Des articles

Quelle est la plus ancienne salle de cinéma aux États-Unis qui a été utilisée de manière continue comme salle de cinéma ?

Quelle est la plus ancienne salle de cinéma aux États-Unis qui a été utilisée de manière continue comme salle de cinéma ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Il semble d'après Wikipédia que le plus ancien cinéma en utilisation continue se trouve au Danemark, mais comme une grande partie de l'industrie cinématographique est dominée par Hollywood, je me demandais quel est le plus ancien cinéma des États-Unis.


Le Scenic Theatre du Dakota du Nord prétend être le plus ancien théâtre en fonctionnement continu sur son site Web. De la note de bas de page de leur site Web

Le plus ancien théâtre en fonctionnement continu d'Amérique*
* Basé sur l'article publié par Box Office Magazine sur ce qu'ils considèrent comme le plus ancien d'Amérique et il était 17 ans plus récent que le Scenic Theatre.

Ils prétendent avoir ouvert en 1911.

Le théâtre de Newtown prétend également être le plus ancien.

Le Newtown Theatre a une longue histoire qui remonte à 1831. C'est, en fait, le plus ancien cinéma des États-Unis avec son premier film projeté en 1906. Construit à l'origine pour être une salle pour les réunions de la ville et un "non sectaire" église pour les ministres itinérants, elle est rapidement devenue un centre de divertissement à Newtown.

Si c'était vrai, cela le rendrait plus vieux que le Scenic Theatre.

Cependant, les deux ne disent pas s'ils ont régulièrement montré des films au public au début ou non.

Le Nickelodeon Theatre de Pittsburgh a été le premier véritable cinéma aux États-Unis. Il a ouvert ses portes en juin 1905, vous n'allez donc pas avoir plus tôt que cela. Il a fermé dans les années 1910, je pense.


Le Park Theatre à Estes Park, CO est le plus ancien théâtre en activité à l'ouest du Mississippi qui a été construit à l'origine comme un cinéma. Ses propriétaires pensent maintenant que tous les cinémas à l'est du Mississippi qui étaient plus anciens et construits à l'origine pour être des cinémas ont fermé ces dernières années.

Il a commencé à jouer des premières images en juin 1913 et vient de passer au numérique cette année pour son 100e anniversaire.

Sorce : ancien employé

Source supplémentaire : http://en.m.wikipedia.org/wiki/Park_Theatre_(Estes_Park,_Colorado)

Voir aussi le site du théâtre : http://www.historicparktheater.com


Le Graham Opera House, maintenant connu sous le nom de State Theatre, à Washington, IA présente des films depuis 1894. À cette époque, un couple local (Frank & Indiana Brinton) a visité des films de nitrate de cellulose 35 mm et des diapositives de lanternes magiques dans le Midwest dans ce qui était appelé 'Tab Shows'. L'industrie du cinéma à cette époque n'était pas prise au sérieux et était parfois considérée comme un divertissement discutable. Le couple était copropriétaire du Graham Opera House.

Le Graham Opera House a montré à la fois des films et des pièces de théâtre / opéras en direct pendant la dépression. Désolé, je ne connais pas la date exacte à laquelle il est passé à ne montrer que des films ou quand il est devenu connu sous le nom de Théâtre d'État.

Le State Theatre conserve toujours son aspect d'opéra tel qu'il l'était lors de sa construction dans les années 1890. Je ne prétends pas que c'est la plus ancienne salle de cinéma exploitée en continu aux États-Unis, mais je dirais qu'elle est au moins en lice.

Très peu est mentionné sur les Tab Shows de Frank Brinton en ligne. Voici un lien de la Washington County Historical Society qui mentionne ses "images animées" dans l'avant-dernier paragraphe - le reste de l'article parle d'une machine volante qu'il a fabriquée. http://washingtoncountyhistoricalsociety-iowa.org/feature4_aug_09.html

Voici un autre lien du Kalona News (comté de Washington, IA) en juillet 2013 mentionnant le propriétaire actuel des films Brinton (qui ont survécu au siècle dernier) et comment Brintons a fait une tournée dans le Midwest. http://www.kalonanews.com/articles/2013/07/24/news/doc51efed904b0b0238005517.txt

J'espère que ces informations aideront à déterminer la plus ancienne salle de cinéma fonctionnant en continu aux États-Unis !


Dans la région de la baie de San Francisco, en Californie - le cinéma Roxie construit en 1909 est le plus ancien théâtre fonctionnant en continu, a changé de nom 7 fois en commençant par le nom de C. H. Brown Theatre en 1933, le nom a été changé en Roxie à ce jour.

http://en.wikipedia.org/wiki/Roxie_Theater

Un autre théâtre dans la région de la baie de la ville de Vallejo (V-Town), env. comme il est connu est le Théâtre Empress. Ouvert en 1911 sous le nom d'Impératrice et aujourd'hui il porte le même nom.

http://www.empresstheatre.org/empress-history.aspx


Le Ruby Theatre à Chelan, Washington a été construit comme une salle de cinéma par les frères Kingman et a ouvert ses portes en 1914. Il a fonctionné comme une salle de cinéma depuis. Il appartient à des intérêts privés et continue de diffuser des films en première diffusion. Elle a récemment installé des équipements numériques en prévision de son 100e anniversaire l'année prochaine. Son auditorium est essentiellement le même que lors de sa construction. Il a été inscrit au registre national des lieux historiques vers 1990. On pense que le Ruby est le plus ancien cinéma en activité du Nord-Ouest. Source : Rubytheatre.com


Oui, on pensait à l'origine que le bâtiment abritant le Priest Theatre, et construit en 1910, était un entrepôt pour les automobiles et n'était utilisé comme théâtre qu'en 1926. Cependant, lors d'une campagne pour faire une mise à niveau requise vers la projection numérique, il a été découvert lors d'une recherche historique du bâtiment (via des artefacts et des articles trouvés) que le bâtiment du théâtre a été utilisé comme théâtre depuis sa construction en 1910. Un lien vers la campagne kickstarter qu'ils ont utilisé pour la collecte de fonds du bâtiment est inclus ci-dessous. Il a l'historique complet mis à jour du bâtiment.

http://www.kickstarter.com/projects/909996519/save-the-priest


Le Minor Theatre, situé au 1015 H Street à Arcata, en Californie, est l'un des plus anciens bâtiments des États-Unis construit pour les longs métrages qui est toujours ouvert et projette des films. C'était le premier bâtiment du comté de Humboldt à être construit comme un "véritable cinéma".

De Wikipédia


J'avais travaillé un peu au Newtown Theatre et oui, il a diffusé des films depuis 1906. Il y a quelques années, pour notre 100e anniversaire, nous sommes retournés et avons trouvé toutes les coupures de journaux des films que nous avons montrés.


Le plus ancien cinéma OPÉRATIONNEL est à Ottawa, Kansas. Le Plaza a montré son premier film en 1905 et est toujours en cours d'exécution aujourd'hui. Je le saurais, j'habite ici et je regarde des films ici presque tous les week-ends. Ils ont également un musée qui a ouvert ses portes en 2013 pour montrer l'histoire qui se cache derrière.


Le théâtre Ohmann (1915) à Lyon, NY appartient à la même famille, Ohmann, depuis son ouverture et présente toujours des films… son propriétaire Bob Ohmann.


Le théâtre Elks à Middletown, en Pennsylvanie, est ouvert depuis octobre 1911. Il y avait en fait un cinéma à cet endroit avant 1911, mais il avait brûlé dans le grand incendie de Middletown en 1910. Je ne sais pas quand ce théâtre a été construit. Le Elks Theatre a diffusé des films en continu, mais du début des années 1900 aux années 1940, il a également proposé des représentations sur scène. C'est le but des propriétaires actuels; à but non lucratif Greater Middletown Economic Development Corporation pour restaurer le théâtre et éventuellement ramener des représentations sur scène ainsi que continuer à projeter des films.


C'est marrant, le plus vieux cinéma encore en activité (nickelodeon) est au KANSAS ! Peux-tu le croire! Autrefois appelé "le Bijou". Ouvert en 1905. Il s'appelle maintenant Plaza Grill and Cinema. C'est un jumeau, mais vous pouvez voir la scène originale où le piano jouait aux films muets. Il est situé à Ottawa, Kansas.


Pas aussi vieux que certains des autres mentionnés, mais le Strand Theatre de Brockport, NY, fonctionne en continu comme cinéma dans le même bâtiment depuis 1916. Ils ont une exposition de leur histoire dans le hall.


Le théâtre Lund à Viborg, dans le Dakota du Sud, a commencé à projeter des films en 1911 et est toujours en activité aujourd'hui ! Pas mal pour une ville de 800.


Le plus ancien cinéma en activité se trouve à Ottawa Kansas. Ils ont ouvert leurs portes en 1905 (je ne sais pas quel mois) et fonctionnent toujours aujourd'hui.


100e anniversaire du tout premier cinéma américain

Notre propre critique de cinéma NPR revient sur le 100e anniversaire de la première salle de cinéma publique aux États-Unis. Le 19 juin 1905, le Nickelodeon a ouvert ses portes à Pittsburgh, Penn.

Il y a cent ans, dimanche, le premier cinéma américain s'ouvrait au public. Son nom, le Nickelodeon, combine le prix d'entrée avec "odeon", le mot grec ancien pour le théâtre. Le critique de cinéma Bob Mondello dit que le prix a augmenté maintenant, mais que l'expérience reste intemporelle.

Avant l'ouverture du Nickelodeon en 1905, les gens avaient entendu ce bruit.

(extrait sonore du film défilant dans le projecteur)

MONDELLO : . le son d'un film traversant un projecteur, mais ils l'avaient entendu dans des maisons de vaudeville, pris en sandwich entre le jongleur et la comédie, des ombres fantomatiques vacillant sur un drap blanc drapé sur un poteau. Les clients pouvaient à peine distinguer les images d'un couple dansant devant un orchestre que personne ne pouvait entendre, ou d'un homme éternuant. Mais le simple fait qu'ils aient déménagé était alors une sorte de miracle. Ce n'est que plus tard qu'il est venu à l'idée de quiconque d'utiliser ces ombres pour raconter une histoire.

C'est un imprésario de vaudeville, Harry Davis, qui a le premier l'idée de consacrer un théâtre exclusivement aux ombres. Il a acheté une machine appelée cinématographe à un Français nommé Lumière, et du côté ouest de Smithfield Street au centre-ville de Pittsburgh, il a installé une centaine de chaises et un piano, le tout face à un écran encadré dans une devanture de magasin redécorée. Sa première attraction fut un film narratif qui faisait sensation depuis un an environ parmi les gens de la classe moyenne qui pouvaient s'offrir des billets de vaudeville qui coûtaient un quart entier. Davis a imaginé un divertissement que tout le monde pouvait se permettre, alors il l'a rendu disponible pour un nickel, un thriller de 10 minutes intitulé "The Great Train Robbery".

MONDELLO : Un braquage de train avec des armes à feu, une bande rassemblée, une poursuite à cheval. "Great Train Robbery" était, en 14 scènes rapides, à peu près tout ce que les westerns allaient devenir plus tard. Tourné dans le New Jersey, pas dans le Montana, mais pas moins excitant pour ça. À la fin, il y avait une scène bonus qui n'avait rien à voir avec l'histoire, mais qui a causé tout un chahut. Le bandit, l'acteur George Barnes, a pointé son revolver sur l'objectif et a tiré à bout portant directement dans la caméra, ce qui signifiait, bien sûr, directement sur le public. Les gens étaient absolument terrifiés. Personne n'avait jamais vu une telle chose. Vaut vraiment un nickel.

MONDELLO : Contrairement à ses théâtres de vaudeville, où les spectacles étaient joués deux fois par jour, Davis n'avait pas à payer les artistes du Nickelodeon, il pouvait donc le garder ouvert de huit heures du matin à minuit avec plusieurs spectacles par heure. Et il a emballé des clients, des milliers chaque jour. En quelques mois, Davis avait ouvert plus d'une douzaine de Nickelodeons à Pittsburgh. Ces théâtres de devanture étaient, en fait, le développement le plus explosif de l'histoire du divertissement. En deux ans, ils étaient plus de 8 000 à travers le pays, mais déjà leurs jours étaient comptés. Les progrès de la projection ont permis des écrans plus grands, ce qui signifiait plus de sièges, et bientôt d'énormes palais du cinéma ont surgi avec des orchestres complets remplaçant les simples pianos, puis le son remplaçant les orchestres.

Homme non identifié : Marie, ma petite Marie.

MONDELLO : D'autres formes sont apparues, chacune menaçant d'éclipser le cinéma comme le cinéma a éclipsé la scène. La télévision a coupé les foules de films dans les années 1950, mais ensuite les écrans se sont élargis, les images sont devenues plus grandioses, les cinémas se sont multipliés et le public est revenu. Ensuite, la vidéocassette allait rendre la sortie au cinéma obsolète, mais la vidéo est devenue une nouvelle source de revenus pour Hollywood.

Il y a toujours quelque chose de séduisant dans la nature communautaire de s'asseoir dans un théâtre, des rires qui se développent plus que jamais dans votre salon, des reniflements qui se transforment en sanglots lorsqu'ils sont partagés. Certains films fonctionnent bien sur un petit écran coincé dans un siège d'avion, mais bien que cela fasse un siècle complet depuis que le public de Nickelodeon a crié de terreur pour la première fois sur Smithfield Street à Pittsburgh à l'ombre vacillante de la fumée soufflant silencieusement du canon d'un pistolet noir et blanc pointé juste devant eux, pendant tout ce temps, aucun film n'a jamais mieux fonctionné en tant qu'expérience privée solitaire que dans une salle de cinéma. Je suis Bob Mondello.

CHADWICK : Bob est un critique régulier pour nos amis de "All Things Considered".

CHADWICK: DAY TO DAY est une production de NPR News et de slate.com. Je suis Alex Chadwick.

Copyright &copie 2005 NPR. Tous les droits sont réservés. Consultez les conditions d'utilisation et les pages d'autorisations de notre site Web à l'adresse www.npr.org pour plus d'informations.

Les transcriptions NPR sont créées dans les délais impartis par Verb8tm, Inc., un entrepreneur NPR, et produites à l'aide d'un processus de transcription propriétaire développé avec NPR. Ce texte peut ne pas être dans sa forme définitive et peut être mis à jour ou révisé à l'avenir. La précision et la disponibilité peuvent varier. L'enregistrement faisant autorité de la programmation de NPR est l'enregistrement audio.


12 théâtres historiques du Minnesota restaurés pour une nouvelle ère

Dans tout le Minnesota, de nombreux théâtres historiques ont été construits pour des représentations théâtrales et plus tard convertis pour le cinéma. Beaucoup d'entre eux ont été restaurés avec amour plus d'une fois pour divertir génération après génération, du vaudeville aux images silencieuses scintillantes et à l'ère de la vidéo numérique haute définition. D'autres sont allés dans l'autre sens, car de grands vieux cinémas ont été convertis pour le divertissement sur scène.

Voici quelques-uns des théâtres historiques les plus remarquables de l'État, où l'action à l'écran et sur scène n'est qu'une partie de la magie.

  1. Théâtre de Canby, Canby

Ce théâtre art déco a ouvert ses portes au centre-ville de Canby et divertit toujours les foules dans le sud-ouest du Minnesota aujourd'hui. Il a un caractère historique avec des équipements modernes. En 2015, il a été nommé par WCCO « Choix des téléspectateurs pour le meilleur cinéma du Minnesota ».

Ouvert et ouvert depuis 1939, le Comet diffuse des films tous les soirs et dispose d'un café sur place ainsi que d'une boutique de cadeaux proposant des vêtements, des objets de décoration, des meubles, des œuvres d'art et plus encore.

De sa projection en 1914 de "Les derniers jours de Pompéi" à sa réouverture avec "Twister" et "Mission : Impossible" en 1996, le Cosy Theatre reste un bâtiment clé de Wadena, identifié par son panneau vertical au coin de Colfax et Jefferson.

Le bâtiment original de 1912 qui abritait le théâtre Princess, puis State, a brûlé en 1959. Dans le cadre de la reconstruction, un concours de dénomination communautaire a eu lieu et le Flame Theatre est né. Il est toujours ouvert du vendredi au lundi avec des billets pour seulement 4 $ chacun (3 $ le lundi).

Ce théâtre centenaire serait l'un des cinémas les plus anciens du pays, bien qu'il ait d'abord été construit pour des actes de théâtre. Aujourd'hui, c'est une opération à deux écrans qui conserve son aspect historique tout en montrant comment les bâtiments plus anciens peuvent être modifiés pour la technologie moderne.

Théâtre Heights, Columbia Heights / Théâtre Heights

Construit en 1926 par l'héritier de la brasserie Arthur Gluek pour montrer des pièces de théâtre et du vaudeville produits localement pendant les jours de prohibition assoiffés, le Heights dispose d'un impressionnant orgue à tuyaux d'époque 1929, joué avant le film de 7h10 le vendredi et le samedi soir. Le théâtre dispose d'un équipement de projection numérique et cinématographique à la pointe de la technologie et accueille des films en première diffusion ainsi que des séries de films classiques.

Théâtre d'État historique, Jackson

Construit dans les années 1920, ce cinéma à écran unique a été mis à jour pour lire des films numériques et 3D.

Cinéma Jem, Harmonie

Avec des projections de films en première diffusion le week-end à 5 $ par adulte, ce cinéma à écran unique incarne le charme d'Harmonie, situé entre Lanesboro et la frontière de l'Iowa. En 2011, la communauté a aidé à collecter des fonds pour passer à l'équipement numérique afin de faire fonctionner le théâtre.

Le chapiteau rouge et or fait sortir l'Orpheum d'Ada de ses voisins de West Main Street. Le théâtre a près de 100 ans et a été modernisé pour suivre les tendances et divertir la communauté locale.

Princess Theatre, St. James / Creekside Photography

Le St. James Princess Theatre, dans le sud du Minnesota, a eu de multiples usages depuis sa construction il y a un peu plus d'un siècle. Après plusieurs rénovations, le bâtiment appartenant à la ville dispose désormais d'une salle de cinéma au niveau du balcon et d'un hall restauré en plus de son chapiteau et de ses néons remarquables.

Le Palace Theatre historique de Luverne / Jim Juhl Myhre Studio

Le Palais a été construit en 1914 comme un théâtre de scène. Depuis une rénovation en 2007, il s'agit d'une installation à usage mixte accueillant des productions en direct et des projections de films.

Lors de son ouverture en 1937, le State Theatre de Hutchinson montrait "True Confession" pour 35 cents le billet. Au cours des 75 années suivantes, il est passé d'un écran à trois avant de fermer en 2001. De nouveaux propriétaires l'ont acheté, l'ont réaménagé et l'ont converti du film 35 mm au numérique en 2005, et vous pouvez désormais regarder des films de deuxième diffusion pour 10 fois plus prix d'origine (3,50 $) sept jours par semaine.

Loren Vert est un écrivain indépendant basé à Minneapolis couvrant la musique, la culture, la nourriture et les boissons à travers l'État. Son travail a été publié dans The Growler, City Pages, Paste et plus encore.


Le cinéma du Kansas est le plus ancien du monde, situé juste à l'extérieur de Kansas City

OTTAWA, Kan. — Le cinéma Plaza diffuse des films depuis 1907.

Pendant des années, il a détenu le titre de cinéma le plus ancien d'Amérique, mais le propriétaire Peach Madl s'est donné pour mission de prouver qu'il était en effet le plus ancien du monde.

Après des années de collecte de preuves - des documents judiciaires aux photographies et aux permis de construire - elle a finalement reçu le certificat officiel de Guinness World Records.

Le cinéma est le plus ancien cinéma construit à cet effet en activité. Il est ouvert depuis près de 111 ans.

Madl affiche fièrement le certificat dans le coin du hall. Le document est entouré de preuves encadrées qu'elle a utilisées pour prouver son cas.

« Le cinéma Plaza a eu plusieurs noms. Il a commencé sous le nom de Bijou, puis de Yale, puis de Crystal Theatre », a déclaré Madl.

Photos du cinéma Plaza à travers les années avec l'aimable autorisation de Peach Madl

Le théâtre à deux écrans a subi pas mal de changements au fil des ans. Aujourd'hui, un écran est utilisé pour les longs métrages et l'autre écran est utilisé pour les films plus anciens et dans le cadre d'une visite de l'histoire du cinéma.

Derrière les écrans, Madl a créé un musée de souvenirs de films.

Au fil des ans, elle a collectionné des scripts, des accessoires et des costumes de films populaires.

Madl a déclaré qu'elle était très fière du nouveau titre et qu'elle espère qu'il attirera plus de gens à Ottawa.

« Nous sommes tellement excités ! Je pense que c'est un excellent moyen pour nous d'avoir peut-être un petit moteur économique pour notre centre-ville », a-t-elle déclaré.


Un guide des théâtres historiques de Milwaukee

Nous avons rassemblé une liste de certains des cinémas survivants, afin que vous puissiez faire une visite autoguidée de l'histoire du cinéma de Milwaukee.

Avec l'annonce récente que la Brady Street Pharmacy tirera son influence de l'utilisation passée de son bâtiment comme salle de cinéma pour créer la Mecque des cinéastes de Milwaukee, nous nous rappelons que de nombreux bâtiments encore debout dans notre ville servaient autrefois de centres de divertissement. Avant la télévision et les jeux vidéo, les gens entraient dans ces bâtiments – beaucoup d'entre eux étaient si modestes que nous n'aurions jamais deviné qu'il s'agissait de théâtres – et étaient transportés dans des lieux exotiques et émerveillés par les légendes d'Hollywood.

Nous avons rassemblé une liste de certains des théâtres survivants, afin que vous puissiez faire une visite autoguidée de l'histoire du théâtre de Milwaukee. N'hésitez pas à en ajouter d'autres ou à mettre à jour les informations en utilisant la fonction de commentaires au bas de l'histoire.

Les Astor Théâtre (1696 N. Astor St.), a servi de cinéma de 1914 à 1952, pouvant accueillir 752 cinéphiles. Ces jours-ci, bien sûr, c'est la Brady Street Pharmacy et le propriétaire Jim Searles a annoncé qu'il prévoyait de restaurer le bâtiment à son apparence de théâtre et de faire don du deuxième étage pour un cinéma et un centre des arts de la scène.

Le théâtre connu sous le nom de Royal (830 S. 6th St.) s'appelait également le monde pendant certaines de ses années en tant que salle de cinéma, 1928-'85. Après quelques années de projection de films en langue espagnole, le théâtre est maintenant vide.

Les paradis (6229 W. Greenfield Ave.), construit en 1926, a servi de cinéma de renouveau populaire pendant plusieurs années avant de fermer ses portes au milieu des années 1990. Le bâtiment abrite aujourd'hui une église.

Les État (2616 W. State St.) a servi de théâtre de 1915 à 1955 et est devenu plus tard la discothèque The Palms et un lieu de danse exotique, Hoops. Il est maintenant vide.

Les Côte d'Azur (1005 W. Lincoln Ave.) a été construit en 1921 et a projeté des films jusqu'en 1955, date à laquelle il a été converti en espace de vente au détail. La proximité Lincoln Le théâtre (1104 W. Lincoln Ave.) est encore plus ancien, ayant été construit en 1910, mais a cessé ses projections la même année que son voisin. Ce théâtre est maintenant vacant.

Les Mozart (1316 S. 16th St.) a accueilli 433 cinéphiles lors de son exploitation en tant que cinéma de 1910 à 1952. La proximité Alamo (1037 S. 16th St.), a eu une durée de vie similaire, servant de théâtre de 1911 à 1954, et était également connue sous le nom de Idle Hour. Les deux sont maintenant des espaces de vente au détail.

Non loin se trouve le Greenfield (2212 W. Greenfield Ave.), qui présentait également des films sous les noms Abby et Pastime de 1913 à 1957. Cet espace de 530 places est désormais une salle de réunion.

Bay View avait un certain nombre de théâtres encore debout. Les Gaieté (2651 S. Kinnickinnic Ave.) a été ouvert de 1913 à 1952. Plus récemment, le bâtiment abritait une discothèque et un espace de répétition pour les groupes locaux, mais il est vide depuis une décennie.

Les Comique (2246 S. Kinnickinnic Ave.), abrite maintenant Bay View Liquor, mais a connu une brève période en tant que premier théâtre de Milwaukee de 1905 à 2009, pouvant accueillir 200 clients. Le désormais vacant Airdome (2161 S. Kinnickinnic Ave.) s'appelait également Rex, Badger and Union Electric à l'époque de son théâtre de 1906 à 1919.

De "l'autre côté des voies" à Bay View se trouvait le lac (2893 S. Delaware Ave.), également connue sous le nom de Bay. Ce lieu de 970 places a fonctionné de 1926 à 1956 et abrite aujourd'hui le studio de photographie de Mark Gubin.

Les cloche (1402 W. North Ave.) s'appelait également Lyceum, Iris and Roosevelt pendant son mandat de cinéma, de 1911 à 1965. Ce bâtiment du côté nord sert maintenant d'espace de vente au détail.

Le centre-ville était autrefois jonché de cinémas, comme n'importe quelle vieille photo l'illustrera, mais seuls quelques bâtiments subsistent de nos jours. L'un est le 1931 Warner (212 W. Wisconsin Ave.), l'un des plus grands théâtres de l'histoire de la ville, justifiant son autre nom, The Grand, qui a cessé de projeter des films il y a une dizaine d'années.

Les Lyrique (311 W. Wisconsin Ave.) était un petit théâtre de 250 places de 1908 à 2013. A proximité, le plus grand Majestueux (219 W. Wisconsin Ave.), assis 1 902 de 1908-'32.

Un certain nombre d'anciens théâtres sont encore utilisés dans leur capacité d'origine : le divertissement. Parmi eux se trouvent.

Les Tosa (6823 W. North Ave.), érigé en 1931, a été transformé en Bouton de rose Cinéma Tiroir, qui projette des films indépendants et prépare des plats et des micro-brasseries.

Les le bas (2589 N. Downer Ave.), construit en 1915 et conçu par Martin Tullgren, et le Oriental (2230 N. Farwell Ave.), une somptueuse salle d'exposition érigée en 1927, a survécu, bien que sous une forme modifiée, et fait partie de la chaîne Landmark Theatres.

Le bel art déco Baie du Renard (334 E. Silver Spring Dr.), construit en 1950, a récemment rouvert ses portes en tant que salle de cinéma de première diffusion, après avoir passé plusieurs années en sommeil et servi de théâtre de deuxième diffusion. La nouvelle configuration a deux écrans et sert de la nourriture.

Les Fois (5906 W. State St.), une salle de cinéma intimiste construite en 1935, continue de projeter des films de deuxième diffusion.

Les Miramar (2842 N. Oakland Ave.), était également connu sous le nom d'Oakland à l'époque du cinéma, de 1913 à 1954. Après cela, il est devenu la maison du représentant de Milwaukee (quand il a été converti en théâtre de ronde), la discothèque Metropole et une église. Récemment, le bâtiment a été acheté et transformé en studio d'enregistrement et en lieu de concerts, pièces de théâtre et autres représentations.

Les Université (1326 W. Wisconsin Ave.), qui a été construit en 1938 et a servi de salle de cinéma jusqu'en 1976, est maintenant une salle de conférence à l'Université Marquette, qui accueille également des concerts, des lectures et d'autres spectacles.

Les Avalon (1929 S. Kinnickinnic Ave.), qui a ouvert ses portes en mai 1929, était le dernier palais du cinéma de Bay View jusqu'à ce qu'il cesse de projeter des films au printemps 2000. Ce magnifique théâtre atmosphérique, conçu par le disciple de Frank Lloyd Wright, Russell Barr Williamson, s'ouvre toujours à accueillera des concerts et autres performances sous son ciel étoilé.

De même, Le Modjeska (1124 W. Mitchell St.) est en grande partie fermé, mais ouvre occasionnellement pour accueillir un concert de rock and roll ou une soirée dansante de DJ. Le bâtiment actuel, construit en 1924 pour accueillir 2 000 personnes, a remplacé un ancien Modjeska sur le même site, construit en 1910 pour accueillir un simple 900. Géré par le magnat du théâtre Thomas Saxe, le Modjeska a servi de théâtre sœur à la princesse du centre-ville (738 N . 3rd St.), qui a perduré jusqu'au milieu des années 1980 en tant que cinéma pour adultes. Il a été rasé pour un parking.

Les Pabst Théâtre (114 E. Wells St.), construit en 1895 pour remplacer l'Opéra qui a brûlé, et le Bord de rivière (116 W. Wisconsin Ave.), construit en 1929, accueille actuellement des concerts, des pièces de théâtre et d'autres événements.

Pour plus d'informations sur les cinémas historiques de Milwaukee, consultez "Milwaukee Movie Palaces", un livre de Larry Widen et Judi Anderson, publié par les grands de la Milwaukee County Historical Society. Une nouvelle édition de ce joyau épuisé devrait être publiée en 2001. Pendant ce temps, Widen a également un site Web www.widenonline.com.

Plus d'histoires sur :

Partagez avec une personne qui vous est chère :

Né à Brooklyn, N.Y., où il a vécu jusqu'à l'âge de 17 ans, Bobby a reçu son BA-Mass Communications de l'UWM en 1989 et a vécu à Walker's Point, Bay View, Enderis Park, South Milwaukee et dans l'East Side.

Il a publié trois livres de non-fiction en Italie, dont un sur un événement de l'histoire de Milwaukee, qui a été publié aux États-Unis à l'automne 2010. Quatre autres livres, tous sur Milwaukee, ont été publiés par The History Press.

Avec son groupe le plus récent, The Yell Leaders, Bobby a sorti quatre LP et a présenté une chanson dans des épisodes de la télévision "Party of Five" et "Dawson's Creek" et des films au Japon, en Amérique du Sud et aux États-Unis. Les Yell Leaders ont été nommés. le meilleur groupe non signé de leur région par VH-1 dans le cadre de sa tournée Rock Across America 1998. Plus récemment, le groupe a contribué aux morceaux d'un vinyle/CD britannique hommage aux Redskins et a collaboré sur un morceau avec le romancier italien Enrico Remmert.

Il a produit trois volets de la série de compilations de musique locale "OMCD" pour OnMilwaukee.com et en 2007 a produit un CD de musique et de poésie italiennes.

En 2005, il a reçu le prix de journalisme de la ville d'Asti (Italie) pour son travail axé sur ce domaine. Il a également remporté des prix du Milwaukee Press Club.

On peut l'entendre chaque semaine sur 88Nine Radio Milwaukee parler de sa série d'histoires "Urban Spelunking".


10 des films les plus anciens jamais créés

Les origines exactes des premiers films du monde peuvent être difficiles à retracer, car les gens ont créé des précurseurs de films - marionnettes d'ombres, projecteurs de lanternes magiques et autres aides visuelles à la narration - depuis la préhistoire. La plupart des historiens du cinéma s'accordent à dire que les premiers films pouvant être considérés comme des films sont apparus à la fin des années 1800.

Au cours de cette période, plusieurs inventeurs du monde entier se sont précipités pour développer des moyens innovants de capturer des images en mouvement et de les exposer au public. Parmi ces premiers innovateurs du cinéma figuraient Thomas Edison, Georges Méliès, William K.L. Dickson, et Auguste et Louis Lumière. Beaucoup de ces premiers films ont survécu sous une forme ou une autre et sont conservés par diverses archives cinématographiques à travers le monde.

10. Un voyage sur la Lune

Date de sortie: 1er septembre 1902
Pays d'origine: La France
Producteur et réalisateur : Georges Méliès
Avec : Georges Méliès Bleuette Bernon François Lallement et Henri Delannoy
Durée de fonctionnement : 18 minutes

Un voyage sur la lune est souvent considéré comme l'un des plus grands films jamais réalisés. Il a été créé par Georges Méliès et est le plus connu des centaines de films qu'il a réalisés. La scène de l'atterrissage de la capsule spatiale dans l'œil de la Lune est l'une des images les plus emblématiques de l'histoire du cinéma.

Le film de Méliès a été influencé par les romans de Jules Verne De la Terre à la Lune et Autour de la Lune. Il représente un groupe d'astronomes voyageant vers la Lune dans une capsule propulsée par un canon pour explorer la surface de la Lune.

Le film a été un succès international et a souvent été piraté par d'autres studios. Plusieurs éléments du film, y compris sa longueur, ses valeurs de production élevées, ses effets spéciaux innovants et l'accent mis sur la narration, ont influencé les générations futures de cinéastes.

9. Le combat Corbett-Fitzsimmons

Date de sortie: 22 mai 1897
Pays d'origine: États Unis
Producteur et réalisateur : William Aloysius Brady (producteur) et Enoch J. Rector (réalisateur)
Avec : James J. Corbett et Bob Fitzsimmons comme eux-mêmes
Durée de fonctionnement : plus de 100 minutes

source de la photo : Wikimedia Commons

Le combat Corbett-Fitzsimmons est un film documentaire illustrant un match de boxe entre James J. Corbett et Bob Fitzsimmons à Carson City, Nevada le jour de la Saint-Patrick en 1897. Le film a été réalisé par Enoch J. Rector et durait à l'origine plus de 100 minutes, ce qui en fait le premier long métrage jamais produit. C'était le film le plus long jamais créé à l'époque et a été possible grâce à une technologie appelée Latham Loop, que Rector prétend avoir inventée.

Le documentaire a également été le premier film à être tourné en grand écran avec un rapport hauteur/largeur de 1,65:1. Aujourd'hui, seuls des fragments du film survivent et il a été ajouté au registre national des films des États-Unis à la Bibliothèque du Congrès en 2012.

8. Le Manoir du diable

Date de sortie: Hiver 1896
Pays d'origine: La France
Producteur et réalisateur : Georges Méliès
Avec : Jehanne D’Alcy et Jules-Eugène Legris
Durée de fonctionnement : 3 minutes

source de la photo : Wikimedia Commons

Le Manoir du Diable, qui a été publié aux États-Unis sous le nom Le château hanté, a réalisé plusieurs premières dans l'industrie cinématographique. Bien que le film montre une rencontre avec le diable et divers fantômes, il était censé évoquer l'amusement plutôt que la peur. Bien que cela ait pu être l'intention du film, en raison de son sujet, il est techniquement considéré comme le premier film d'horreur.

C'est aussi le premier film de vampire car il dépeint une chauve-souris se transformant en diable. La durée du film de trois minutes était également sans précédent pour la période. Jusqu'en 1988, le film était présumé perdu, mais une copie a été retrouvée dans les archives cinématographiques néo-zélandaises.

7. Frères Lumière’ 10 courts métrages

Date de sortie: 28 décembre 1895
Pays d'origine: La France
Producteur et réalisateur : Auguste et Louis Lumière
Avec : diverses personnes telles que des ouvriers de l'usine Lumière, un jardinier, des cavaliers et des forgerons
Durée de fonctionnement : 7,4 minutes au total

source de la photo : Wikipédia

La présentation publique des 10 courts métrages d'Auguste et Louis Lumière en 1895 est souvent considérée comme un événement marquant dans l'histoire du cinéma. Ce fut l'une des premières projections publiques à facturer une entrée et la première à montrer plusieurs films en une seule séance. Le premier des 10 premiers films des frères Lumière a été enregistré au début de 1895, les neuf autres filmés peu de temps après.

Les films ont été projetés au Salon Indien du Grand Café à Paris le 28 décembre 1895 et les frères sont partis en tournée avec les films en 1896. Ils ont montré les films à Bruxelles, Bombay, Londres, Montréal, New York et Buenos Aires.

6. L'exécution de Marie Stuart

Date de sortie: 28 août 1895
Pays d'origine: États Unis
Producteur et réalisateur : Thomas Edison (producteur) et Alfred Clark (réalisateur)
Avec : Robert Thomas
Durée de fonctionnement : 18 secondes

source de la photo : Wikimedia Commons

Comme beaucoup de premiers films, L'exécution de Marie Stuart est un court métrage muet d'une grande importance historique. Le film a été produit par Thomas Edison et filmé par Alfred Clark et dépeint l'exécution de Marie, reine d'Écosse.

Il est remarquable pour être le premier film à utiliser des effets spéciaux lors du montage. Dans le film, l'actrice jouant Mary est remplacée par un mannequin lorsque le bourreau lève sa hache pour décapiter la reine. The executioner then picks up the mannequin’s head to show to the crowd as the film ends. In addition to being the first movie to use special affects, The Execution of Mary Stuart was also one of the first film to use trained actors.

5. Carmencita

Release Date: 1894
Pays d'origine: États Unis
Producer and Director: William K.L. Dickson
Starring: Carmen “Carmencita” Dauset Moreno
Running Time: 21 seconds

photo source: Wikimedia Commons

Carmencita was another film created by William K.L. Dickson while he worked under Thomas Edison. The short film was named for Carmen “Carmencita” Dauset Moreno , the dancer performing in the movie. It was one of several Edison short films that featured circus and vaudeville acts.

Carmencita was the first woman to be filmed by an Edison motion picture camera and she may have also been the first woman to ever appear in a film in the United States. In the film, Carmencita performs the dance routine she had been doing at Koster and Bial’s Music Hall in New York City since 1890.

4. Blacksmith Scene

Release Date: May 9, 1893
Pays d'origine: États Unis
Producer and Director: William K.L. Dickson
Starring: Charles Kayser and John Ott
Running Time: 34 seconds

photo source: Wikimedia Commons

The 34-second short film, Blacksmith Scene, is one of the most historically significant films ever made because it was the first film to be shown to the public using the Kinetoscope. It is also one of the earliest known movie to show actors performing a role. The film was directed by William K.L. Dickson, who invented the first fully functional motion picture camera while he was working for Thomas Edison.

In 1995, over 100 years after the film was made, Blacksmith Scene was selected for preservation by the United States National Film Registry by the Library of Congress. A surviving 35-mm print of the film was found at the Henry Ford Museum and a copy of the negative is preserved by the Museum of Modern Art film archive.

3. Pantomimes Lumineuses (Le Clown et ses chiens Pauvre Pierrot and Un bon bok)

Release Date: October 28, 1892
Pays d'origine: La France
Producer and Director: Charles-Émile Reynaud.
Starring: N/A – films were animated
Running Time: 45 minutes total

photo source: Wikimedia Commons

The trio of animated films, collectively presented as Patomimes Lumineuses, was created by Charles-Émile Reynaud in 1892. The films were some of the first animated films ever made and they were created using Reynaud’s Théâtre Optique process. This allowed Reynaud to project a hand-painted colored film, before the invention of cinematograph.

The three films – Un bon bok (A Good Beer), Le Clown et ses chiens (The Clown and His Dogs), et Pauvre Pierrot (Poor Pete) – were first exhibited in Ocotober 1892 when Reynaud opened his Théâtre Optique at the Musée Grévin. The show ran until 1894. Both Un bon bok et Le Clow est ses chiens are considered lost films, as Reynaud threw nearly all of his picture bands into the Seine.

2. Dickson Greeting

Release Date: 1891
Pays d'origine: États Unis
Producer and Director: William. K.L. Dickson (director and co-producer) and William Heise (co-director)
Starring: William K.L. Dickson
Running Time: 3 seconds

photo source: Wikimedia Commons

Dickson Greeting is a 3-second silent film created by William K.L. Dickson, a Scottish inventor known for his contributions to early film production. Dickson worked for Thomas Edison and is credited as the inventor of the first practical celluloid film. He and his team at the Edison lab also developed the Kinetoscope and later the Kinetograph, which were used to exhibit and film early movies.

Dickson Greeting was filmed at Edison’s Black Maria studio, using the Kinetograph. The film was shown to an audience at the National Federation of Women’s Clubs, making it one of the first films publicly presented.

1. Roundhay Garden Scene

Release Date: October 14, 1888
Pays d'origine: Filmed in the United Kingdom
Producer and Director: Louis Le Prince
Starring: Annie Hartley Adolphe Le Prince Joseph Whitley and Sarah Whitley
Running Time: 2.11 seconds

photo source: Wikimedia Commons

Roundhay Garden Scene is the oldest surviving movie in the world. It was a short silent film created in 1888 by French inventor Louis Le Prince. The film features Le Prince’s son, Adolphe, Sarah Whitley and Joseph Whitley (who owned the home where the movie was filmed), and Annie Hatley walking around in a garden.

Le Prince recorded the film using 1888 Eastman Kodak paper base photographic film through a single-lens combi camera projector, which Le Prince created. In 1930 the National Science Museum in London, England produced photographic copies of the surviving parts from the filmstrip.


See Michigan's top 10 historic theaters

This vaudeville theater opened in the 1930's and now hosts both movies and live performances. It closed for several years and re-opened in 1985 with strong community support. The theater promises a "nostalgic atmosphere" and according to our readers, it definitely delivers. "I'm 60 years old, and it's been a part of my life forever," wrote one reader who nominated it.

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

Danielle Duval | [email protected]

This 1920's theater was closed for several years before undergoing a renovation. Now it brings film, events and live entertainment to Three Rivers. Here's a perspective from a local who nominated it: "The owners have renovated it to its original historical form, and host all kinds of live, well known bands. There is always an event happening there at a reasonable price! This is the centerpiece of arts culture in our town."

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

Danielle Duval | [email protected]

This Jackson gem opened in 1930, and celebrates its 85th anniversary this year. It features a Spanish renaissance theme and now does both film and live theater. Many Jackson residents who nominated the theater remembered seeing their first shows there. "Lots of fond memories going there as a child. It is a part of Jackson's heritage and continues to entertain and amaze," said one nominator.

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

Andraya Croft | [email protected]

The Frauenthal Center for the Performing Arts

Known for its "extraordinary beauty," the Frauenthal is a fixture in Muskegon. It features a 1927 organ and has served as a community staple for many years. In the words of one reader who nominated it, "With the Frauenthal's focus on community well being and its beautiful historic building there is no doubt this theater is worthy of being Michigan's favorite theater."

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

Danielle Duval | [email protected]

This downtown Plymouth theater opened in 1941. It closed down for a time before re-opening in 2006 with help from local businesses. Now residents are proud to have the theater re-opened in their downtown. "It is a wonderful venue and very well kept. It is a landmark in our town," noted one person who nominated the theater.

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

( Reader submitted photo, credit: Melanie Elliott )

Danielle Duval | [email protected]

Kalamazoo State Theatre

Kalamazoo is home to this 1927 theater, which in its early life hosted vaudeville, big bands and stage shows. Now it's known for bringing well-known musical artists to the city. It got a new owner and much-needed renovations in the 1980s, and it is well-loved by the community today. "It is a beautiful structure and has been a landmark in southwest Michigan for years," one nominator said. "Many great names have played this theater."

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

Danielle Duval | [email protected]

This Manistee theater has been carefully restored with input from the community. It shows first run movies and also does unique events, like showing free kids' movies during Spring Break. Many of the nominations for this one mentioned the theater's friendly volunteers. "It's a great theater, brought back from the �' and the staff there are so accommodating. just a great experience all around!" noted one nominator.

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.

(Photo courtesy of Travis Alden)

Danielle Duval | [email protected]

This U.P. theater has been a registered national historic landmark since 1971. Built in 1900 during the copper boom, the theater is owned by the Village of Calumet and hosts 18,000 people each year. One nominator claims it's haunted, but many readers treasure its historical significance. One noted, "The Calumet Theatre serves as an enduring symbol of the arts in Keweenaw and as a treasured historical landmark to the area that has changed immensely from its conception."

It's in the running for Michigan's favorite historic theater and you can vote here.


Respecting the Craft of Theater

Time flies when you’re having fun. I still can’t believe we are past week 6 of the term, and finally getting into the thick of our Oregon Historic Theater project. If you were wondering about what I’m referring to, our Community Planning Workshop Team is working on a project to preserve, renovate, and promote historic theaters in the state of Oregon.

Theaters have had a substantial effect on towns nationwide, and being in Oregon this stays true more than ever. Not only do these theaters contribute to the economic aspect of these neighborhoods and communities, they bring a certain sense of culture to the places they are located in. These theaters have so much history that it would be foolish to not want to preserve these timeless treasures. Partnering with organizations such as Pacific Power, Travel Oregon, and Oregon Main Street, their want to preserve historic theaters stems far beyond the campus of the University of Oregon.

This past week we finally broke down what theaters we are going to be reaching out to for our case studies with our project. Each member of the team has two theaters and one theater program or initiative. These theaters are usually at the state level or on a wider scale than just a local scale. One thing I like about the theaters we’ve chosen is that they’re from a variety of place. From all parts of the state these theaters are unique to the place that they’re located and each give back something different to their community. From here in the Pacific Northwest to the far region of New England, these theaters are marvels to be held for everyone who visits them.

One of the most intriguing aspects of this project is listening to the people who truly care about this project – our clients. Talking with people such as Erik Andersson from Pacific Power and Sheri Stuart from Main Street Oregon this past week, these people in elevated positions who truly care a lot about these theaters and what they mean to communities in Oregon. It’s amazing and it is something that has made me strive to work harder while partnering on this project, as I’m sure it has for other members of my team.

Growing up back in Lincoln, Nebraska, my high school was a huge theater school, winning multiple state championships and being known throughout the district as the “theater school.” I can honestly say that this helped me appreciate the art of theatre even more. So when I was approached with this project, this was one of the first things that went through my head. The craft of theatre is important to many people around the world. The ability to host this craft in a venue like the ones we are trying to preserve here in Oregon is one to be marveled.

About the author: John Jackson is a Midwesterner turned West Coaster and a first year Community and Regional Planning Masters student at the University of Oregon. Growing up both in Chicago, Illinois and Lincoln, Nebraska, John is an avid geographer who has taken his talents to the Pacific Northwest to study the craft of urban planning and the unique ways of land use, built environment, and transportation that U of O has to offer. In his spare time, John enjoys drumming, playing basketball, and working out at the campus recreation center. He is an active member of U of O LiveMove.


Fans Show Love for Old Manteo Theater

The Pioneer Theater in Manteo shown after a snowstorm in 2014. Photo: Courtesy Pioneer Theater

MANTEO — The Pioneer Theater opened in 1918, but with the pandemic and a recent projector breakdown, one might expect an unhappy ending.

Coup de projecteur sur les commanditaires

John Runkle et Nancy Dole

Mettre en lumière deux de nos supporters les plus dévoués : Merci à John et Nancy et à tous nos membres du CRO Press Club pour leur soutien qui rend notre reportage possible.

But family-owned business is tradition here, and the community quickly proved it by donating more than enough money to cover the needed repairs.

As of late Wednesday, the theater had collected $17,340 raised of a $10,000 goal via a gofundme.com fundraiser.

“I am so awestruck and humbled by the massive outpouring of support and love for the Pioneer Theater,” owner Herbert “Buddy” Creef III posted on Facebook Monday, the day after he announced the fundraiser.

I am so awestruck and humbled by the massive outpouring of support and love for the Pioneer Theater. When I woke up…

Posted by Pioneer Theatre Manteo, NC on Monday, February 1, 2021

In their posted comments, donors shared their memories of and love for the Pioneer, like Debra Hill, who described the theater as “the heart of Manteo.”

The Pioneer wasn’t always in its current location.

“The building we’re in right now, my grandfather opened in March of 1934,” said Creef. “The original theater was a block over, on what is now Sir Walter Raleigh Street.”

Creef is the fourth generation of his family to run the business, and has spent time at the theater since he was a child.

“According to some Hollywood historians, we’re the oldest movie theater in the United States (including both locations) that’s been continuously run by the same family,” he said.

When the theater opened, it showed exclusively silent movies.

“That’s all they had,” Creef said. “And then the building we’re in now, my grandfather built … because that’s when talking movies were just coming into existence. And with the growing popularity of movies and public fascination with them, it was not only time for a larger venue, but it was easier to build a new venue suitable for putting in the sound system and all that.

“So, going into the new building, that’s when, in ’34, talkie movies started to be played. Now, during that time period, there were still quite a few silent movies coming out as well,” Creef said. “And in the mid-’30s, through the ’40s and ’50s, I mean, that was probably the golden age of movie theaters.”

Going to the theater was an exciting event, especially once air conditioning was introduced.

“A lot of big city theaters didn’t have air conditioning until the early ’70s,” he said, estimating that the Pioneer got air conditioning sometime in the early ’50s. “On a hot day, what a treat it would be for somebody … to watch something on the screen that they couldn’t do anywhere else in the world, and sit there in 75-degree air when it’s 95 degrees outside. I mean, (those were) just things that were not available in most people’s everyday life. I guess it still is somewhat today of an escape from reality.”

India Murray, who split her childhood between Nags Head and Manteo, loves the family-friendly environment of the theater.

“My favorite memories of the Pioneer have to be Manteo Elementary School field trips,” she said. “We would walk over and have our popcorn, around the worlds (a mixture of every soda) and a good time with our class.”

The theater, which sells tickets for $7 and concessions for $2, is an integral part of Roanoke Island culture, and the Outer Banks community as a whole.

“Many generations have literally grown up in the theater,” Creef said. “And each new generation has a similar but different story to tell. You know, first dates, favorite movies, whatever.”

In its 102-year history, the Pioneer has had more than its fair share of premieres, and there are two in particular that stand out to Creef.

Andy Griffith poses with his name on the marquee at the Pioneer Theater in 1957. Photo: Courtesy Pioneer Theater

“Andy Griffith, when he first came here in the late ’40s, early ’50s, to be in (the outdoor production) ‘The Lost Colony,’ basically became a part of the local community,” he said. “He was two years older than my dad … and he ended up getting a movie offer (for) ‘A Face in the Crowd.’ And if you’ve never seen it, it’s a pretty good watch, because it’s nothing like you’ve ever seen Andy Griffith do.

“By Andy’s request, we showed the movie as the East Coast premiere,” Creef said. “There’s a couple of pictures of Andy pretending like he’s putting the name of the movie up on the marquee at the theater.”

And when Tyler Nilson, a Colington native, called Creef to ask if he could have a private show of his new movie “The Peanut Butter Falcon,” the Pioneer hosted a screening for a handful of locals.

“They got it into the South by Southwest Film Festival, which is in Austin, Texas,” Creef said. While they didn’t win any critics’ awards, they did win the Audience Award.

“So (Los Angeles-based) Roadside Attractions picked it up and distributed it, and then we had it literally right after the official premiere,” Creef said. “So I literally screened that movie in a movie theater for the first time. I put it on the screen a year before the official premiere.”

When COVID-19 hit in March 2020, the Pioneer, like theaters across the country, was unable to show movies.

“We stayed open every night … from 6 to 8, just doing to-go concessions for all of our regular customers that, a lot of times, come after the movie starts, just to get popcorn or drinks to take home,” he said.

When the theater was able to screen films again, at the 30% restricted-capacity requirement that’s still in place, new content was few and far between.

Screenwriters Tyler Nilson, left, and Michael Schwartz appear at a showing of their film, “The Peanut Butter Falcon” at the Pioneer Theater in October 2020. Photo: Courtesy India Murray

“The handful of big movies that were already done and supposed to have been released this past spring and summer … they just had on hold,” Creef said of the production companies, “which I don’t blame them. Why put it out to limited houses and hope that you break even?”

“Due to COVID, Mr. Buddy couldn’t (put) any new movies in, so he showed older films,” Murray said. “I got to see ‘Jaws!’ The original! On the big screen! That was an awesome experience. ‘The Peanut Butter Falcon’ premiere was also a very heart-touching experience. My buddy, and the (director), Tyler Nilson was there and he gave us Manteo kids something to be proud of that night. He made us proud of being from small town Manteo.”

From left, Chaise Wescott, India Murray, Mike Schwartz, Paris Murray and Tyler Nilson pose inside the theater. Photo: Courtesy India Murray

Creef was similarly proud.

“There were a lot of local people that didn’t get to see ‘Peanut Butter Falcon’ on the big screen the first time we had it, and just as a local homage, I brought that back the first week we were opening up in October (2020),” Creef said. Nilson ended up doing a Q&A, as he did the first time the Pioneer premiered the movie. “That project was a lot of fun being involved and kind of part of it and all that.”

Having grown up in the theater, Creef remembers two movies that have had a lifelong impact on him.

“First, the original 1975 ‘Jaws’… It instantly became like my favorite movie ever,” he said. “(And the one) that was just so revolutionary and nothing like it had ever been done before was the original ‘Star Wars.’ That was mind-blowing. And the fact that it is as popular, even more popular now than it was then, just tells you how revolutionary it was.”

Many businesses have closed since the COVID-19 pandemic began, but Creef believes that the value of the Pioneer is not purely monetary.

“For many years as a small-town, single-screen theater, the theater really has not been a profitable business that you would keep open if you depended on it for your livelihood,” he said. “Since my dad died in 2012, I’ve kind of carried on with the same mentality he had, as long as it … averages out to breaking even or a little bit better, it’s not only family tradition, it’s community tradition.”

“It’s a stitch that holds our little home together. It’s a big hug from the Creef family to all of us,” Murray said. “It will always feel like home.”

“It’s just a part of Roanoke Island and local life,” Creef said. “Many a child has been babysat there. You know, as a lot of parents always used to say, it’s the cheapest babysitter in town.”

He also pointed out another reason to keep the theater going.

“Movies are subjective, different people like different things,” Creef said. “It’s all about the popcorn because we have the best popcorn in the world, and it’d be a shame to deny people that.

“It’s just like cooking good barbecue or anything else. My secret ingredient is we just show it extra love,” he said. “And then when you put the crushed ice in the drink, that’s just the cherry on the sundae.”

About Chloe E. Williams

Chloe E. Williams, a resident of the Outer Banks for more than 10 years, is a senior at the University of North Carolina Chapel Hill studying creative writing and Southern studies. She has worked as features editor for Coulture magazine at UNC and her credits as a freelancer and editorial intern include the North Beach Sun of Kill Devil Hills, Heart of NC Weddings of Durham and Cent Magazine of London. She enjoys historical fiction and dark chocolate.


More on the Historic Hemet Theatre

Once the theater’s technology is up to snuff for modern films, Carrier hopes to sign a licensing agreement with film distributors to show current films. In recent years, the theater has been limited to classic movies and those that have fallen into the public domain.

But the Historic Hemet Theatre’s “bread and butter” is its tribute concert series. Carrier plans 12 concerts by tribute bands over five months this year.

“We have a giant dance floor at the foot of the stage,” she said. “It’s not just coming to hear a good concert. You come and dance, we have food and wine.”

Carrier hopes to see the theater return to the central role it once occupied in San Jacinto Valley life.

“It’s the most historic building in town … (and) by far the biggest tourist draw. I have people who come from Modesto and from Arizona to come to a show,” Carrier said. “Tell me a building that’s more worth an investment of your time and your money. There just isn’t one.”

Cyndi Lemke, executive director of the Hemet San Jacinto Valley Chamber of Commerce, said the theater screening contemporary movies would be a boon for downtown businesses but also the community as a whole.

“I think it’s essential for yes, business, and yes, to keep the money flowing,” she said, “but it’s also important for our youth to have a little outlet at this day and time.”

Regal’s plan to reopen their two theaters in the valley doesn’t change Carrier’s plans for the Historic Hemet Theatre, Carrier wrote in an email, but “the major studios may not give us licensing for films when they first are released. Generally, the major theater chains get an exclusive for awhile.”

That might mean it becomes what’s known as a second-run theater.

“We will likely be able to show films after they leave the Regal,” Carrier wrote. “Which means we can watch to see what was the best hit and then bring it to HHT.”

So long as the theater gets the license to show films before they show up on DVD or online, “we can likely pull enough of an audience to make it worthwhile.”

And, Carrier said, they have a secret weapon when competing with the Regal theaters: “Our seats are way more comfortable than the local Regals.”


Voir la vidéo: 15 CHOSES QUE VOUS NE SAVIEZ PAS SUR LES FEMMES. Lama Faché (Août 2022).