fresques lumineuses peintes par Zahari Zograf, le principal artiste muraliste de la période du renouveau national bulgare, représentant des saints et des scènes brûlantes du Jugement dernier. Le monastère est entouré de quelques cafés, restaurants, boutiques de souvenirs et galeries d'art.

Certaines parties du monastère du XVIe siècle ont survécu aux attaques des Turcs entre les XVIe et XVIIIe siècles, mais la plupart du monastère d'aujourd'hui date de 1835. Les plus belles fresques de Zograf (peintes dans les années 1840) se trouvent à l'extérieur sur le mur du fond, représentant le jour du jugement avec le feu- des monstres respirants, des démons brandissant des fourches rassemblant les damnés et des anges faisant sortir les morts de leurs cercueils. Le monastère est également réputé pour son autel en bois sculpté à la main et son iconostase, fabriqués au milieu du XIXe siècle par la célèbre école de sculpteurs sur bois de Tryavna.

Le leader révolutionnaire du XIXe siècle, Vasil Levski, a formé et entraîné des insurgés ici et a exhorté les moines eux-mêmes à combattre les Turcs en 1876. Cette histoire est mise en évidence dans le petit 3e étage musée (ouvert sur demande).

Les Fête de la Vierge Marie (15 août) est un moment de célébration au monastère, lorsque le manteau de Sainte-Marie est affiché lors d'un service du soir.

Demandez au bureau d'accueil du monastère pour pièces (60 lv) ou appelez à l'avance.

Depuis Troyan, des bus à destination de Gabrovo, Apriltsi ou Cherni Osâm (3 lv, 20 minutes, sept par jour) rejoignent le monastère.


Troyan – paradis ethnographique dans la montagne

Troyan est une ville captivante dans la région de Lovech, qui est joliment située dans le centre-nord de la Bulgarie. Cette ville est l'un des plus beaux endroits de Bulgarie. Troyan est situé au cœur de la montagne et c'est l'une des nombreuses raisons d'être si attrayant pour les touristes, en raison de sa nature magnifique et de son air rafraîchissant. Troyan n'est qu'à 155 kilomètres de la capitale Sofia et est facilement accessible en voiture. La population de la ville en 2011 était de 21 194 personnes. La région a une histoire riche. Il existe une preuve réelle qu'il a été peuplé depuis l'ère paléolithique lointaine. Pendant l'âge du bronze, les Thraces s'y rendent près du fleuve Osam. De nombreuses armes, récipients en bronze et bijoux y ont été trouvés pour prouver l'existence des Thraces.

Au début de la domination ottomane, l'artisanat commence à se développer à Troyan. L'école de céramique de Troyan est donc ouverte et elle fonctionne encore aujourd'hui, ce qui est un temps vraiment impressionnant. Troyan est une ville à l'économie fortement développée. Il est populaire car c'est le plus grand centre de production de chaises en bois massif en Bulgarie. La ville est un lieu de prédilection pour les Bulgares et les touristes. Les gens l'aiment principalement à cause de la montagne et du tourisme rural. Il existe de nombreuses activités et attractions non seulement dans la ville mais aussi et dans les environs proches.

Le Monastère Troyen

Les gens l'appellent le monastère de Troyan, mais le nom complet de cette beauté est le monastère de la Dormition de la Très Sainte Mère de Dieu. C'est l'un des plus grands monastères de Bulgarie, il occupe la 3 ème place. Il a été construit au 16 ème siècle, ce qui en fait également l'un des plus anciens monastères du pays. Le monastère de Troyan est situé sur les rives de la rivière Cherni Osam. , à proximité de l'une des attractions les plus populaires de Troyan, appelée Oreshak. L'une des principales églises du monastère a été reconstruite à la fin de la domination ottomane pendant le renouveau national bulgare. Zahari Zograph, un célèbre peintre de l'époque, a peint le monastère et lui a donné son aspect incroyable. Le monastère abrite l'une des plus anciennes icônes de l'orthodoxie bulgare, appelée la Vierge à trois mains, qui est un Saint Graal pour le monastère. Le monastère de Troyan est une attraction incontournable car c'est un endroit important et magnifique dans la ville de Troyan.

Le Balkan troyen

Situé dans la montagne centrale de Stara, c'est un endroit incroyablement beau. C'est l'endroit idéal pour les aventuriers qui aiment la randonnée et la nature magnifique. Il y a beaucoup d'endroits à voir là-dedans. Les touristes l'aiment parce qu'il offre de nombreuses fleurs rares, des sanctuaires de faune intéressants ou tout simplement un lieu de détente loin de la vie trépidante de la ville.

Le sanctuaire de la faune appelé ‘’Kozya Stena’’ (‘’Козя Стена’’) est construit en 1987. Il est principalement conçu pour la protection des forêts de hêtres centenaires. Il y a aussi beaucoup de chèvres sauvages, c'est exactement le nom de ce sanctuaire fascinant. La région est idéale pour l'alpinisme.

Il y a un autre sanctuaire de faune captivant -''Steneto'' (''Стенето''). Il a été créé en 1979 pour protéger les forêts de hêtres, de charmes, d'ormes et d'érables. Dans cette zone spécifique, les gens peuvent souvent voir de nombreux cerfs, ours, lapins, faucons et autres animaux. Ici se trouve également la grotte intéressante et exceptionnelle ‘’Raichova dupka (trou)’’ (‘’Райчова дупка’’). Le parc est dans le groupe UNESCO.

Dans ces régions, il existe de nombreuses cabanes, où les gens peuvent passer la nuit et se détendre.

Beklemeto (еклемето)

La localité Beklemeto est située à 20 kilomètres de Troyan et c'est le point culminant du passage troyen – 1590 mètres d'altitude. Il est parfait pour tout type de tourisme non seulement en été mais aussi en hiver. Vous trouverez ici les meilleures pistes de ski de fond en Bulgarie. Il y a des fragments d'une ancienne route appelée Via Trayana, qui contient beaucoup d'histoire.

''Sostra'' (''остра’’)

L'ancienne ville romaine de Sostra est située à 12 kilomètres de Troyan. Il est établi au II e siècle. Son existence est d'environ 300 ans. Il s'agit en fait du sixième arrêt routier de l'ancienne voie romaine Via Trayana. La légende dit que de nombreux empereurs et nobles ont séjourné ici, pour eux c'était comme un hôtel en bord de route. Là, vous pouvez réellement voir un camp fortifié, des bâtiments du village et une partie de l'ancienne route. A voir également, la construction de l'église Saint Georges. Ce lieu magnifique et archaïque est ouvert aux visiteurs du lundi au vendredi et le prix est d'environ 1 euro, soit 2,00 BGN. Assurez-vous de prendre votre appareil photo, car l'endroit est parfait pour faire des photos incroyables.

Chiflika ( ифлика)

Chiflika est un beau village de la région de Troyan. Il se trouve à seulement 16 kilomètres de la ville et fait partie du parc national des Balkans centraux. On suppose que dans les temps anciens, il y avait une colonie thrace parce qu'on y a trouvé des objets en céramique. Vous pouvez trouver une immense source minérale et de nombreux hôtels spa agréables, parfaits pour des vacances et de la détente. Il est intéressant de noter que c'est l'un des derniers endroits en Europe, où les gens peuvent trouver et voir des Edelweiss.

L'une des cascades les plus étonnantes et les plus époustouflantes se trouve à Troyan. Son nom est Skoka (Скока). La hauteur de la cascade est de 12 mètres. Il est facilement accessible en voiture alors n'hésitez pas à vous y rendre car c'est l'endroit idéal non seulement pour les amateurs de randonnée. Assurez-vous de vérifier cela et accordez-vous un moment de détente parfait là-bas. La nature est absolument fascinante.

Une autre grande et célèbre cascade est ‘’Rayskoto pruskalo’’ ( Райското пръскало ). Celle-ci est une chute d'eau importante car elle est la plus haute de la péninsule balkanique. Il se trouve dans la partie centrale de la montagne Stara et fait partie du territoire du parc national des Balkans centraux. Les éclaboussures de la cascade peuvent vous faire sentir incroyable car sa beauté impressionnante est unique en son genre. C'est une destination appropriée pour tous ceux qui aiment la randonnée, l'écotourisme et le parapente. La plupart des touristes préfèrent visiter la cascade en été.

Un autre endroit intéressant est le sentier écologique « Rivière blanche » et le pic Botev, qui est le plus haut sommet de la montagne Stara.

Café sur le sable

Troyan est l'un des derniers endroits où vous pourrez ressentir l'émotion de boire un café sur un sable. Ce type de café fait partie des vieilles légendes urbaines. On dit que le café doit être servi avec de la confiture blanche sucrée et un verre d'eau froide. Ce café est bouilli sur du sable chaud, tourné à 360 degrés et il est prêt à être servi. Il faut le voir, le sentir, le goûter – l'émotion est unique. C'est l'endroit idéal pour se détendre après une longue journée. Le café est un prémisse pour une grande conversation avec des amis.

Troyan est une ville très active. C'est l'endroit idéal pour de longues promenades et flâner dans les rues. C'est aussi bon pour l'alpinisme car c'est une ville de montagne. Mais le sport le mieux développé à Troyan est l'orientation. Elle débute en 1950 lorsque dans la ville est fondé un club d'orientation. Il y a des générations entières, qui pratiquent ce sport. Une autre activité intéressante et populaire dans la ville est la spéléologie, qui a été développée en 1960. L'un des meilleurs clubs de karaté de Bulgarie se trouve ici à Troyan. Comme vous pouvez le voir, Troyan est plein de surprises et les gens ne s'ennuient jamais ici.

Cuisine traditionnelle

Dans la cuisine traditionnelle bulgare, il existe plusieurs recettes typiques de Troyan et la plupart d'entre elles ne peuvent être essayées qu'en ville.

Le premier plat s’appelle ‘’Luchnik’’ (« Лучник’’). Il est fait avec de la pâte avec de l'oignon, des poivrons et du persil. A Troyan, on met aussi dans ce plat étonnamment savoureux des noix et de nombreuses épices fraîches.

La deuxième recette est pour une soupe aux champignons avec une sorte spéciale de champignon appelée ''cheladinki'' (''челадинки'').

Le troisième plat est également très savoureux. N'oubliez pas d'essayer le haricot battu aux orties, qui se présente sous forme de soupe.

La dernière recette est le roi des plats traditionnels troyens. T est de la viande de porc dans un récipient en argile avec des légumes et des pruneaux séchés.

Cela peut sembler étrange, mais ce sont des plats exceptionnels et rares, que vous ne pouvez trouver nulle part ailleurs ou si vous pouvez les trouver d'une manière ou d'une autre, ils ne seront pas les mêmes.

Vous pouvez réserver votre séjour pour Troyan d'ici !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez vous abonner pour avoir accès à plus d'articles sur les voyages et le style de vie !


LE LONG DES MONTAGNES ET DES SENTIERS DU PATRIMOINE DE LA BULGARIE

Depuis des temps immémoriaux, les Bulgares et la Nature rivalisent de créativité. Vous souhaitez combiner le charme magique des plus belles montagnes de Bulgarie avec ses sites patrimoniaux renommés ? Les disciplines sont assez diverses : architecture, peinture… Nous vous laissons, nos clients, juger. Pour notre part, nous avons préparé un programme qui comprend les monastères les plus richement décorés de peintures murales de Bulgarie, des monuments remarquables de la culture et des arts, des villes et villages aux histoires séculaires et des caractéristiques naturelles telles que des grottes effrayantes et des itinéraires de randonnée traversant les montagnes idylliques de Bulgarie.
Le programme comprend des randonnées pédestres de difficulté faible ou moyenne (jusqu'à 10-12 km ou 2 à 3 heures), ainsi que des visites à pied plus longues des sites touristiques le long du parcours.

ITINÉRAIRE


Jour 1 :
Sofia
Nous vous rencontrons à l'aéroport de Sofia et vous transférons à l'hôtel où le groupe passera la nuit.
Jour 2: Sofia – Monastère de Troyan – Troyan/Apriltsi
Une visite du centre-ville nous emmène à travers les 2000 ans d'histoire de Sofia. Nous verrons les ruines de Roman Serdika, la rotonde paléochrétienne de “St. Georgi", l'ancien palais du tsar, la cathédrale orthodoxe d'"Alexandre Nevski", la mosquée de Banya Basi, la synagogue - la plus grande des Balkans et les bâtiments administratifs construits pendant le régime communiste. L'après-midi, nous traversons la crête centrale des Balkans pour visiter le monastère de Troyan, le plus grand du nord de la Bulgarie. La célèbre eau-de-vie de prunes de la région est également produite par le monastère lui-même et nous pouvons la déguster pendant le dîner. Nous passons la nuit à Troyan ou Apriltsi dans les contreforts nord de la crête des Balkans.
Jour 3 : Troyan/Apriltsi – Veliko Tarnovo – Arbanassi – Veliko Tarnovo
Veliko Tarnovo nous attend. À ce jour, la capitale du Second Empire bulgare conserve tous les attributs de l'autorité royale et patriarcale. Nous visitons le magnifique château de Tsarevets sur sa colline entre les méandres de la rivière Yantra, la réserve architecturale d'Arbanasi (la maison forte de Konstantseli construite dans un style typique du XVIIe siècle et la petite église de la "Nativité du Christ", qui malgré son aspect extérieur ascétique cache un intérieur richement décoré) et le monastère de Preobrazhenski. Il y a deux nuitées à Veliko Tarnovo.
Jour 4: Veliko Tarnovo – Etara – Bozhentsi – Tryavna – Veliko Tarnovo
Aujourd'hui, l'accent est mis sur les métiers, l'architecture et le commerce de la Bulgarie du XIXe siècle, dans l'atmosphère de laquelle nous nous immergeons dans le plus grand musée ethnographique en plein air des Balkans, Etara. En marchant le long de la rue pavée, des artisans qualifiés nous feront sentir que nous faisons partie des traditions populaires bulgares dans le travail du métal, la fabrication du cuir, la mise en pot, la sculpture sur bois, le filage de la laine et le travail avec d'autres types de matériaux. Notre prochain arrêt est Bozhentsi, une charmante réserve architecturale. From there, a forest walk which offers views of the Balkan range takes us to the town of Tryavna, renowned for its icon-painting and woodcut traditions.
Day 5: Veliko Tarnovo – Kazanlak – Plovdiv
Again crossing the Balkan range, we halt at the Shipka Pass, site of the most epic battles for Bulgarian liberation during the 1877 Russian-Turkish War. We then continue south to the Valley of the Thracian Kings and visit the Kazanlak Tomb: Bulgaria’s original UNESCO-listed site. The afternoon is devoted to Plovdiv. In the Old Town, we follow in the footsteps of history around the remains of the ancient Thracian city of Eumolpia, the Antique Theatre and the Roman Stadium, through to the colourful National Revival Period houses which comprise the charming architectural profile of the Three Hills. We overnight at Plovdiv.
Day 6: Plovdiv – Bachkovo Monastery – Shiroka Laka – Devin
The Rhodope Mountains, birthplace of the mythical musician Orpheus, await us. We first tour the Bachkovo Monastery (the second biggest in Bulgaria), known for its richly muralled refectory and the miracle-working icon of Virgin Marry. A panoramic walking tour traverses the idyllic Rhodopes with the ultimate destination of the Shiroka Laka architectural and ethnographic reserve. There are two overnight stays at a spa hotel in Devin.
Day 7: Devin – Trigrad – Yagodina – Devin
A transfer to the Trigradsko Zhdrelo Gorge takes us to the mystic Dyavolsko Garlo (The Devil’s Throat) Cave, sheltering the Balkans’ sheerest underground waterfall is (42m/138ft). We continue on foot to the edge of the gorge through a mosaic of ancient deciduous forest to the Yagodinska Peshtera Cave: one of Bulgaria’s longest and most beautiful. This is a particularly pleasant hike, which immerses us in the traditional lives of the local people and the idyll of rolling crests and forests.
Day 8: Devin – Dolen – Bansko
Meandering Rhodope roads take us to the village of Dolen. Its sheer remoteness has helped preserve magnificent masterpieces of Bulgarian National Revival Period architecture. In the afternoon, we arrive at Bansko in the foothills of Mount Pirin, where we shall overnight.
Day 9: Bansko – Banderishki Lakes – Bansko – Sandanski
We make for the alpine parts of the Pirin and the captivating Banderishki Lakes. We shall be left breathless along the way, not because of any physical strain, but because of the 360-degree panorama of Cirques with 16 picturesque glacier lakes huddled in them. After this, a coach takes us to the hot mineral springs resort of Sandanski for two overnight stays at a spa hotel.
Day 10: Sandanski – Melnik – Rozhen Monastery – Sandanski
Today, we visit Bulgaria’s tiniest city of Melnik, huddled among the sand peaks of its celebrated natural pyramids and replete with the authentic beauty of National Revival architecture. Some of Bulgaria’s most distinguished wines, another Melnik speciality, mature in cool cellars deep under the sand hills. An idyllic trek takes us to the Rozhen Monastery with its wonderful views of Mount Pirin.
Day 11: Sandanski – Rila Monastery – Sofia
On our way to Sofia, we drop by on the UNESCO-listed Rila Monastery: Bulgaria’s largest and best-known Christian abbey. A ramble across a shady beech wood takes us to the cave once inhabited by Bulgaria’s first recluse monk, Sveti Yoan Rilski, founder of the Rila Monastery. In the afternoon, we enjoy free time in Sofia. We overnight in the city.
Day 12: Sofia
Transfer to Sofia Airport.

PRICES, DATES & REMARKS


Prix
: 830 € per person in twin/dbl room
Single room supplement: 145 € (obligatory for all individual clients)
Price includes: transfers to and from Sofia Airport (on first/last tour date only) and all other transfers in the itinerary accommodation and catering as in the itinerary English-speaking guide entry charges to caves and museums and all local taxes.
Price does not include: extra food and drink mountain maps medical insurance personal expenses spa procedure fees.
Group size: The tour is organized on private basis only and the price below is based on at least 6 persons traveling together smaller groups or individuals – please contact us for a price offer
Best time: June-September.
Accommodation: three and four-star hotels en-suite rooms breakfast and supper included.


Long Lost ‘Damaskin’ Manuscript from 1745 Discovered in Bulgaria’s Troyan Monastery

A valuable Bulgarian religious book, a manuscript known as a “damaskin”, written in 1745 has been found during a cleanup at the Troyan Monastery in Central North Bulgaria.

Damaskins are Bulgarian books, manuscripts from the 16 th -19 th , containing collections of homilies, sermons, and saint biographies (and even short stories and historical accounts) written in vernacular Bulgarian, rather than literary Old Bulgarian (also known as Church Slavonic).

The name of the damaskin manuscript books come from the name of Damaskinos Stouditis (Damascenus Studites) (ca. 1500 – 1577), a Greek cleric and writer (even though the word’s etymology is connected with the name of the city of Damascus in Syria).

Damaskinos’ most popular work, the Thesauros, containing 36 sermons based on passages from the Bible, was published in Venice in 1558.

This book became the first “damaskin” after it was translated into Bulgarian by Bishop Grigoriy Prilepski (Gregory of Prilep) in the Holy Trinity skete of the Great Lavra Monastery on Mount Athos, (the autonomous peninsula in Greece which is home to 20 Eastern Orthodox monasteries).

A valuable 18 th century manuscript of a damaskin has been discovered during a cleanup in the west wing of the Troyan Monastry, Bulgaria’s third largest monastery, its Farther Superior Sioniy has announced, as cited by BTA.

As the manuscript book itself mentions, its title, “The Troyan Damaskin” and the fact that it was written in 1745. (At that time, Bulgaria was part of the Ottoman Empire, a period known in Bulgarian history as the Ottoman Yoke (1396/1422 – 1878/1912).)

The Troyan Damaskin has actually been rediscovered since it used to be part of the monastery library but went missing in the 1960s.

The manuscript originally had about 200 pages but some of the first pages are missing, and only 175 pages have been preserved.

Download the ArchaeologyinBulgaria App for iPhone & iPad!

Follow us on Facebook, Twitter, Google+, Tumblr, Pinterest!

A page from the rediscovered Troyan Damaskin. Photo: BTA

According to monastery Father Superior Sioniy, the manuscript is richly decorated with illustrations conveying a high level of orthography and craftsmanship.

“The damaskin manuscript book contains sermons from the Orthodox Christian world. It features sermons by St. John of Damascus and other pious fathers,” Sioniys says.

“These damaskins were usually used as reading materials in the monastery dining hall, during religious vigils, and for personal reading by the monks and the enlightened Christians,” he elaborates.

Pages from the rediscovered Troyan Damaskin. Photos: TV grabs from BNT

In his words, the book was written by a well-educated monk. It bears no author’s signature. At the time, books were copied by hand. Printing became prevalent in Bulgaria only in the 19 th century, at the height of the Bulgarian National Revival leading up to Bulgaria’s Liberation from Ottoman Turkey at the end of the century.

The newly discovered 18 th century manuscript has been sent to Bulgaria’s National Museum of History in Sofia in order to be cleaned up. After that, it will be exhibited on display at the Troyan Monastery which is a popular destination for both pilgrims and local and foreign tourists.

Other valuable items such as religious vessels and books which have also been discovered in the west wing of the Troyan Monastery will also be exhibited for pilgrims and visitors.

Learn more about the Troyan Monastery in the Background Infonotes below!

Download the ArchaeologyinBulgaria App for iPhone & iPad!

Follow us on Facebook, Twitter, Google+, Tumblr, Pinterest!

The Troyan Monastery is the third largest in Bulgaria. Photo: BGNES

The Monastery “Dormition of the Holy Mother of God”, more popularly known as the Troyan Monastery , is a Bulgarian Orthodox monastery located near the town of Oreshaka and 10 km away from the town of Troyan in Central North Bulgaria.

The Troyan Monastery lies on the bank of the Cherni Osam River, in the Balkan Mountains.

It is deemed to be the third largest monastery in Bulgaria after the Rila Monastery and the Bachkovo Monastery.

Up until accidental archaeological discoveries in December – January 2017, it was believed that the Troyan Monastery was established ca. 1600. (At that time, Bulgaria was part of the Ottoman Empire, a period known in Bulgarian history as the Ottoman Yoke (1396/1422 – 1878/1912).)

Since the 17 th century, the Troyan Monastery has been home to the holy icon of the Three-Handed Mother of God, i.e. Virgin Mary.

There is a legend partly based on monastery records that the icon of the Three-Handed Virgin was brought to the monastery by a monk from the Hilandar Monastery on Mouth Athos (the autonomous peninsula in Greece which is home to 20 Eastern Orthodox monasteries) on his way to Wallachia north of the Danube.

According to the legend, the Troyan Monastery was started by two monks, or, rather, a hermit and a follower of his.

The monk bringing the miraculous icon of the Three-Handed Virgin from Mouth Athos as a present for his relatives in Wallachia was passing by, and heard about the hermit and his follower, and decided to visit them.

The visiting monk, allegedly craving for greater freedom, refused to stay with the hermit in spite of being invited to join him. But every time he tried to leave, his horse would trip. He figured out that the icon did not want to leave the place, and, shedding lots of tears, parted with it.

There have also been unconfirmed claims that when monks from Mount Athos arrived to the location of today’s Troyan Monastery, there had already been other monks living in there in the ruins of a monastery destroyed during the Ottoman invasion of the Second Bulgarian Empire at the end of the 14th century. These claims cite as evidence the discoveries of crosses and apses hacked into the rocks inside nearby caves.

Before Bulgaria’s liberation from the Ottoman Empire, especially in the 18 th century, the Troyan Monastery was attacked and ransacked by armed bands a number of times.

The original 17 th century church of the monastery dedicated to the Dormition of the Virgin Mary was a wooden one. A stone church was built ca. 1780.

Today’s main church of the Troyan Monastery was opened in 1835. Its murals were painted in 1847-1849 by Zahari (Zahariy) Zograf (1810-1853), the most famous icon painter from Bulgaria’s National Revival Period (18 th -19 th century). Zahari Zograf painted his self-portrait on the northern wall of the church as well as a version of his famous mural “The Wheel of Life” (also translated as “The Cycle of Life” ou la “The Circle of Life”) from the Transfiguration Monastery near the city of Veliko Tarnovo in Central North Bulgaria.

In the 18 th and 19 th century, the monks of the Troyan Monastery produced several original literary works such as the long lost Troyan Damaskin which was rediscovered in 2014.

Damaskins are Bulgarian books, manuscripts from the 16 th -19 th century, containing collections of homilies, sermons, and saint biographies (and even short stories and historical accounts) written in vernacular Bulgarian, rather than Old Bulgarian (also known as Church Slavonic).

The name of the damaskin books is derived from the name of Damaskinos Stouditis (Damascenus Studites) (ca. 1500 – 1577), a Greek cleric and writer (even though the word’s etymology is connected with the name of the city of Damascus in Syria).

Damaskinos’ most popular work, the Thesauros, containing 36 sermons based on passages from the Bible, was published in Venice in 1558.

This book became the first “damaskin” after it was translated into Bulgarian by Bishop Grigoriy Prilepski (Gregory of Prilep) in the Holy Trinity skete of the Great Lavra Monastery on Mount Athos, (the autonomous peninsula in Greece which is home to 20 Eastern Orthodox monasteries).

The Troyan Monastery has two sketes (isolated monk dwellings) – one established in 1785 and located 1 km away, and a second one built in 1832 and located 8 km away.

The monastery’s five-floor bell tower was built in 1866. Parts of it was demolished in 1898 but were restored in 1987.

The Troyan Monastery was a seat of one of the secret revolutionary committees preparing an armed uprising against Ottoman Turkey which were founded all over Bulgaria by revolutionary and national hero Vasil Levski (1837-1873), and today the monastery features a museum dedicated to Levski.

It was originally believed that the monastery did not participate in the Bulgarians’ most famous rebellion against the Ottomans, the April Uprising of 1876, because there were Ottoman troops quartered there at the time. However, the 2017 discovery of two monks’ skulls with an inscription mentioning 1876 cast doubt over this original hypothesis.

The late head of the Bulgarian Orthodox Church, Patriarch Maxim (1914-2012, Patriarch in 1971-2012), a native of the town of Oreshaka, is buried at Troyan Monastery.

Please consider donating to help us maintain and grow it!

Any contribution, large or small, is appreciated!

Learn more about donating to support our work here.


Balkan Mountains tour

Balkan Mountains give the name of the Balkan peninsula and separates Bulgaria in North and South Bulgaria. But this mountain keeps the Bulgarian spirit throughout the centuries and this role is the most important. It is home of many small towns and villages, where you can still feel the spirit of 19 century and learn more about the history and culture of Bulgaria.

Troyan monastery

We will visit Troyan monastery, Staro Stefanovo village and the city of Lovech. They had important role for our Liberation in 1878 from Ottoman empire. Some of the leaders, who united and inspired the locals to stand up, used to hide here. You would see old architecture and feel the atmosphere of Bulgaria from 19 century until today. I will share with you the stories which I know for the area related to the Bulgarian Revival period. You will learn who Vasil Levski was and why he left Troyan monastery.We will have 1 hour for sightseeing of the monastery and free time for photos and shopping of some local products. (Troyan clay ceramics)

Staro Stefanovo and Lovech

Next stop will be the village of Staro Stefanovo, where you will feel the old Bulgarian spirit. Some historical Bulgarian movies were shot there. A walk in the village and we will have the option to enjoy local food for lunch.
After lunch around 3:00 – 3:30 pm we will arrive in the city of Lovech. Important city for keeping the Bulgarian spirit during the centuries. It had a leading role for the Liberation of Bulgaria from the Ottoman empire. Here you can see a masterpiece of architecture from 19c. – the Covered bridge in Lovech, built by Kolyo Ficheto. Sightseeing of the old town Varosha and around 5:30 – 6:00 pm we will depart to Sofia. Return in Sofia in the evening around 8pm.


Troyan Monastery “Assumption of the Holy Mother” is located in the northern part of the Troyan Balkan on the banks of the Cherni Osam River, 10 km away from the town of Troyan and very close to the village of Oreshak. It was founded at the end of the 16th century and is the largest monastery in Stara Planina mountain and the third largest spiritual center in Bulgaria (after Bachkovo and Rila monasteries). It is a complex of a church, residential and farm buildings, and two hermitages – “St. Nicholas” and “St. John the Baptist”. The miraculous icon “St. Virgin Mary of the Three Hands” is kept inside it. The monastery is stauropegic to the Bulgarian Orthodox Church, i.e. it is under the direct jurisdiction of the supreme ecclesiastical authority in the country – the Holy Synod.

There is not enough data about its early history. It is not known whether the monastery existed in the Middle Ages. Based on later information, some researchers believe that it was founded around the beginning of the 17th century by an unknown hermit monk who built the small wooden church “Nativity of the Virgin Mary” near Osam River. It is noted in a monastery chronicle:

The beginning of the existence of the Troyan monastery was many years after the collapse of the Bulgarian kingdom. A monk appeared – a Bulgarian unknown by name. He came from an unknown country and settled in the mountain desert with his only neophyte. And by building a simple hut for himself and living in it for many years he became known to the ordinary people in this area.”

A legend tells of a hieromonk from Mount Athos who – on his way to Wallachia – passed by here carrying with him a miraculous icon of the Holy Mother. Learning that a pious hermit lived in the Troyan Mountains, the Athos monk sought him out and the two spent some time together in fasting exploits. People from near and far flocked to worship the holy icon and saw many miracles. When it was time to continue on his way, he had not yet left the yard and his horse stumbled and fell. The priest postponed his journey but when he set out again his horse fell to the ground again at the gates. In that he saw a sign of God realizing that the icon did not want to leave the place. The hermit invited him to stay to serve God together but the monk of Mount Athos preferred to stay away from Turkish arbitrariness. He said goodbye to the icon and to his host and left only with God in his heart. The Troyan hermit was soon joined by several other brothers, they built a small wooden church for the icon of the Holy Mother and began to serve in it. The number of pilgrims grew, and soon cells were built for them, and so the Troyan Monastery arose. The glory of the miraculous icon of the Most Holy Mother of God with Three Hands spread far and wide because it gave healing not only to the believing Christians but also to the Turks who came with serenity and hope.

The Troyan monastery grew rapidly. Very soon a wooden church dedicated to the Nativity of the Virgin Mary, a monastic residential wing and a small inn were built. Not long after, however, the monastery was desecrated by a Turkish gang and the abbot was beheaded.

The history of Troyan Monastery in the XVII-XIX centuries is a long series of pogroms and robberies by the enslavers. The monastery has survived thanks to patriotic and vigilant monks and the support of freedom-loving Balkan people from the surrounding villages and huts – the nascent artisanal class. Throughout its existence, the Troyan Monastery has been a local center of spirituality, education and literacy. The monks of the monastery have always had close contact with the people, supported their thirst for spiritual and political freedom.

The people’s protectors – the hayduts – also found refuge here, and several times in his patriotic activity behind his walls the Apostle of Freedom Vasil Levski also struggled. Here he founded the country’s first monastic revolutionary committee. During the outbreak of the April Uprising, a command post of the voivodes Panayot Volov, Georgi Ikonomov and Toma Hitrov was organized in the monastery. To present days, the cell in which the revolutionary affairs were discussed has been preserved in its authentic form. During the Russo-Turkish War of Liberation, the complex was transformed into an infirmary for Russian soldiers.

Another architectural monument in the monastery was erected in 1865 – the bell tower whose outside walls were covered with decorative and monumental paintings. Here the first Troyan painter Pecho Hadji-Naidenov painted unseen until then ornamental compositions, figures of archangels and saints-pillars. The chapel “Golgotha” which is located on its first floor is also worth seeing. It was renovated and decorated with the very popular during the First and Second Bulgarian Kingdom mosaic technique which is almost not used today.

With its architecture, woodcarving, artistic decoration, icons, frescoes, the Troyan Monastery has influenced the development of crafts in the Troyan region – pottery and carving. Apart from being a religious-educational and rebellious center, the monastery is also known for its developed animal husbandry and agriculture, especially fruit growing, where the plum culture stands out. The monk brothers produced plum brandy of enviable quality which was awarded a bronze medal and a diploma at an exhibition in Belgium in 1894.

When in the first half of the 18th century the monastery grew and became economically wealthy, a cell school began to function in it. In 1869 it grew into a secular one and children from nearby villages studied there. The Troyan Monastery became the center of Bulgarian education and literacy.

At the beginning of the 19th century the monastery was already quite large. The residential buildings surrounding the yard are built of Revival-style wood. They are two-storey and even three-storey – something extremely rare for the era. In the northwest corner there is a residential and defensive tower.

The most significant cultural monument in the Troyan monastery is the Church of the Assumption of the Holy Mother. Located in the south courtyard, among two-storey and three-storey bay window residential buildings, it is the colorful architectural center of the ensemble. About its original appearance and the buildings around it, we judge by a stamp from 1839 and from the description and drawings of the Hungarian traveler Felix Kanitz.

For painting of the newly built church in 1847 the famous Renaissance artist Zachary Zograf was invited. His are the frescoes on the inner walls of the temple – with bright colored harmonies and many rare plots. He left on the north inner wall donor portraits and his self-portrait, and on the north outer wall – the composition Wheel of Life.


Voir la vidéo: Monastère saint Nicolas Barson (Juin 2022).