Des articles

Samantha Smith, 11 ans, part en visite en URSS

Samantha Smith, 11 ans, part en visite en URSS


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Samantha Smith, une Américaine de 11 ans, entame une visite de deux semaines en Union soviétique à l'invitation du dirigeant soviétique Yuri Andropov. Certains observateurs américains pensaient que Smith était simplement utilisé par les Soviétiques à des fins de propagande, tandis que d'autres considéraient sa visite comme une étape positive vers l'amélioration des relations américano-russes.

En avril 1983, le gouvernement soviétique a publié une lettre écrite par Smith à Andropov dans le cadre d'un projet scolaire. Dans la lettre, Smith a interrogé Andropov sur son pays et s'il voulait la paix avec les États-Unis. Étonnamment, Andropov a répondu personnellement à la lettre, assurant à Smith qu'il avait la plus grande amitié envers l'Amérique et ne souhaitait que la paix et la compréhension mutuelle. Il a terminé en invitant Smith à venir voir l'Union soviétique par elle-même. L'élève de cinquième a accepté l'offre d'Andropov et le voyage a été fixé à juillet 1983.

Presque immédiatement, la famille de Smith a été inondée de lettres d'Américains, dont la plupart soutenaient la décision de Samantha. Beaucoup, cependant, ont vivement critiqué sa prochaine visite, affirmant qu'il s'agissait simplement d'un stratagème de propagande des communistes. Dans une certaine mesure, ils avaient raison : Andropov a clairement vu la visite de Smith comme une occasion d'essayer de dissiper certaines impressions négatives de l'Union soviétique. D'un autre côté, Andropov était également clair sur son désir de relations plus étroites avec l'Occident, et son invitation à la petite fille était une façon d'indiquer ce désir.

Pendant ses deux semaines en Russie, Smith a été traitée comme une VIP et a fait une visite soigneusement organisée de l'Union soviétique. Cependant, elle a également trouvé le temps de parler à des groupes de citoyens soviétiques qui n'ont pas tenté de cacher certains des problèmes auxquels leur pays était confronté, en particulier les pénuries alimentaires. Pour sa part, Smith a absolument charmé ses hôtes et est devenue une figure célèbre presque du jour au lendemain. De retour aux États-Unis deux semaines plus tard, elle a indiqué qu'elle croyait fermement que les Soviétiques "ne veulent aucun mal au monde, tout comme nous". Lorsqu'on lui a demandé si elle aimerait vivre en Russie, elle a fait l'éloge de ses hôtes communistes mais a déclaré qu'elle "vivrait plutôt dans mon propre pays".


Cette fille américaine était une célébrité en URSS

En juillet 1983, le monde entier a été témoin d'un événement étonnant : une Américaine ordinaire de 11 ans a écrit une lettre au Kremlin et a été invitée à visiter l'Union soviétique. Son nom était Samantha Smith et elle est devenue la plus jeune ambassadrice de bonne volonté des États-Unis.

Au début des années 1980, Samantha vivait avec ses parents dans la petite ville de Manchester, dans le Maine, en Nouvelle-Angleterre. Comme cela s'est souvent produit pendant la guerre froide, le monde à cette époque était de nouveau au bord du précipice d'un conflit nucléaire mondial entre les États-Unis et l'Union soviétique. Et tandis que les politiciens jouaient à leurs jeux, les gens du commun vivaient sous un nuage permanent de peur et d'anxiété.

Une fois, sur une couverture de magazine, Samantha a vu une photo du dirigeant soviétique Youri Andropov, que les médias américains ont qualifié de méchant dans cette situation géopolitique tendue. Samantha a demandé à sa mère : &ldquoSi les gens ont si peur de lui, pourquoi quelqu'un n'écrit-il pas de lettre pour lui demander s'il veut faire la guerre ou non ? &ldquoPourquoi ne pas vous ?» répondit sa mère.

Sa mère a vite oublié la conversation, mais pas Samantha. Elle a pris le conseil au sérieux et en quelques jours a envoyé une lettre à Andropov, où elle lui a demandé s'il voulait vraiment déclencher une guerre et conquérir le monde entier ou au moins les États-Unis. vivre ensemble en paix et ne pas se battre.»

Étonnamment, le principal journal soviétique Pravda a publié un extrait de sa lettre. N'importe quelle autre fille a peut-être été contente de ça, mais pas Samantha. Elle n'a pas compris pourquoi personne n'avait répondu à ses questions et a écrit une autre lettre.

Nikolai Malyshev et Alexander Yakovlev/TASS

Cette fois, Youri Andropov envoya lui-même une réponse, exposant la position soviétique : « Nous voulons la paix pour nous-mêmes et pour tous les peuples de la planète. Pour nos enfants et pour toi, Samantha", écrivait-il, l'invitant à visiter l'URSS et à constater par elle-même que "qu'en Union soviétique, tout le monde est pour la paix et l'amitié entre les peuples".

Alexander Yakovlev et Vladimir Yatsina/TASS

Le 7 juillet, Samantha est arrivée en Union soviétique avec ses parents pour une visite de deux semaines. Traitée comme une visite royale, elle a visité tous les principaux sites touristiques de Moscou et de Léningrad (Saint-Pétersbourg).

Alexander Yakovlev, Vladimir Yatsina/TASS

Samantha a également passé plusieurs jours dans un camp d'organisation de jeunesse de premier plan des jeunes pionniers soviétiques à Artek en Crimée, où elle a rencontré des jeunes de toute l'Union soviétique, a participé à des festivités, à des spectacles et à diverses activités. On lui a présenté un uniforme de Young Pioneer - mais sans la cravate rouge habituelle pour éviter toute connotation politique.

Valery Zufarov et Alexander Obukhovsky/TASS

Chaque étape de Samantha a été couverte par des journalistes américains et soviétiques. Lavés de cerveau par la propagande, les gens des deux pays ont finalement pu voir que les gens des côtés opposés du rideau de fer n'étaient pas très différents les uns des autres.

Alexander Yakovlev et Vladimir Yatsina/TASS

Malheureusement, Samantha n'a pas pu rencontrer Andropov lui-même - il était déjà un homme très malade à l'époque. Il est décédé moins d'un an après sa visite.

Vladimir Zavyalov, Alexander Yakovlev/TASS

De retour aux États-Unis, Samantha Smith a déclaré : « Maintenant, je suis certaine que les Russes, comme les Américains, ne veulent pas la guerre. » Les Russes sont « tout comme nous », a-t-elle ajouté.

Le voyage soviétique de Samantha&rsquos a fait d'elle une véritable célébrité. En tant que plus jeune ambassadrice de bonne volonté, elle a visité le Japon, a été invitée à des talk-shows à la maison et est apparue dans le casting d'émissions de télévision populaires. Malheureusement, sa vie prometteuse a pris fin brutalement et prématurément le 25 août 1985 lorsqu'elle est décédée dans un accident d'avion. Sa mort a choqué le monde et a été pleurée aux États-Unis et en URSS.

En 1986, l'Union soviétique a décidé d'organiser une visite de retour aux États-Unis. Cependant, bien que la visite de Katya Lycheva, 12 ans, ait été largement couverte par les médias américains - et elle a même rencontré le président Ronald Reagan - elle manquait de charisme et de charme de Samantha et n'est jamais devenue aussi populaire que le petit militant pacifiste américain.

Si vous utilisez tout ou partie du contenu de Russia Beyond, fournissez toujours un hyperlien actif vers le contenu original.


Réseau de mémoire du Maine

L'Union soviétique a émis un timbre en l'honneur de Samantha Smith qui s'y est rendue en 1983 dans le cadre d'une mission de paix.

La jeune fille de 11 ans a écrit au dirigeant soviétique Yuri Andropov pour lui faire part de son inquiétude au sujet de la guerre nucléaire et lui a demandé ses intentions. Il lui a répondu en lui assurant qu'il voulait la paix et l'a invitée, ainsi que ses parents, Jane et Arthur Smith, à visiter l'Union soviétique.

Les Smith ont passé deux semaines en tant qu'invités d'Andropov en juillet 1983.

Samantha et Arthur Smith ont été tués dans un accident d'avion à Auburn en août 1985.

Le timbre a été émis en sa mémoire et en son honneur.

À propos de cet article

  • Titre: Timbres de Samantha Smith, 1985
  • Créateur: Friel, J.
  • Date de création: 1985
  • Date du sujet : 1985
  • Médias: Encre sur papier
  • Type d'objet: Image

Recherches de références croisées

Vedettes-matières normalisées

Personnes

Pour plus d'informations sur cet article, contactez:

Cet article est protégé par le droit d'auteur et/ou les droits voisins. Aucune autorisation n'est requise pour utiliser l'image en filigrane basse résolution à des fins éducatives, ou tel que permis par le droit d'auteur applicable. Pour toutes les autres utilisations, une autorisation est requise.

S'il vous plaît poster votre commentaire ci-dessous pour partager avec d'autres. Si vous souhaitez partager en privé un commentaire ou une correction avec le personnel de MMN, veuillez utiliser ce formulaire.

Copyright ©2000-2021 Maine Historical Society, Tous droits réservés.

De nombreuses images de ce site sont en vente sur VintageMaineImages.com.

Maine Memory Network est un projet de la Maine Historical Society. À l'exception de l'utilisation éducative en classe, les images et le contenu ne peuvent être reproduits sans autorisation. Voir Conditions d'utilisation.


Le Sentier

L'Union soviétique publie une lettre que le dirigeant russe Yuri Andropov a écrite à Samantha Smith, une Américaine de cinquième année. Cette pièce plutôt inhabituelle de la propagande soviétique était une réponse directe aux attaques vigoureuses du président Ronald Reagan contre ce qu'il appelait "l'empire du mal" de l'Union soviétique.

En 1983, le président Reagan était au milieu d'une dure campagne de rhétorique contre l'Union soviétique. Anticommuniste passionné, le président Reagan a appelé à une augmentation massive des dépenses de défense des États-Unis pour faire face à la menace soviétique perçue. En Russie, cependant, les événements conduisaient à une approche soviétique différente de l'Occident. En 1982, le leader de longue date Leonid Brejnev est décédé Yuri Andropov était son successeur. Alors qu'Andropov n'était pas radical dans son approche de la politique et de l'économie, il semblait sincèrement désirer une meilleure relation avec les États-Unis. Dans une tentative d'émousser les attaques de Reagan, le gouvernement soviétique a publié une lettre qu'Andropov avait écrite en réponse à celle envoyée par Samantha Smith, une élève de cinquième année de Manchester, dans le Maine.

Smith avait écrit le chef soviétique dans le cadre d'un devoir de classe, assez courant pour les étudiants des années de la guerre froide. La plupart de ces missives ont reçu une réponse par lettre type, le cas échéant, mais Andropov a répondu personnellement à la lettre de Smith. Il a expliqué que l'Union soviétique avait subi d'horribles pertes pendant la Seconde Guerre mondiale, une expérience qui a convaincu le peuple russe qu'il voulait vivre en paix, commercer et coopérer avec tous nos voisins du monde, quelle que soit leur proximité ou leur distance. ils sont loin, et, certainement, avec un pays aussi grand que les États-Unis d'Amérique. En réponse à la question de Smith sur la question de savoir si l'Union soviétique souhaitait empêcher la guerre nucléaire, Andropov a déclaré : « Oui, Samantha, nous, en Union soviétique, nous nous efforçons et faisons tout pour qu'il n'y ait pas de guerre entre nos deux pays, pour qu'il n'y ait pas de guerre du tout sur terre. C'est le souhait de tout le monde en Union soviétique. C'est ce que nous a appris Vladimir Lénine, le grand fondateur de notre État. Il a juré que la Russie ne serait jamais, mais jamais, la première à utiliser des armes nucléaires contre un pays. Andropov complimenta Smith, la comparant au personnage courageux de Becky du roman de Mark Twain, Les aventures de Tom Sawyer. "Tous les enfants de notre pays, garçons et filles, connaissent et aiment ce livre", a-t-il ajouté. Andropov a terminé en invitant Samantha et ses parents à visiter l'Union soviétique. En juillet 1983, Samantha a accepté l'invitation et s'est envolée pour la Russie pour une tournée de trois semaines.

La propagande soviétique n'avait jamais été connue pour ses qualités humaines. D'une manière générale, il a été donné aux diatribes lourdes et aux clichés communistes. Dans son duel de relations publiques avec Reagan, le président américain connu sous le nom de "Grand Communicateur" Andropov a essayé quelque chose de différent en adoptant une approche folklorique, presque grand-père. On ne sait pas si cela aurait porté ses fruits un an plus tard, Andropov est décédé. Tragiquement, Samantha Smith, 13 ans, est décédée un an seulement après le décès d'Andropov, en août 1985 dans un accident d'avion.

“Andropov écrit à un élève américain de cinquième année,” le site Web de The History Channel, 2009, http://www.history.com/this-day-in-history.do?action=Article&id=2648 [consulté le 25 avril , 2009]

1792 – La guillotine a été utilisée pour la première fois pour exécuter le bandit de grand chemin Nicolas J. Pelletier.

1846 – La guerre américano-mexicaine éclate à la suite de différends sur les revendications des frontières du Texas. L'issue de la guerre a fixé la frontière sud du Texas sur le fleuve Rio Grande.

1859 – Début des travaux sur le canal de Suez en Égypte.

1862 - L'amiral de l'Union Farragut occupe la Nouvelle-Orléans, LA.

1864 – Après avoir fait face à la défaite dans la campagne de la rivière Rouge, le général de l'Union Nathaniel Bank retourne à Alexandria, LA.

1898 – Les États-Unis déclarent la guerre à l'Espagne. L'Espagne avait déclaré la guerre aux États-Unis la veille.

1915 – Pendant la Première Guerre mondiale, les troupes australiennes et néo-zélandaises débarquent à Gallipoli en Turquie dans l'espoir d'attaquer les puissances centrales par le bas. L'attaque a échoué.

1952 – Après un combat de trois jours contre les forces communistes chinoises, le Gloucestershire Regiment est anéanti sur “Gloucester Hill,” en Corée.

1959 – La Voie maritime du Saint-Laurent est ouverte à la navigation. La voie navigable relie les Grands Lacs et l'océan Atlantique.

1962 – Le vaisseau spatial américain, Ranger, s'est écrasé sur la Lune.

1971 – Le pays du Bangladesh a été créé.

1980 – En Iran, une mission commando pour sauver des otages a été avortée après que des problèmes mécaniques ont mis hors service trois des huit hélicoptères impliqués. Lors de l'évacuation, un hélicoptère et un plan de transport sont entrés en collision et ont explosé. Huit militaires américains ont été tués. La mission visait à libérer des otages américains qui avaient été pris à l'ambassade des États-Unis à Téhéran le 4 novembre 1979. L'événement a eu lieu le 24 avril, heure de Washington, DC.

1983 – Le Pionnier 10 vaisseau spatial a traversé l'orbite de Pluton, accélérant son voyage sans fin à travers la Voie lactée.

1990 – Le télescope spatial américain Hubble est placé en orbite terrestre. Il a été libéré par la navette spatiale Découverte.

Les Américains et les Russes s'associent et coupent l'Allemagne en deux

En ce jour de 1945, huit armées russes encerclent complètement Berlin, faisant la liaison avec la patrouille de la Première armée américaine, d'abord sur la rive ouest de l'Elbe, puis plus tard à Torgau. L'Allemagne est, à toutes fins utiles, un territoire allié.

Les Alliés ont sonné le glas de leur ennemi commun en faisant la fête. A Moscou, la nouvelle du rapprochement entre les deux armées s'est soldée par une salve de 324 coups de canon à New York, les foules se sont mises à chanter et à danser au milieu de Times Square. Parmi les commandants soviétiques qui ont participé à cette rencontre historique des deux armées se trouvait le célèbre maréchal russe Georgi K. Zhukov, qui a averti un Staline sceptique dès juin 1941 que l'Allemagne représentait une grave menace pour l'Union soviétique. Joukov deviendrait inestimable dans la lutte contre les forces allemandes en Russie (Stalingrad et Moscou) et à l'extérieur. C'est également Joukov qui exigera et recevra la reddition inconditionnelle de Berlin du général allemand Krebs moins d'une semaine après avoir encerclé la capitale allemande. À la fin de la guerre, Joukov a reçu une médaille d'honneur militaire de la Grande-Bretagne.


Hometown accueille Samantha avec un tapis rouge

AUGUSTA, Maine -- Samantha Smith, la jeune diplomate de 11 ans qui a visité l'Union soviétique pendant deux semaines, est arrivée chez elle vendredi avec un accueil en héros avec un tapis rouge, des roses et un trajet en limousine jusqu'à sa maison.

"Je suis heureuse de rentrer à la maison pour des choses régulières", a déclaré Samantha, alors qu'on lui remettait un bouquet de roses "Samantha" spécialement commandées et une douzaine de ballons avec "Welcome Home Samantha" écrit dessus.

Environ 350 sympathisants ont rencontré Samantha à l'aéroport d'État d'Augusta. Ils l'acclamèrent alors qu'elle sortait de l'avion, vêtue d'une chemise à rayures vertes et d'un pantalon violet.

Elle semblait fatiguée de son long voyage et légèrement confuse au milieu de l'écrasement de la foule, qui comprenait des dizaines de journalistes et de cameramen qui se bousculaient pour essayer d'obtenir les meilleurs clichés.

Après un rapide salut des responsables de la ville natale, Samantha a été mise dans une Rolls Royce noir et marron et ramenée chez elle pour une fête privée.

Le long de la route, elle passa devant de nombreuses bannières proclamant : « Bienvenue à Samantha.

Les éditions de vendredi du Kennebec Journal, le journal de sa ville natale, comportaient un gros titre vert en haut de la première page proclamant : « Bienvenue à la maison, Samantha !

Samantha est retournée dans «une pièce pleine de lettres» de personnes qui ont lu son voyage en Russie, qui a commencé par une lettre au dirigeant soviétique Yuri V. Andropov lui demandant si son pays avait l'intention d'utiliser des armes nucléaires.

La plupart des lettres la félicitaient d'avoir fait le voyage et lui souhaitaient bonne chance, a déclaré sa grand-mère, Theresa Smith. Cependant, quelques lettres l'ont critiquée et l'ont qualifiée de pion de propagande du gouvernement soviétique.

"Je pense que vous obtenez de mauvaises réactions même à un bon morceau de gâteau", a déclaré Theresa Smith. «C'est leur prérogative s'ils ont de mauvaises choses dans leur passé qui ne les laisseront pas accepter une tentative de se faire des amis. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des lettres la pressaient d'y aller.

Samantha devait être l'invitée d'honneur samedi lors du Manchester Festival Day. Elle devait monter dans une décapotable à l'avant du défilé portant un bouquet de roses.

La fille du Maine ne sortira pas des projecteurs une fois que le battage de bienvenue à la maison sera terminé. Elle doit encore décider d'accepter ou non de nombreuses invitations d'émissions de télévision en réseau.

La tournée soviétique de Samantha pourrait aussi être le début d'une carrière de conférencier. La plupart des lettres qu'elle a reçues provenaient d'enseignants demandant à Samantha de venir parler.

"Les enseignants veulent qu'elle donne à leurs élèves un peu de l'enthousiasme qu'elle a pour l'histoire et les événements humains", a déclaré Theresa Smith. "Je suis sûr que c'est quelque chose que Sam peut faire parce qu'elle a beaucoup de capacités."

Lorsqu'elle est arrivée pour la première fois à Boston, sa dernière étape avant de rentrer chez elle, elle a dit qu'elle prévoyait d'abord de téléphoner à sa meilleure amie en rentrant chez elle, puis de «montrer à mes amis tous mes cadeaux». J'en ai des centaines.

"Elle a parfois été fatiguée, mais elle est assez courageuse et a tout de suite rebondi", a déclaré son père à propos du voyage tous frais payés où Samantha a été traitée comme une leader mondiale.

La seule fois où Samantha a reconnu l'attention, c'est lorsqu'on lui a demandé si elle ferait le voyage à nouveau. Brisant un regard vide, elle hocha légèrement la tête et articula un 'oui'.

À Montréal, elle s'est déclarée convaincue après la visite que le peuple soviétique « ne veut aucun mal au monde, tout comme nous ». Mais elle a dit qu'elle "vivrait plutôt dans mon propre pays".


LA JEUNESSE DIPLOMATIE DE SAMANTHA SMITH MAINTIENNE

PORTLAND, Maine -- Les récents changements qui ont balayé l'Europe de l'Est et le réchauffement des relations entre les deux superpuissances contrastent avec les tensions d'il y a six ans lorsqu'une petite fille du Maine a visité l'Union soviétique.

A cette époque, le président Reagan venait de déclarer l'U.R.S.S. un "empire du mal" voué à la révolution mondiale. Et à Manchester, dans le Maine, Samantha Smith, 11 ans, qui s'inquiétait de la possibilité d'une guerre nucléaire, a écrit une lettre au dirigeant soviétique Yuri Andropov lui demandant s'il allait déclencher une guerre et pourquoi il voulait conquérir le monde, ou du moins son pays.

Cette lettre célèbre et l'invitation d'Andropov six mois plus tard ont abouti à une visite de deux semaines de Samantha et de ses parents en Union soviétique en tant qu'invités à l'été 1983.

"Les changements dans les pays du bloc de l'Est au cours de l'année écoulée et en particulier au cours des derniers mois sont tout simplement ahurissants", a déclaré la mère de Samantha, Jane Smith, 45 ans, lors d'une interview à Portland. "C'est tellement génial. Je ne suis pas un expert, mais il sera intéressant de voir comment tout cela se passe."

Les choses se sont passées si vite que Smith se demande comment les économies de ces nations peuvent survivre à des bouleversements aussi drastiques et comment elles peuvent jamais se mettre au diapason économique du reste du monde.

"Et je me demande souvent ce que Samantha penserait de tout cela", a déclaré Smith. Samantha et son père, Arthur, ont été tués dans un accident d'avion en août 1985. "Je ne peux la mesurer que par certains de ses camarades de classe qui se sont intéressés à cette partie du monde. Plusieurs sont entrés dans des programmes internationaux et dans la politique à l'école et dans leur vie personnelle.

Smith a déclaré que ce que Samantha a accompli à petite échelle sera désormais fait par des entreprises : l'implication des entreprises dans les pays de l'Est apportera de la familiarité et moins de peur et de méfiance. Les pays travailleront vers un objectif commun. Bien que ce soit un cliché, a déclaré Smith, la peur est née de l'inconnu et la Russie et son peuple ont toujours été un mystère pour les Occidentaux. Elle pense que le voyage de Samantha était si attrayant et si bien médiatisé dans les deux pays, parce que son intérêt était pour les gens ordinaires et nos liens communs, pas nos différences politiques.

"Samantha n'était pas assez âgée pour vraiment comprendre ce qui se passait", a déclaré Smith à propos de toute l'attention des médias et de la politique tourbillonnant en arrière-plan. "Ce n'était qu'un autre voyage passionnant. Nous avons été si bien traités par toutes les personnes que nous avons rencontrées. Samantha a grandi très vite. C'était une enfant tellement timide qu'elle n'essaierait même pas de jouer à l'école. Mais dès le début, dès la première fois que la presse a atterri dans notre cour, Samantha était posée et articulée. Tout était si remarquable parce que nous n'avions connu qu'une jeune fille rigolote et idiote autour de la maison qui n'aimait pas beaucoup faire ses devoirs. »

Après son retour aux États-Unis, Samantha a été submergée d'interviews et d'apparitions à la télévision. La gestion de la presse et la sélection des interviews appropriées incombaient à son père. C'est devenu un travail à temps plein pour cette ancienne professeure d'écriture à l'Université du Maine à Augusta Jane Smith, quant à elle, a conservé son emploi à temps plein de travailleuse sociale pour l'État du Maine.

« Mais ensuite vint l'écrasement de l'avion de ligne coréen à l'automne 83 », a déclaré Jane Smith, « et les Russes sont redevenus l'ennemi détesté. La demande d'interviews avec Samantha s'est tarie, bien qu'elle et son père aient écrit un livre sur son voyage et qu'elle et moi nous sommes rendus au Japon, où elle a prononcé le discours d'ouverture lors d'un symposium pour enfants ce Noël.

Puis vint l'appel d'Hollywood. En quelques jours, Samantha a signé pour jouer la fille de Robert Wagner dans la série télévisée Lime Street. C'est après le tournage d'épisodes à Londres que Samantha et Arthur Smith ont été tués dans le crash d'un petit avion qui tentait d'atterrir à l'aéroport de Lewiston/Auburn le 25 août 1985.

"Après leur mort, je n'ai pas eu le choix de me replier sur moi-même, bien que j'aie été un zombie pendant longtemps", a déclaré Smith. "Il y avait tellement de choses à faire. C'était presque comme si j'avais pour mission de garder l'esprit de Sam vivant."

Finalement, Smith a lancé la Fondation Samantha Smith (fonctionnant maintenant sous le nom de Centre Samantha Smith) à Hallowell avec l'aide d'amis et de la Fondation Revson, ce qui a persuadé Smith que Samantha avait un si large attrait que sa mémoire pouvait apporter des changements et aider tous les groupes de paix. Le centre se concentre sur l'expansion des échanges de jeunes dans les camps d'été entre les États-Unis et l'Union soviétique. L'année dernière, l'échange a parrainé 52 jeunes dans chaque sens. Les jeunes venant ici ont été intégrés dans des camps du Maine tandis que les jeunes américains sont allés dans plusieurs camps sur la mer Noire.

"Il y a tellement plus de personnes intéressées à voyager en Union soviétique", a déclaré Smith, qui travaille maintenant à temps plein pour le centre. "De nouveaux groupes de diplomatie citoyenne se forment tout le temps. Tout le monde veut faire des échanges. C'est tellement bien pour la paix mais pas spécialement pour nous parce que nous devons nous battre plus fort pour obtenir des fonds."

Smith est retourné plusieurs fois en Union soviétique.

Elle est revenue l'hiver dernier pour guider le programme d'échange à travers tous les changements bureaucratiques qui ont lieu à Moscou.

En plus de coordonner les échanges, le Centre Samantha Smith publie un bulletin d'information pour les jeunes et est affilié au Worldpeace Camp à Poland Springs, qui est dédié à la mémoire de Samantha. Le premier lundi de juin est le Samantha Smith Day dans le Maine, et il y a une statue d'elle tenant une colombe à Augusta.

Mais elle est mieux connue en Union soviétique, a déclaré Smith. Il y a un centre Samantha Smith pour la diplomatie des enfants, un chapitre sur elle dans un livre d'histoire utilisé par tous les élèves de cinquième année, et une fleur et un gros diamant portant son nom.

"Au moment où Samantha avait 13 ans", a déclaré Smith, "elle était fatiguée de répondre à des questions sur la Russie et la lettre qu'elle a écrite. Mais nous lui avons dit qu'il était important de partager ses expériences avec ceux qui ont demandé.


La gloire et la misère des années 80 soviétiques en PHOTOS

Ce sont les premiers Jeux olympiques d'été jamais organisés en Europe de l'Est et les premiers dans un pays socialiste. En réponse à l'intervention soviétique dans la guerre civile afghane, les États-Unis et plus de 60 autres pays ont boycotté les jeux.

2. Ouest-81

L'un des exercices les plus importants et les plus impressionnants de l'histoire du monde, Zapad-81 (West-81) a impliqué plus de 100 000 militaires et a pris part non seulement en URSS, mais également sur le territoire de ses alliés du Pacte de Varsovie. Les manœuvres visaient à démontrer à l'OTAN que même sans utilisation d'armes nucléaires, l'armée soviétique était capable de vaincre n'importe quel adversaire.

3. Vol 007 de Korean Air Lines

Le 1er septembre 1983, l'avion de ligne sud-coréen KAL 007, en route d'Anchorage à Séoul, a dévié de sa route prévue et a survolé l'espace aérien soviétique interdit. Il a été abattu par un intercepteur Su-15 et, en conséquence, 269 passagers et membres d'équipage ont été tués.

4. Visite de Samantha Smith en URSS

Au cours de l'une des périodes les plus tendues de la guerre froide à l'été 1983, une Américaine de 11 ans, Samantha Smith, a écrit une lettre aux dirigeants soviétiques demandant si l'URSS voulait ou non déclencher une guerre nucléaire. Sa lettre a été notée au plus haut niveau et Samantha a été invitée dans le pays pour voir que &ldquoin l'Union soviétique, tout le monde est pour la paix et l'amitié entre les peuples.&rdquo La jeune fille a passé deux semaines en URSS, visitant différentes villes, participant à des festivités. , spectacles et animations diverses.

5. La campagne anti-alcool de Gorbatchev

La consommation d'alcool au milieu des années 1980 avait atteint des proportions épidémiques - près de 100 bouteilles par an pour un homme adulte. C'est pourquoi seulement deux mois après son arrivée au pouvoir, Mikhaïl Gorbatchev a lancé une campagne anti-alcool, qui comprenait des conseils pour rester sobre et des limites à la production et à la vente d'alcool. Malgré des résultats positifs (baisse du taux de criminalité, augmentation du taux de natalité, etc.), la campagne a suscité un ressentiment important du public. Il a été abandonné en 1990.

6. Perestroïka

Youri Lizunov/Alexandre Chumichev/TASS

La &ldquoPerestroïka&rdquo (restructuration) était un cycle de réformes économiques et politiques, introduit par les dirigeants soviétiques dans la seconde moitié des années 1980. Elle comprenait l'affaiblissement progressif de la censure, et une augmentation de la démocratisation, la libéralisation des médias, la normalisation des relations avec l'Occident etc. La campagne a échoué, provoquant l'affaiblissement du pouvoir central et une augmentation des tensions interethniques conflits dans le pays. Certains pensent que la Perestroïka était l'une des principales raisons de la chute de l'Union soviétique.

7. Fin du &lsquoTitanic&rsquo

A 23h12. du 31 août 1986, le paquebot Admiral Nakhimov a été percuté par un cargo, le Piotr Vasev, non loin de Novorossiysk. Avec un énorme trou sur le côté, le paquebot a coulé en huit minutes, emportant avec lui la vie de 423 personnes.

8. Catastrophe de Tchernobyl

La catastrophe nucléaire civile la plus connue de l'histoire, la catastrophe de Tchernobyl, a été causée par l'explosion de l'un des réacteurs nucléaires de la centrale le 26 avril 1986. Les retombées se sont propagées sur des centaines voire des milliers de kilomètres, tombant sous forme de pluie radioactive sur l'Europe, et même atteindre l'Irlande. Avec de vastes étendues de territoire polluées, la ville voisine de Pripyat et des dizaines de villes et villages ont dû être abandonnés et transformés en villes fantômes. Au cours des années suivantes, plus de 4 000 personnes sont décédées des suites de maladies causées par la catastrophe.

9. Mathias Rust&rsquos vol illégal

Le 28 mai 1987, Mathias Rust, un jeune pilote amateur d'Allemagne de l'Ouest, effectue un vol non autorisé du territoire finlandais à Moscou, où il atterrit près de la Place Rouge. Les forces anti-aériennes soviétiques ont surveillé le vol, mais après la tragédie de 1983 avec l'avion de ligne coréen, elles n'ont pas ouvert le feu sur l'intrus. Rust a été arrêté, mais bientôt libéré et renvoyé en Allemagne de l'Ouest.

10. Retrait soviétique d'Afghanistan

I. Khodzhayev, Boris Yusupov/TASS

Le 15 mai 1988, l'Union soviétique a commencé à retirer ses troupes d'Afghanistan. Les derniers soldats soviétiques ont officiellement quitté le pays le 15 février 1989. Cependant, certaines unités des troupes frontalières sont restées en Afghanistan jusqu'en août.

11. Le tremblement de terre de Spitak

A. Badalyan, M. Kalantar/TASS

L'un des tremblements de terre les plus meurtriers de l'histoire, un tremblement de terre massif dans le nord de l'Arménie le 7 décembre 1988, a complètement détruit la ville de Spitak, endommagé 21 villes et 300 petites agglomérations. Il a coûté la vie à 25 000 personnes et blessé grièvement plus de 140 000.

12. Festival de musique de la paix de Moscou

Viktor Velizhanin, Nikolay Berketov/TASS

Le Moscow Music Peace Festival, qui s'est tenu du 12 au 13 août 1989, a été le premier grand festival international de rock en Union soviétique. Communément appelé le Woodstock russe, le festival a rassemblé 100 000 personnes au stade Loujniki de Moscou et un milliard de spectateurs supplémentaires dans 59 pays. Bon Jovi, Ozzy Osbourne et les Scorpions ont joué, entre autres.

13. Voie Baltique

Le 23 août 1989, plusieurs millions d'habitants des républiques baltes soviétiques &ndash Lettonie, Estonie et Lituanie &ndash ont organisé la plus grande manifestation pacifique jamais organisée en URSS, provoquée par la divulgation de nouveaux détails concernant le pacte Molotov-Ribbentrop de 1939, en vertu duquel l'Union soviétique L'Union et l'Allemagne nazie avaient convenu d'un protocole secret pour diviser l'Europe de l'Est. En joignant les mains, ils ont formé une chaîne humaine qui reliait les trois capitales baltes &ndash Riga, Tallinn et Vilnius. S'étendant sur plus de 370 miles, la chaîne humaine est entrée dans le livre Guinness des records comme la plus longue de l'histoire. Il a joué un rôle majeur dans l'éclatement de l'URSS.

Si vous utilisez tout ou partie du contenu de Russia Beyond, fournissez toujours un hyperlien actif vers le contenu original.


UNE FILLE QUI A BRISÉ LES BARRIÈRES

Lorsque Samantha Smith s'est rendue en Union soviétique après avoir écrit sa célèbre lettre à Youri Andropov, alors dirigeant de l'Union soviétique, j'étais présentatrice de l'émission de la radio publique nationale "Toutes choses considérées". les diverses déclarations des présidents et des membres du Congrès et des porte-parole se succèdent, on réagit aux petites filles et à leurs ouvertures enfantines aux dirigeants mondiaux avec un cynisme professionnel mesuré.

Lorsque Samantha Smith est allée en Union soviétique, lorsqu'elle a écrit sa célèbre lettre à l'ancien chef du KGB soviétique, il y avait quelque chose dans son action qui transperçait le cynisme, le cynisme de la politique américaine, de la méfiance américaine envers son adversaire de la guerre froide, de la complaisance américaine qui déteste toute ondulation sur l'étang vitreux du statu quo.

Sa petite action suggérait une intention plus universelle. Son dialogue a traversé le cynisme d'un présentateur de nouvelles et est devenu l'histoire principale à une époque où il y avait peu d'histoires de ce type pour soulager la litanie de malheurs et de non-séquelles politiques qui passent pour des nouvelles dans notre nation. Tout cela était le fait d'une fille de 11 ans.

Mais assez vite, elle était le titre préféré de tout le monde. Sa visite a attiré une attention incroyable et les questions pour moi, un présentateur de nouvelles, un ''gardien'' pour les petits événements de l'histoire, sont devenues : est-elle réelle ? A-t-elle vendu ? Son action était-elle vraiment un événement pointant vers la paix ? Ou cette jeune fille était-elle une autre création de la bête médiatique qui revendique tous ses titres en tant que séries d'aventures télévisées ou comédies de situation ?

Lorsque Samantha Smith est allée en Union soviétique, lorsqu'elle a écrit sa célèbre lettre à Yuri Andropov, alors malade, j'ai cru qu'elle était réelle. Plus tard, j'ai douté. Mais maintenant qu'un accident d'avion l'a tuée, elle et son père, il est vrai qu'elle était réelle. Il est clair que sa vie l'a rapprochée d'un dirigeant soviétique comme la plupart des journalistes ne l'ont jamais été et que mon cynisme ou celui de n'importe qui d'autre n'a aucune importance. Ce sont des briques dans le mur qui séparent toutes les Samantha Smith des dirigeants mondiaux pour lesquels elles ont des messages urgents. The cynical barriers are the only ones that really prevent us from hearing what the 11-year-old girls have to say.

No barrier prevented Yuri Andropov from listening. But then, of course, he was just a Soviet leader trying to make favorable headlines in the Western press. He got his headlines but he is gone now too, like Samantha, and a bold lead story must in time become a scarcely remembered meeting of two footnotes in the history of U.S.-Soviet relations.

It will always be true, though, that there in Moscow a child`s point was made. It was made again this week. An aircraft accident was noted on the front pages not for its body count or its record-breaking carnage, but for the loss of a teenage girl.


Mr. Andropov, meet Samantha Smith from 'Down East'

''The difference between communism and capitalism is probably that I have more freedom. Russian kids probably can't go out and catch rabbits or snakes like I can,'' quips Samantha Smith, impishly offering to catch a snake in her ample rural backyard.

But with a suddenly knitted brow, she amends her comparison of the United States and the Soviet Union with an economic example: ''Say you have a big popcorn popper, like at the movies, and you want to sell popcorn. You can't just sell it on the street [in Russia] you probably have to get permission.''

The world, according to this 11-year-old, is seen in black and white. But as she leaves next week for a two-week tour of the Soviet Union at the invitation of Soviet President Yuri Andropov, she's headed for a lesson in the shades of gray that make up the world of international affairs.

Samantha's views are a combination of hard-headed realism and fresh-faced idealism. The latter causes many to wonder if she is being used as a Soviet propaganda tool and if her young concerns for peace can make a difference.

It is Samantha's childlike brand of absolutism, though, that plucked her out of the schoolyard and dropped her into the talk show and network news circuit.

She asked Mr. Andropov in a letter last year why two nations would keep bombs even though both claim they have no desire to start a war. ''Why,'' she asked, ''do you want to conquer the world?'' And, she asked, do Russian kids believe, as she does, that bombs are bad?

Although her fifth-grade scrawl was excerpted in an April Pravda article designed to show the respect the world has for the Soviet leader, Andropov did not answer her letter at first. So she wrote back to ask why her letter was used and why Andropov had not responded. Within days, the Soviet leader wrote a 500 -word telegram inviting her on a free trip to the USSR to see that ''everybody in the Soviet Union stands for peace and friendship among nations.'' Samantha and her parents leave for the Soviet Union next Thursday.

She wants to ''take a look around the Kremlin,'' see the Bolshoi Ballet and the circus, and visit Soviet youth. Most of all, she wants to see Andropov. But that hasn't been promised. The point of the trip, says Samantha's father, Arthur Smith, an English professor at the Augusta campus of the University of Maine, is for Samantha to pursue her questions.

His daughter agrees, saying, ''It doesn't make sense that we have bombs to protect ourselves if we aren't going to start a war. So why don't we get rid of the bombs?''

Although Mr. Smith says the family leans toward a belief in disarmament rather than a nuclear freeze, it appears that the family has no link with the antinuclear movement. Samantha says she merely read about the issue in a magazine.

It's hard, Mr. Smith explains, to tell special-interest groups that the only reason Samantha is going on the trip is for the narrow pursuit of an answer to her questions. Yet many hope that the child will take up special-interest causes with Andropov. Many, such as disarmament groups and those seeking the release of dissidents ''seem to think Samantha has strong influence with Soviet leadership, which she doesn't,'' he says.

Cynics, as well as those in the US government, bristle at the notion that Andropov's gesture will be viewed as merely an act of goodwill. It is believed that the whole trip will be used as propaganda both to promote the Soviets and their views and to contrast them positively against US ideas. Already, Andropov has suggested that Samantha's misconceptions about the arms race are a product of poor American education and propaganda.

Samantha holds no illusions about the way the Soviets may handle her trip. ''Of course they aren't going to show me the bad things. If Russians came to visit here, I wouldn't show them the ugly things.''

Would Andropov use her as a propaganda tool? ''No,'' she says, with blue eyes wide. ''He wouldn't do that.''

The trip won't just help the Soviets, says Mr. Smith, who often clarifies his daughter's remarks for the gaggle of reporters that seem ever-present these days.

''Samantha's questions are unflinching, and it will be as useful for presenting the American view as much as anything. When the Soviets get a load of Samantha they'll be impressed with the independence and expressiveness of a middle-class American child,'' says Mr. Smith of his daughter, who is catcher on a softball team, likes to play in the wooded thickets in her neighborhood, and has attended a Jewish synagogue and a number of churches.

Indeed, his daughter is a gangly-legged bundle of energy, given to breathless bursts of honesty that would make poker-faced diplomats cringe. Though Samantha is likely to represent a thoroughly American view, Mr. Smith and the US State Department stress that the whole trip is a private affair. Queried about what role the State Department might play in advising and debriefing the Smiths, neither the family nor the government would acknowledge any contact except in the issuance of passports.

Samantha says that in the weeks since the affair began, many of her misconceptions about the USSR have been corrected. She says, for example, she thought Hitler was a Czar and that concentration camps were the Soviets' doing.

Did she ever think her original letter would cause her to think this much? ''No,'' she says, ''I thought I'd just get a form letter, just like I did from the Queen'' - of England, of course, to whom she also wrote.


Samantha Smith visiting Soviet Union

American girl Samantha Smith drinking tea

Samantha Smith was а small ambassador of peace. There is hardly anyone on this planet who has not heard her name and her appeal to put an end to unfriendliness between our country аnd the USA, ог who does not know about her tragic death in a plane accident. Нег пате has become а symbol of peace, like Pablo Picasso’s “White Dove”. Samantha lives on in peop1e’s hearts. Though she was lost to the wor1d so early, the candle she lit is still burning.


Cold War’s Tiny Voice: Story about Samantha Smith

During the Cold War, there was a lot of finger pointing and threats about a nuclear war between the Americans and the Soviet Union, later known as Russia.

It goes back to World War II, when the Soviet Union and America were part of the Axis powers, but it was a love-hate relationship. According to History.com, American’s feared Joseph Stalin’s way of running a country, which ended pretty bloody, and the Soviets didn’t like that the United States never wanted to see Russia as the ultimate country.

Now, the Americans feared that Soviet Union will try and rule over the world after the fall out during the World War II.

Where does a little girl work in all of this?

Samantha Smith was just an 11-year-old girl from Manchester, Maine. She loved playing with her dog and roller skating.

In 1982, Smith asked a question to her mom.

“Actually, the whole thing started when I asked my mother if there was going to be a war.”
Smith wrote in her book, “Journey to the Soviet Union.” “There was always something on television about missiles and nuclear bombs. I remembered that I woke up one morning and wondered if this was going to be the last day of the Earth.”

Samantha was not an alone in wondering this, but she did something that made her to be the most famous little girl at the time.

She wrote a letter to the newly appointed CPSU General Secretary, Yuri Andropov. (Basically, a Russian leader.)

In the letter, according to this, Smith congratulated Andropov for the new job and asked if there was going to be a war between America and the Soviet Union. In April 1982, Smith got a phone call from a United Press International reporter talking about actually sending her letter to Russia.

Not long after the letter was sent, Smith received a letter back from Yuri Andropov himself inviting Smith and her family to visit Moscow.

The Americans ate up the situation. People were scared about a possible war and here comes a normal little girl being a pen pal with a powerful leader.

On July 7, 1983, the Smith family flies to Moscow and becomes Andropov’s personal guest for two weeks. Samantha Smith came back to America as “American’s Youngest Ambassador.”

She continued to be an activist as she also traveled to Japan and became a media celebrity in 1984.

On August 25, 1985, Samantha Smith died in a place crash. She was 13-years-old.

She died very young, but she did what most Americans wanted to do during the Cold War, which is to not be scared and find an answer to why there was a cold war.


Voir la vidéo: Samantha Smith - In memoriam (Juin 2022).